Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Au lieu dit Noir-Étang«L’art c’est comme l’amour. C’est tout ou rien»
Elizabeth Channing
«Au lieu-dit Noir-Étang»

Juste pour le plaisir, pour ce roman qui se défend tout seul par sa qualité, par son histoire et par la justesse de l’écriture de son auteur, nous allons nous mettre à deux pour vous en parler.

Je laisse maintenant la parole à Stéphanie de Mecquenem, l’auteur du roman «Le silence des Cris» qui a gentiment accepté d’écrire cette chronique avec moi, lorsque nous bouquinions dans «sa» librairie de Saint-Germain-en-Laye :

« Toute l'intrigue de ce suspens psychologique qui se déroule dans un petit village de Nouvelle Angleterre  en 1926-1927 peut se résumer en une phrase : que s'est-il passé exactement ce fameux soir de 1927 ?

Thomas H. Cook dépeint avec justesse les mœurs "provinciales" de l'époque mais, surtout, arrive à maintenir le suspense jusqu'à la toute fin où nous serons enfin révélées les circonstances exactes du drame qui s'est déroulé « Au lieu dit Noir-Étang », ce soir là. Nous savons qu'il y a eu des morts, mais lesquels ?

Le roman est écrit d'un seul point de vue : celui d'un jeune garçon. Cela aurait pu être un frein à ma lecture (je n'apprécie pas trop d'ordinaire les récits d'enfants)  mais en fait cela ne m'a posé ici aucun problème et je me suis très vite laissée embarquer.

L'auteur aborde les thèmes de la passion amoureuse (doit-on tout y sacrifier au risque de tout perdre ?), de la liberté au détriment des conventions (nombreuses à l'époque).

Bref, c'est un roman à lire tant pour l'intrigue bien menée, la psychologie des personnages que le style de l'auteur et qui vous suit plusieurs jours après en avoir terminé la lecture.
C'est un roman qui ne laisse pas indifférent et dont l'atmosphère vous happe littéralement.»

Et voilà ! Que me reste-t-il à dire après ces excellentes interventions sur ce roman exceptionnel ? Que vous devez le lire absolument et pour toutes sortes de bonnes raisons.

Thomas H. Cook est un auteur que vous devez lire. Ses romans ont toujours une saveur particulière, un petit goût d’excellence.

«Au lieu-dit Noir-Étang» ravira autant les amateurs de romans policiers que les lecteurs friands d’histoires d’amour. Ce roman transcende les genres, dépasse les étiquettes et vous offre de la très bonne littérature.

En prime vous serez conquis par les personnages qui vivent ou plutôt qui subissent ce drame, décliné sur trois époques. Vous serez attendri par le jeune Henry Griswald et fasciné par son retour sur les lieux ... du drame. Vous regarderez d’un oeil charmé la belle mademoiselle Channing (oups, j’avais écrit Charming ... !), nouvelle enseignante de cette petite école privée pour garçons. Vous suivrez avec intérêt les réflexions de monsieur Griswald, le respecté directeur de la Chattam School «si débordant d’autorité qu’il passait pour plus grand qu’il n’était.».Vous allez rencontrer  monsieur Lelan Reed, également professeur à l’école qui, dans ses temps libres, construit le bateau ... de ses rêves. Mais aussi, mon personnage préféré, Sarah, la jeune servante qui courageusement apprend à lire et rêve à un avenir meilleur.

Et vous serez plongé au coeur de la fureur d’un village, blessé par les événements, meurtri par la haine. Et de sa communauté enfermée dans ses propres préjugés.

Tout doucement, vous serez porté par les émotions de ce jeune adolescent devenu vieillard, découvrant la mince frontière entre le désir, l’amour, le rêve et le quotidien. Il vous guidera vers une finale surprenante mais tellement évidente ... quand on a terminé sa lecture.

Vous cherchez UN roman à lire cet été. N’hésitez plus ! «Au lieu-dit Noir-Étang» devrait être celui-là !

Voici d’ailleurs quelques extraits qui devraient finalement vous convaincre :

«Un artiste ne doit obéir qu’à ses passions, affirma-t-elle. Tout le reste n’est que noeud coulant autour de son cou.»

«Au bout du compte, j’ai préféré théoriser sur la vie plutôt que de la vivre.»

« ... un silence que j’appris par la suite à identifier comme étant celui qui s’instaure après le dernier recours, quand le débat est clos, que ce qui a été dit ne peut être ni retiré ni reconsidéré, que la décision est irrévocable, même si elle n’a pas encore été rendue.»

«Les rares fois que j’ai pensé à elle, c’était toujours comme à un souvenir effacé, une fleur écrasée entre les pages d’un très vieux livre en lambeaux»


Bonne lecture !

P. S. Merci à Stéphanie qui m’a permis d’utiliser ces phrases qui enrichissent grandement cette chronique. Cette expérience, je suis prêt à la refaire ... aussi souvent que vous le voudrez.

