Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Fric –Franc en Afrique

Une chronique de Christophe Rodriguez

«Parle avec tout le monde, cultive les relations. Même le pire des abrutis peut finir ministre. En politique, c’est la même règle». Voilà, nous sommes partis avec une enquête aussi puissante que son Requiem pour une république. Ah ce bouquin, lu l’année dernière d’une traite, qui racontait dans les menus détails ou presque, les dessous politiques et criminels d’une France aux prises avec la guerre d’Algérie, des barbouzes, les services secrets, le régime gaullien, les gens du Milieu et la mafia corse.

Avec ce pavé, le romancier/ancien journaliste Thomas Cantaloube remporta  le prix mystère de la critique, le prix 20 minutes, celui du Quai du polar et le prix Landerneau, sans oublier de remarquables critiques et pas uniquement, des gens du polar. Comme Requiem pour une république est maintenant offert en format poche, offrez-vous ce cadeau en plus de cette nouveauté.

Du pétrole, mais foin, d’indépendance.

Avec Frakas, nous prenons la direction de l’Afrique et plus particulièrement du Cameroun. Cet ex-protectorat français qui vient d’obtenir son indépendance n’est pas au bout de ses peintres, parce que les requins rodent, ainsi que ceux et celles qui voient d’un très mauvais œil ce petit pays, riche en pétrole échappé au giron français. Nous sommes au début de ce qu’il sera convenus d’appeler : la Françafrique. Ce raccourci tout politique désignait et désigne encore les liens incestueux qui existent entre la France et certains pays africains.

Comme toujours, Thomas Cantaloube coopte la réalité : Gaston Deferre, ex-ministre et maire de Marseille, Mr Charles qui faisait dans le pastis avant de devenir ministre, Jacques Foccart, le grand manitou des affaires africaines, le clan Guerini, l’Union des populations du Cameroun (UPC), opposé à la main mise française et ses personnages romanesques. Nous retrouvons Luc Blanchard, ancien policier, devenu journaliste pour France Observateur, Antoine Lucchessi bistrotier corse, ami des clans mafieux qui arrondit ses fins de mois en convoyant de l’héroïne par bateau, Sirius Volkstrom ancien mercenaire devenu « conseiller anti insurrection » pour l’armée française et l’énigmatique Lucille.

Par de curieux détours, nos trois protagonistes vont se retrouver à Yaoundé pour des affaires diverses qui convergent toutes, sur des actions politiques particulièrement sanglantes. Entre la répression, la torture, les exactions et ses jeux de coulisses d’ambassade, Thomas Cantaloube nous donne en accéléré, un cours de politique 101. Un regard sur le monde postcolonial, brillamment romancé et surtout, très enlevant.

Nous songeons évidemment à Jean-Patrick Manchette et dans une certaine mesure, au romancier Donald Westalke qui eut son mot à dire dans : Kahawa.

Du grand polar !

Bonne lecture !

 

Frakas

Thomas Cantalouble

Gallimard

Série noire

420 p.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article