Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une chronique de Richard

Je l’avoue, je suis un fan fini des histoires qui mêlent le réel avec la fiction. J’adore me promener dans les petites histoires de la grande histoire, rencontrer des personnages réels qui donnent la réplique aux personnages de fiction ou encore, voir un personnage de fiction assister ou participer à un grand événement historique. Très souvent, ces lectures nous permettent une entrée dans l'histoire, d’apprendre une époque ou un événement tout en se divertissant avec une bonne histoire bien racontée.

Un jour, je vous parlerai de Gyles Brandreth, ce politicien et auteur britannique qui a écrit une série où les heros, enquêteurs chevronnés, sont Oscar Wilde et Sir Arthur Doyle. De véritables petits bijoux de polars victoriens ! En attendant la sortie de son prochain roman, qui je l’espère sera bientôt, je tiens à vous parler du dernier roman de Dan Simmons, un auteur tout d’abord connu pour ses romans de science-fiction ( Hypérion et La chute d’Hypérion), et qui depuis quelques années, s’est lancé dans le roman policier.

« Le cinquième cœur » est le titre de son nouveau roman, une histoire mêlant fiction et faits réels tout en frôlant le fantastique et l’historique. Un beau mélange, prometteur et un difficile défi à relever.

Mars 1893. L’histoire commence sur les bords de la Seine à Paris. Henry James ressent un grand vide dans sa vie personnelle et professionnelle. Dans sa main, une tabatière dans laquelle il y a une partie des cendres de sa petite sœur, cendres qu’il aurait voulu répandre dans un endroit plus significatif. Mais son chemin s’arrête ici. Il ne reste qu’un pas à faire pour qu’il s’immerge dans les eaux noires et froides de la Seine.

Une ombre se glisse derrière lui. Et lui parle … quelle surprise ! Cette personne est pourtant morte il y a deux ans. Plus encore, il est un personnage de fiction ! Et pourtant, Sherlock Holmes est là, à côté de lui, déguisé en explorateur norvégien. Qui l'invite à partager un dîner pour discuter des raisons pour lesquelles il voulait s’enlever la vie.

Tout un début de roman !

Attablé au très chic Café de la Paix, chacun discute de ses préoccupations, la supposée mort du grand Holmes, les problèmes du grand auteur britannique et les questionnements existentiels du détective du 221B Baker Street se demandant si il n’est que « La création d’un écrivaillon aux doigts tachés d’encre. Rien qu’un personnage de fiction. »

Finalement, Sherlock parvient à convaincre Henry James de l’accompagner à Washington pour l’aider à résoudre un mystère qui le turlupine. Holmes veut enquêter sur le suicide d’une Américaine, membre fondatrice d’un petit groupe d’intellectuels de Washington, nommé  « Le cinquième cœur ». Depuis le malheureux départ de cette gentille dame, chaque membre de cette auguste assemblée, reçoit une carte lors de l’anniversaire de sa mort où il est écrit « Elle a été assassinée ».

Nos deux héros, si mal assortis et tellement différent, partent donc pour la capitale américaine pour tenter de résoudre cette drôle d’affaire. Henry James, tout en nuances et en respect, Sherlock Holmes avec indiscipline et parfois même insolent. On assiste alors à des prises de bec assez tonitruantes, à de multiples reprises, on sent les choses aller plus mal.

L’enquête ne sera pas facile … et même pendant un certain temps, toute l’attention est tournée vers la possibilité d’un attentat contre le président Cleveland des USA, à l’ouverture de l’exposition universelle de Chicago en 1893.

Malgré quelques longueurs et le rythme lent du développement de l’intrigue, le lecteur assiste à un jeu de personnages fort intéressant. Ici, pas de rebondissements aux deux pages ni d’actions qui vous tiennent sur le bord de votre chaise; Dan Simmons, en excellent conteur qu’il est, nous promène dans la haute société américaine dans les cocktails et les grands diners, nous décrit des dialogues pleins de finesse et de subtilités. Avec en prime, une connaissance très pointue de l’atmosphère de l’époque, de son contenu historique et des coutumes bien particulières de la société washingtonienne ! Dan Simmons est un écrivain de talent !

Et voilà qu’au détour d’une conversation ou d’un diner, il nous permettra de rencontrer un certain Mark Twain et même, Rudyard Kipling. Un des éléments qui m’a bien plus, c’est que tout le long de l’histoire, Sherlock Holmes jette un regard critique sur l’œuvre de Conan Doyle et surtout, il remet en question la validité de certains faits et les erreurs des enquêtes rapportés par son inséparable compagnon, le docteur Watson. De quoi faire frémir les amateurs du canon holmésien … !

En bref, je recommande avec plaisir la lecture de ce roman … pour les amateurs du genre ! Malgré certaines longueurs, le détour en vaut la peine !

 

Bonne lecture !

PHOTO COURTOISIE, CLIFF GRASSMICK

 

 

Le cinquième coeur

Dan Simmons

Éditions Robert Laffont

2020

573 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article