Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard


Mon premier contact avec cette brique a eu lieu sur quelques blogues littéraires européens. Une constante en ressortait : précipitez-vous pour l’acheter. C’est ce que j’ai fait et je ne le regrette aucunement. La Religion est un superbe roman; et je me demande si le mot roman est assez fort.
La-Religion.jpg
La Religion est un roman historique (le siège de l’Île de Malte par l’armée de Soliman le magnifique contre les Chevaliers de l’Ordre de Malte), un thriller de guerre psychologique, un polar, un roman d’amour, un roman « gore » avec des descriptions épouvantablement précises et tout cela, parsemés de beaux moments tendres de musique et de poésie dans une langue et un style envoutants.

Ce pavé était mon premier contact avec l’écrivain (il est psychiatre et chirurgien) Tim Willocks et ce fut tout un choc . Il semble habité, successivement et selon les situations de son roman, par le coté sanguinolent de Dexter, par la terreur de Stephen King, par le coté noir de Patrick Sénécal, le talent de raconteur de l’Histoire d’Umberto Éco et le rythme du feuilleton d’Alexandre Dumas. Tout cela dans un même auteur et dans un seul livre.

L’histoire est relativement simple mais tellement complexe dans ses ramifications. L’Île de Malte, mai 1565, est entourée d’une armée gigantesque du sultan des Ottomans, Soliman le Magnifique : 120 000 hommes dans 150 galères. Débute alors, un siège contre cette minuscule île défendue par 3 000 soldats et 500 Chevaliers de l’Ordre de Malte. Un massacre s’y prépare et tout le monde en est conscient … Pendant ce temps, une jeune femme, Carla La Penautier, accompagnée de sa dame de compagnie, Amparo, tente de convaincre Mathias Tanhauser de l’aider à chercher son fils illégitime, abandonné sur l’Île, à sa naissance. Commence alors une longue quête marquée par la violence de la guerre, les horreurs de la mort, la douceur des arts et la tendresse de l’amour. Mélange explosif !!!!! Danger de chef d’œuvre !!!!

Malgré les 850 pages et les 40 000 acteurs de cette guerre, nous nous retrouvons facilement dans les personnages principaux et secondaires, réels ou fictifs; humains dans tout ce que l’on peut comprendre des sentiments et des contradictions vécus dans un quotidien angoissant, secoués par les aléas d’une bataille injustifiée et emportés par leur propre passion et leurs idéaux, parfois bassement matériels. Les personnages nous charment et nous envoutent; tout naturellement, on prend plaisir à les aimer ou à les haïr.

Tim Willocks possède un talent remarquable, nous raconter une histoire à travers l’Histoire, en nous y montrant son coté le plus sombre, le plus noir (la couleur rouge serait plus appropriée, ici …) et en nous envoutant par une écriture tout à fait poétique et sensuelle. Le lecteur passe par des montagnes russes d’émotions diverses : une description insoutenable d’une bataille, suivie d’une scène voluptueuse et charnelle puis un paysage chargé de violences pour se terminer avec la douceur et la sensibilité d’une interprétation de viole de gambe.

Et pour épicer encore plus le plat, pourquoi ne pas mêler à tout cela des intrigues politiques, des magouilles d’Inquisiteurs (Ludivico, l’Inquisiteur que l’on aime haïr…) et des manifestations d’intégrismes religieux, autant musulman que chrétien.

On pourrait penser que c’en est trop, que trop d’ingrédients peuvent gâcher la sauce. Non ! Le talent de Willocks c’est justement de garder un équilibre, de savoir doser chaque partie pour que la lecture des 850 pages soit parfaitement digeste.

Voici quelques exemples de son talent.

