Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

Il est tellement triste Alex Berger. Tellement accablé, abattu. 

Alex Berger ne travaille plus pour la police. Il en est incapable, trop affligé. Il ne se remet pas de la mort de sa femme, Camille, tuée lors des attentats de Paris de 2015. Camille, sort sur la terrasse du restaurant où elle dîne avec des copains et elle est déchiquetée par la mitraillette d'un terroriste. Alex devait être avec elle, pour un weekend à Paris, mais une affaire de braquage le retient à Bruxelles. Il est à interroger un suspect, John Novak, alors que Camille meurt...Et depuis, son absence non sa défection pour le boulot ce soir de tuerie, parce qu'il interrogeait Novak, le hantera, l'empêchera de respirer, de dormir, de manger, ce poids toujours sur la poitrine. L'alcool l'aide, pense-t-il, à oublier, à noyer, à dormir.

Mais Camille et le monstre le submergent et le harcèlent nuit après nuit. Il est plus que triste, plus que dépressif, c'est une loque et son psy n'arrive pas à l'aider.

Un matin Leroux, son ancien collègue l'appelle et va le voir pour qu'il se remette sur une affaire qui concerne justement Novak. Ce bandit vient de s'échapper de prison, il tue et il laisse une note, toujours la même à côté des cadavres: "Ceci n'est pas un suicide" faisant référence au peintre Magritte. Rien de ces meurtres ne peut s'apparenter à Novak selon Berger. Alex Berger accepte à contrecoeur de se plonger dans l'affaire. Il y trainera ses pénates  tout en tentant de renouer avec ses collègues, ce qui est au-dessus de ses forces. Il finira par s'y mettre, il ourdira des idées, noires, il va s'en dire, il restera torturé mais trouvera grâce à ses yeux.

"L'affaire Magritte " est un roman policier assez conventionnel, abordable et d'une écriture fluide. Je suis restée captivée. Ce n'est pas tant le récit comme le cheminement psychologique de son personnage principal qui nous happe et bien sûr, les références aux tableaux de Magritte.

J'aurais aimé plus de Magritte, puisque, parait-il, « L’affaire Magritte »  est une commande de la famille Magritte à Toni Coppers.  Ce titre est aussi la première traduction française de cet auteur flamand, auteur oui de plus de 25 romans et surtout connu pour ses titres avec la commissaire anversoise Liese Meerhout.

Je suis très heureuse d'avoir découvert un auteur belge, encore plus de lire des polars à la sauce belge. J'en prendrais plus de ce Toni Coppers.

Bonne lecture !

 

L'affaire Magritte

Toni Coppers

Éditions Diagonale

2020

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article