 

Policiers Seuil
2012

355 pages

 

 

 

 

 

Le silence des cris

Pour en savoir plus sur Stéphanie de Mecquenem: un article de K-Libre 

 

 

 

Commenter cet article

Pichenette 03/09/2012 16:57

Je viens de lire tout ce que tu and c° avez publié et vous n'avez pas chômé!
Je reviens à celui-ci , tellement tentant! J'espère qu'il est "trouvable" (parce que oeuf et girafe, pas moyen!)

Richard 03/09/2012 17:12



Oui, il est très trouvable ... Je l'ai acheté en France !!! (hi hi hi !!!)


Amitiés



constance 19/08/2012 23:21

un peu plus et je passais à côté de cette chronique, pourtant très bien. heureusement que tu restes un commentateur vraiment prolixe : il suffit de visiter quelques blogs évoquant le même livre
pour tomber sur un commentaire de ta part. je suis d'ailleurs presque étonnée que tu n'es pas encore débarqué sur mon propre billet pour écrire un commentaire.

c'est pourtant rare que nous ayons des lectures communes ! on peut remercier le prix Elle, sans qui je n'aurais jamais découvert ce bon roman. il a beaucoup de qualités, notamment au niveau de la
psychologie des personnages et de l'atmosphère du lieu, mais la construction du récit fait qu'il y a des longueurs : pour moi, les allusions au drame sont trop nombreuses tandis que les précisions
ne viennent qu'au compte-goutte jusqu'à la toute fin où tout nous est révélé d'un coup. après, la fin est vraiment très bien, la révélation n'est pas celle que j'attendais, et elle est assez fine
car elle joue sur le point de vue plutôt que sur l'intrigue (suis-je claire ? je ne veux pas trop en dire...). le roman en est en partie transformé.

Richard 24/08/2012 14:07



Bonjour Constance,


Un peu en retard partout dns mes lectures et dans mes visites de blogues ...


Ce n'est que partie remise ... J'irai lire ton avis avec plaisir.


Un livre extraordinaire qui m'habite encore ...


Bonne journée


 



Anna Blume 17/08/2012 21:20

Complétement d'accord avec vous. je cite du coup votre billet sur mon blog. Au plaisir de vous lire.

Richard 19/08/2012 20:15



Merci beaucoup Anna Blume !


Au plaisir de vous lire !



zazy 17/07/2012 22:06

Quelle chronique !!!! j'entends d'ici les étagères de mes bibliothèques se plaindre, mon porte-monnaie pleurer ses derniers sous, mon cher mari crier au scandale, à l'exploitation des pauvres
lectrices......

Richard 18/07/2012 00:54



Bonjour Zazy,


Merci pour ce commentaire ... qui m'a fait sourire !


Bonnes lectures !!



Violette 16/07/2012 22:56

eh bien, je note scrupuleusement!

Richard 17/07/2012 11:10


Chère Violette, T'u ne le regretteras pas. Bonne lecture !! Amitiés


monpetitchapitre 16/07/2012 09:24

Comme Attila, je rends les armes (moi aussi, mon conjoint s'interroge...), et le note dans ma PAL

Richard 16/07/2012 19:42



Pourquoi pas !!!


Inutile de résister !!


Bonnes lectures


 



Ys 15/07/2012 11:49

c'était pour rire... d'autres com' postés ce jour-là ont aussi disparu... j'espère que la future version d'Over Blog sera plus conviviale. Du coup, j'ai publié aujourd'hui mon billet sur ce livre,
que j'ai aimé aussi mais il y a un petit tic d'écriture qui m'a gênée, c'est juste que je chipote...

Richard 15/07/2012 13:38



J'espère aussi !!!


Je vais aller lire ta chronique !


Amitiés



Ys 14/07/2012 22:20

Mon com' un peu plus modéré aurait-il disparu...?

Richard 15/07/2012 11:34


Mais non, Ys J'ai juste de sérieux problèmes de réseau; donc accès d'affilé à Internet. Voilà !!!! Non, il n'y a pas de censure sur mon blogue ( Hi Hi Hi !!!) Amitiés


Foumette 13/07/2012 13:58

Waouh!!! Ca c'est de la chronique!!! Bravo!!! Ce petit est bien au chaud dans ma pal...mais j'ai un léger soucis de temps avec mes 90 livres à lire!!!

Richard 15/07/2012 11:32


Merci Nathalie , Tu vivras sûrement un bon moment de lecture Bonne journée Amitiés


Lystig 13/07/2012 10:45

à trois pour écrire ! pétard des guettes, vous vous prêtez les stylos ????

Richard 15/07/2012 11:30


Juste pour le plaisir de faire autrement !!!


Ys 12/07/2012 19:23

Je l'ai lu il y a peu, et grosso modo, je suis d'accord avec vous. Il y a juste une chose qui m'a vraiment agacée, c'est ce tic d'écriture qui consiste à dire "ah, si elle avait su alors...". Une
fois, deux fois, trois fois, au bout de dix fois je craque et je m'agace... c'est un procédé classique de mise en suspens, mais là j'ai vraiment trouvé qu'il en abusait...