Des maximes pleines de bon sens :
« Et seul un idiot cultive un ennemi qu’il ne peut pas combattre »
« Chaque coq est roi de son propre fumier »
« Donner de la laine aujourd’hui pour pouvoir prendre quelques moutons demain. »
« … il vaut mieux avoir un sage comme ennemi qu’un fou comme ami. »

Une poésie fascinante :
«  … et il laissa la musique rouler à travers son âme, une sarabande qui caressait le visage de la mort comme les amants celui de leur aimée. »
« Les faibles ondulations de la mer étaient enrubannées d’argent et une lune gibbeuse descendait dans la poussière des cieux. »
«  … un holocauste d’explosions furieuses … »
«  … un poème qui vous fond sur la langue. »

Des phrases percutantes:
«  La bouche de Lazaro se recroquevilla en quelque chose qui ressemblait à un anus de mouton.»
« Mettre la main sur ce garçon est comme arracher des poux dans l’entrejambe de quelqu’un d’autre. Déplaisant, frustrant, hasardeux et sans réel bonheur au final. »
« L’odeur dense et répugnante de viande humaine grillée était horriblement appétissante … »

Des pensées plus que modernes
 :
« … le mariage est un pacte dont seule l’entrée est gratuite, c’est la vérité. »
« … moi intérieur … »

Et des scènes d’une sensualité étonnante
 :
« Ses jambes serpentines et douces se glissèrent autour des siennes, et son cul, d’une splendeur si impossible à distinguer de celle de ses seins que seul un malotru aurait pu penser à les classer par ordre, se nicha sur ses cuisses. Il sentit les tétons invisibles frotter contre sa poitrine. Il fut immédiatement affligé d’une tumescence bourgeonnante que rien dans la Création tout entière n’aurait pu empêcher, et dont Amparo ne parut pas le moins du monde scandalisée. »

La Religion est un roman d’un magnétisme certain. Évidemment, il faut du souffle pour passer au travers ces 850 pages mais les lecteurs de pavé seront ravis. Pour les autres, cette brique pourrait être votre premier pas dans l’univers des livres qui développent les muscles de nos bras tout en titillant notre cerveau et en chamboulant nos émotions. 

À lire pour le plaisir d’être déconcerté.

La Religion                               
Tim Willocks
Sonatine Éditions
2009

Commenter cet article

Véro 01/09/2014 11:48

Je suis en train de le terminer... ça fait une éternité que je ne m'étais pas autant passionné pour un roman, je suis tellement impatiente de découvrir le déroulement que je n'ai pas pu m'empêcher de chercher un peu sur internet les faits historiques !!!

J'ai un goût prononcé pour les romans historiques et les romans d'aventure (j'affectionne tout particulièrement Wilbur Smith) et je dois dire que celui-ci est une pépite. Il faut dépasser la 130è page pour se rendre compte qu'il n'y a pas de clichés ni de héros parfaits (que chacun est en lutte avec ses rêves et ses démons). Je pense que c'est le "lyrisme" de l'auteur qui donne cette impression (nombre de personnages semblent avoir un goût trop prononcé pour la mort, le sang et la bataille, ça paraît exagéré, même dans la bouche de fanatiques religieux !!!).

Bref, je suis complètement accro et je ne manquerais pas de lire ses autres romans...

Cdt

Richard 05/09/2014 13:14

En attendant, il y a plein de bons livres à lire ...
Bonne journée et bonne lecture !

Véro 05/09/2014 11:04

C'est exactement ce que je me suis dit. Inutile de payer trop cher un roman qui risque de me déplaire... :-)
Bone journée aussi.

Richard 04/09/2014 13:51

Bonjour Véro,
Non, je n'ai pas lu le dernier roman de cet auteur. Moi aussi, j'ai lu les critiques plutôt nuancées et ça m'a arrêté. J'attendrai donc la sortie en livre de poche ... et je verrai si je le lis jusqu'au bout !
Bonne journée

Véro 04/09/2014 09:38

Au fait, avez-vous lu la suite ? -)

J'ai lu ici et là des commentaires peu élogieux en provenance même de personnes ayant apprécié le premier volume. Ceux-ci lui reprochent l'excès de sang et de violence ; si dans "La religion" cette violence semblait malgré tout avoir une forme de justesse, dans la suite, paraît-il, ça déborde. Je dois admettre que je ne suis moi-même pas très fan de tout ce qui est gore et je crains effectivement le sur-étalage, si vous voyez ce que je veux dire... ?!

