Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Le livre des choses perdues9356 Livre des choses perdues BD«Le livre des choses perdues» n’est pas un grand roman. Même si je ne suis pas un grand lecteur de romans fantastiques (pourquoi dit-on «fantasy» ?), je ne dirais pas que ce bouquin répondra aux attentes des amateurs du genre. Cependant, je peux affirmer que je me suis laissé accrocher aux plaisirs que l’auteur a ressentis, en écrivant cette fable et en triturant les contes de son enfance. Je ne serai donc pas dithyrambique mais juste assez enthousiaste pour vous dire que j’ai apprécié cette lecture en le prenant comme un petit moment de détente littéraire.

John Connolly est un auteur de polars, de très bons polars. En bon Irlandais qu’il est, il adore ces histoires fantastiques, ces récits qui font peur mais surtout, ceux qui font appel à l’imaginaire de l’auteur et à l’imagination du lecteur. Alors, quand j’ai vu ce roman, emballé,  je m’y suis plongé avec un plaisir anticipé.

L’histoire commence dans une atmosphère dramatique, sous le ciel de Londres, attaqué par les avions allemands. David, un jeune garçon d’une douzaine d’années est au chevet de sa mère mourante; il a développé une série de tics et de superstitions qui, pense-t-il, permettent à sa mère de survivre. Malgré  ses efforts et pour son plus grand malheur, sa mère meurt et sa vie bascule. Son père se remarie, tout ce beau monde déménage dans la maison de la dame et ... un petit frère arrive, petit être qui semble occulter définitivement l’image de sa mère. Les relations sont tendues avec la belle-mère, le petit frère prend toute la place; dans la tête de David, le pire se laisse imaginer.


En même temps, il découvre dans sa nouvelle chambre, une bibliothèque qui appartenait, autrefois, au fils de la maison ... L’étrange Jonathan possédait des livres extraordinaires ... et David «entend parler» ces livres qui l’obsèdent ... Qui est ce Jonathan qui un jour, a disparu avec sa petite soeur ? D’où lui vient cette nouvelle capacité à entendre ce que les livres ont à lui dire ...  Une scène très drôle me revient à la mémoire ... Dans le cabinet du psychiatre, les livres, selon leur philosophie, approuvent ou désapprouvent ses gestes, ses paroles, ses opinions et ses techniques. On imagine le fouillis d’idées et de points de vue !

Une nuit, une voix qui semble être celle de sa mère, l’attire vers un autre monde, un monde parallèle, dans lequel il vivra des aventures bien particulières, entouré d’un monde hostile, violent mais aussi, accompagné par des personnages plus protecteurs. Il y fera la rencontre de l’infâme «Homme Biscornu» et de multiples  personnages dangereux comme des hommes-loups et des monstres sanguinaires. Assez classique comme situation !

Cependant, là où j’ai eu le plus de plaisir, ce sont les moments où l’auteur se paie le plaisir de métamorphoser les contes de son enfance: le Petit Chaperon rouge provoquant une relation spéciale avec le loup, Blanche-Neige en patronne tortionnaire obèse, vivant aux crochets des Sept Nains, syndiqués, revendicateurs ... et maltraités ... psychologiquement, Hansel et Gretel et la méchante sorcière, etc. De petits moments de pur plaisir pour qui sait apprécier l’ironie.

Alors, comme lecteur, il faut jouer le jeu, s’amuser avec l’auteur qui nous y invite et se laisser porter par l’histoire, par le merveilleux, par le fantastique. Bref, retrouver nos yeux d’enfants  en train de lire, sous les couvertures avec une lampe de poche. Avec la peur ... de se faire prendre !

Évidemment, certains diront que pour le vrai lecteur adolescent, ce livre est trop violent et que le jeune héros tue, sans peur et sans reproche ... comme dans les jeux  vidéos auxquels ce livre pourrait les arracher ... C’est une question qui m’a toujours turlupiné ... Comment se fait-il que la violence des jeux vidéos et de la télévision est toujours mieux acceptée que celle décrite dans les livres, dans la littérature ? J’aurais besoin d’avis d’experts ! Ou d’une explication d’amateurs avertis !