Richard 15/07/2012 11:29


Bonjour Ys, Merci pour ton commentaire . J'ai ressenti cet agacement une fois ou deux mais ça n'a pas gâché mon plaisir ... Amitiés


Catherine 11/07/2012 23:06

On le voit bien en ce moment sur les blogs ; je l'ai noté (vu chez Sophie). Bonne continuation, et un bel été, j'espère qu'il est ensoleillé au Québec !

Richard 12/07/2012 13:25



Bonjour Catherine,


Contrairement à chez vous, nous avons un été formidable ... jusqu'à maintenant ! Du soleil depuis trois semaines et des températures avoisinnant les 25 - 28 degrés .


Alors, traversez l'Atlantique !!! On vous attend !



pichenette 11/07/2012 22:51

Et un et deux et trois l'Etang!
Tir au but réussi!

Richard 12/07/2012 13:24



Et c,est un livre gagant !!!


Bonne lecture chère amie !



Pierre FAVEROLLE 11/07/2012 21:35

Salut Richard, chronique exceptionnelle pour roman exceptionnel d'un auteur exceptionnel. A découvrir, à lire, d'urgence ! Amitiés

Richard 11/07/2012 21:45



Merci beaucoup Pierre !


Nous sommes d'accord sur toute la ligne !!


Amitiés



sophie 11/07/2012 18:17

Une magnifique chronique...surtout le premier tiers! ;)

Plus sérieusement, merci beaucoup Richard pour ce partage, je trouve en effet l'expérience intéressante et originale...et maintenant, qui pourra résister à se noyer dans ce Noir-Etang si
fascinant?

Et merci également au passage pour le gentil commentaire de Christine Roy: te compter parmi mes visiteurs et commentateurs est un vrai plaisir Christine!

Richard 11/07/2012 19:09



Merci Sophie,


En effet les trois premiers tiers de cette chronique étaient assez exceptionnels !! La qualité du roman commandait des chroniqueurs hors pair !!


Amitiés !!



Allie 11/07/2012 15:51

Quand je l'ai vu dans la colonne "Je lis présentement" j'ai été voir le résumé et je l'ai tout de suite noté. Ce billet me confirme que j'ai bien fais! Il ne restera plus qu'à le lire!

Richard 11/07/2012 16:18



Bonjour Allie,


Et tu verras ... le temps passe vite !!! Une excellente lecture !


Amitiés



christine 11/07/2012 13:08

Trois beaux regards sur un roman fort et touchant, à lire absolument. Bravo :-)
Amitiés.

Richard 11/07/2012 13:58



Merci à toi de la part de Sophie et de Stéphanie ...


Et de moi, évidemment !



Christine ROY 11/07/2012 13:04

J'avais peur d'être été trop sensible pour être toucher par ce roman. Mais c'est rassurant de savoir, que finalement ce serait être inhumain ou fermé sur son petit moi et sa petite vie, pour ne pas
se sentir bouleversé ou concerné

Richard 11/07/2012 13:58



Tu as tout à fait raison !



Christine ROY 11/07/2012 13:01

A vous trois, merci ! J'ai laissé déjà un long commentaire sur le blog de sophie. Intéressant cette chronique à trois, car nous sommes tous du même avis, sur la qualité du roman, mais chacun sa
sensiblité et sa façon d'évoquer son ressenti. je pourrai aussi en parler et ce serait encore avec des mots différents et une sensibilité autre. Ce roman m'a beaucoup touché ! Tous les personnages
sont attachants, et seule l'intolérance, que je déteste dans la vie, aurait pu me faire penser autrement. Il n'y a pas un passage ennuyeux, c'est juste une tranche de vie, un drame où chacun peut
se reconnaître sans être pour autant un monstre. J'ai trouvé la fin sincèrement bouleversante, insoupçonnée du début jusqu'à la fin, et tellement humainement tragique. Mon commentaire est
complémentaire sur le blog de sophie. Allez y et vous pourrez découvrir une chroniqueuse attachante !

Richard 11/07/2012 13:57



Bonjour Christine,


Tu fais une excellenete analyse de ce roman !


Merci !



attila 11/07/2012 13:01

n'en jetez plus !!!!! c'est bon !!! ok !! je me rends !!!! je l'adopte celui-là aussi !!! vous n'avez donc tous aucun pitié pour les cernes sous yeux à force de nuits blanches à écluser une PAL
sans fin, pour les lamentations des conjoints qui ne comprennent pas comment et pourquoi on peut thésoriser des livres comme des paquets de nouilles pendant la "guerre du golf", ......adieu donc
.... je pars chez mon libraire !!! et ça va encore se finir avec plus de livres que je ne pourrais jamais en lire ...

Richard 11/07/2012 13:56



Chère Attila,


N'essaie même pas de combattre ... Pour des boulimiques littéraires, pour des malades du livre, pour des passionnés de la page, on ne peut résister ! Et voilà, notre seule faiblesse ... le livre
nous domine ! Et on adore cette soumission !!!


Dis bonjour à ton libraire !


Amitiés