Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Xavière

 

Cela faisait déjà quelque temps que je voyais passer des critiques élogieuses à propos de ce récit de Naomi Fontaine. Je l’avais mis dans ma longue liste de livres à lire qui ne désemplissait pas assez vite à mon goût. Un événement tragique récent, la mort de l’Attikamek Joyce Echaquan, a secoué le Québec. J’ai réalisé mon ignorance quant au sujet des peuples autochtones et me suis plongée dans Shuni

Cette longue lettre de Naomi à son amie Julie (Shuni) raconte avec des mots simples, des images, des anecdotes que son peuple n’est pas qu’une simple statistique sur le taux de suicide ou d’alcoolémie, et qu’en prenant le temps de se parler, de s’écouter, de se comprendre, et surtout de ne pas s’enfermer dans des préjugés racistes, elles en sortiront toutes les deux grandies. On devine en filigrane que dans l’histoire Naomi représente le peuple innu et Julie, le peuple québécois.  

Naomi Fontaine livre un témoignage fort sur sa réalité. Je ne peux que vous conseiller de le lire et de le transmettre autour de vous.

Bonne lecture !

Une photo de Louis-Karl Picard-Sioui
Naomi Fontaine...

 

Shumi

Naomi Fontaine

Éditions Mémoire d'encrier

2019

 

 

Crédit photo  Louis-Karl Picard-Sioui

 

 

  Une chronique de Xavière Hardy

Écrivaine à ses heures perdues

qu’elle a fort nombreuses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article