Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Karine

Chronique écrite par Karine Lambert, collaboratrice à Polar, noir et blanc

www.klambert.ca

 

 

Une histoire de zombie avec un zeste de polar, voilà un cocktail qui me plaît! Dès que j’ai vu la mystérieuse couverture de cette BD, j’ai eu envie de la lire. Et gageons qu’à l’approche de l’Halloween, nous serons plusieurs à nous laisser tenter par cette aventure d’outre-tombe que nous propose le duo Jocelyn Boisvert et Pascal Colpron.

 

Mort et déterré, c’est l’histoire de Yan, un ado à qui tout sourit — il est beau, drôle, fait partie d’une grande fratrie— jusqu’au jour où il se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment, et se fait bêtement poignarder. Ce qui pourrait être la fin de cette histoire, n’en est que le début, car Yan est incapable de quitter son corps. Prisonnier de sa carcasse, il doit assister à son enterrement et se verra bien obligé de trouver des façons de passer le temps une fois mis sous terre. C’est d’ailleurs un de ses hobbies de revenant —jouer du trombone— qui finira par le sauver : en entendant du bruit en provenance de son cercueil, son meilleur ami aura la bonne idée de le déterrer…  ce qui n’est pas trop tôt puisqu’un an s’est déjà écoulé! S’en suivra une drôle de cavale pour Yan-le-zombie qui se questionne sur sa nouvelle vie (si on peut dire!) et confrontera son assassin qui trempe dans de bien sombres magouilles…

 

Le récit, rondement mené, regorge de moments savoureux; les réflexions comico-tragiques de Yan coincé dans son cercueil, la référence au « dormeur du Val » de Rimbaud en incipit et les nombreux clins d’œil aux grands classiques de l’imaginaire du mort-vivant en sont des exemples. Les tribulations de Yan captent l’attention du lecteur et, mine de rien, les auteurs réussissent à nous faire passer par toute une gamme d’émotions : on rit, on pleure, on s’inquiète, on se fâche, on s’attendrit… le tout sans faux pas, ni lourdeur. Une justesse de ton qui est difficile à atteindre quand on s’attaque à un si vaste répertoire émotif.

 

En marge de la trame principale, on retrouve plusieurs éléments secondaires qui ajoutent de la profondeur à cette histoire de zombie : on constate les ravages du deuil dans une famille, on se questionne sur la frontière entre la vie et la mort, on touche même aux maladies mentales…  Bref, un récit riche qui met en vedette une galerie de personnages secondaires attachants dont on suit l’évolution avec intérêt; que va-t-il arriver à Mara, la sœur de Yan dont la vie a déraillé depuis la perte de son cadet? Quelle tournure prendra la relation de Yan et de cette mystérieuse jeune fille venue à sa rescousse? On a bien hâte de savoir ce qui va leur arriver, et le seul bémol à cette histoire est qu’il faudra attendre le tome 2 pour en connaître la suite. Mais si, comme moi, vous n’êtes pas du genre patient, vous pouvez également vous procurer le roman Mort et déterré  (paru en 2008 chez Soulières éditeur) duquel Boisvert s’est inspiré pour créer le scénario de sa BD.

 

À l’Halloween, on a bien le droit de tricher un peu, non?

 

Bonne lecture !

 

 

Mort et déterré

Jocelyn Boisvert et Pascal Colpron

Éditions Dupuis

Octobre 2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article