Richard 01/09/2014 14:00

Bonjour Véro !
Merci pour votre commentaire qui m'a rappelé un moment extraordinaire de lecture !
Tim Willocks est un romancier de haut niveau capable de raconter une excellente histoire au beau milieu de la grande Histoire et d'y faire vivre des humains avec leurs passions et leurs faiblesses.
"La religion" est un grand roman !
Merci pour ton commentaire très pertinent !
Bonne fin de lecture !

Hécate 11/04/2014 18:46

Tout à fait passionnant !....

Richard 11/04/2014 20:16

Et la suite paraît bientôt !!
Bonne lecture !

Albin Lemarin 20/09/2012 14:21

J'en suis à la page 130 et je commence vraiment à trouver le temps long ! C'est un flot continu de clichés, niveau manuels d'histoire de la troisième république : héros parfaits, méchant
inquisiteur (bouh!), servante-aux-gros-seins... tout est à l'avenant, c'est à dire ridicule ! Bientot un film avec Tom Cruise, I presume...

Richard 20/09/2012 15:28



Bonjour Albin,


Une chance que tous les goûts sont dans la nature ... Voici toute la beauté de la littérature ! Vous n'aimez pas, j'ai adoré ... et demain, peut-être que nous aimerons le même roman !


Vive la diversité !


Cordialement



Mic 24/08/2010 10:50


Bonjour Richard,

J'ai profité des vacances pour lire le pavé de Tim Willocks "La Religion" qui paraît-il, serait le premier tome d'une trilogie consacrée au XVI ème siècle, dans le cadre des croisades? (on
verra!).
Et pour l'occasion, je viens de relire ton billet concernant cette saga : post emballant et accrocheur! En ce qui me concerne : j'ai adoré ce livre, qui je l'avoue dépoussière assez fortement le
genre historique, n'est-ce pas? Ces 850 pages peuvent faire peur au départ, mais le texte est si puissant et si coloré de mille et un parfums que l'on plonge, la tête la première dans cette
formidable épopée faite d'amour et de sang. J'ai découvert un vrai écrivain, un véritable conteur bien de son temps, et qui sait capter l'attention de ses lecteurs dans une langue moderne, vive,
imagée et non ampoulée par des phrases sans fin ... Bref! une belle trouvaille.
Pour ma part, j'ai choisi de ne pas trop en dire, mais en revanche, j'ai essayé par moult adjectifs de donner envie et de persuader le lecteur de l'acheter. En tout cas, merci pour cette
suggestion, tu m'avais à l'époque déjà convaincu. Amitiés, MIC.


Richard 24/08/2010 12:07



Bonjour Mic,


Oui quel roman puissant ! Je ne sais pas si son dernier livre répons aux attentes créés par cette brique à l'histoire envoutante !


On s'en reparlera surement!


Amitiés



Morgane 12/02/2010 01:14


Allez je vais faire ma négative. Les "romans historiques sont très populaires", c'est vrai, mais pas ceux-là :-) Plutôt le genre saga familiale québécoise, malheureusement à mon goût.


Richard 12/02/2010 01:32


C'est vrai! La nuance que tu apportes est très pertinente.
Des romans comme La Religion, ce n'est malheureusement pas pour tout le monde !!!
Alors, bravo pour les autres lecteurs qui se retrouvent dans le style "saga familiale".
Je me rappelle avoir déjà lu Maurice Denuzière, Edward Rutheford et même Henri Troyat ...

Et ma libraire préférée n'est pas négative !!!! Hi hi hi !!!!


Mic 05/02/2010 19:51


Bonjour Richard,

En lisant ton billet, je suis définitivement convaincu par ce livre. Un des coups de coeur de la Fnac, qui me l'a vivement conseillé. Alors, c'est décidé je vais me le procurer dans les prochaines.
Au plaisir de te lire prochainement, d'ici là, à bientôt, Amitiés. MIC.


Richard 05/02/2010 21:59


Bonjour Mic,
Tu m'en donneras des nouvelles. Ce roman est encore peu connu, ici au Québec. Pourtant les romans historiques y sont très populaires.
Bonne lecture
Amitiés