J’ai aussi apprécié certains passages où l’auteur fait l’apologie des histoires et de la lecture ...
«Les histoires veulent être lues, disait la mère de David dans un murmure. Elles en ont besoin. C’est pour cette raison qu’elles quittent leur monde pour se frayer un chemin jusqu’au nôtre. Elles veulent qu’on leur donne vie.»

Et un des passages les plus drôles où l’auteur nous présente les discussions des Sept Nains où « ... il était beaucoup question de «la nécessité pour les travailleurs de détenir leurs propres moyens de production» et des «principes du Second Congrès de la Troisième Commission» qui apparemment s’était terminé par une violente querelle pour savoir qui allait faire la vaisselle.»

Finalement, ce livre m’a quand même beaucoup ému et certainement, il a été fort distrayant car il nous transporte de moments de violence en moments tendres à souhait. Malgré une fable mille fois racontée, il faut être complice avec l’auteur et se laisser raconter une histoire, joliment tournée, qui se termine dans une fin tout à fait charmante.

Un livre à lire, oui ! Mais avec des attentes réalistes et un coeur d’enfant ! Alors, pour ceux qui seraient tentés par ce livre, allez chercher votre lampe de poche, installez-vous sous les couvertures et profitez d’un petit plaisir de lecture.

Bonne lecture !

Le Livre des choses perdues


John Connolly


J’ai lu
2010


377 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emily 10/02/2011 22:22


Je suis d'accord avec toi, j'ai beaucoup aimé le jeu de l'auteur avec nos contes, et j'ai été très émue par ce livre, bien qu'effectivement, je l'ai trouvé un peu violent pour des lecteurs
adolescents.


Richard 10/02/2011 22:31



Et j'ai reçu la suite ... "Les portes" que je lirai durant les prochaines vacances !



Marie 28/10/2010 21:47


Depuis un bon bout de temps ce livre me tente... Il ne me reste plus qu'à trouver le temps de le lire ! :-)


Richard 29/10/2010 02:41



Ah le temps !!!


Il faut savoir le prendre ... et surtout, en profiter !!!



Lilibook 28/10/2010 20:20


je l'ai lu l'année dernière et j'en garde un excellent souvenir lecture ! une belle plume aussi.


Richard 29/10/2010 02:40



Oui, en effet !!!


Un petit moment de plaisir littéraire !!!



l'or des chambres 19/10/2010 21:29


Coucou Richard ! Je suis de retour (et ravie de l'être...) Merci beaucoup pour tes très gentils commentaires pour le RAT, j'ai beaucoup apprécié tous ces encouragements... Pour le titre dont tu
parles il me tentait bien mais ton billet et ton enthousiasme un peu modéré ne me donne pas trop envie de m'y plonger... Eventuellement, peut-être une lecture de Noël (mais j'ai déjà pas mal de
choses qui me tentent pour Noël)
Bisous Richard et à bientôt


Richard 19/10/2010 23:48



Je suis content de te revoir !!!


Ce fut un plaisir de te soutenir pendant ton marathon !!!


Au plaisir de se parler !!


Bonne lecture !



belledenuit 19/10/2010 13:44


Je ne connais pas encore ce titre ni l'auteur d'ailleurs. Je vais profiter de l'hiver qui arrive qui les découvrir.


Richard 19/10/2010 14:45



Merci pour votre visite. Bonne découverte !


Au plaisir de vous lire et de vous revoir sur mon site !



Cécile 18/10/2010 09:06


Bravo Richard pour ce super billet qui donne vraiment envie de découvrir ce livre !
Bravo aussi à l'enrichissement de certains commentaires !
A bientôt !


Richard 18/10/2010 15:12



Bonjour Cécile,


Merci beaucoup !


Au plaisir de te lire !



Catherine 15/10/2010 08:07


Bonjour Richard,
Désolée, ça fait un moment que je n'étais pas venue...
J'avais beaucoup aimé ce roman ! Très original.


Richard 15/10/2010 13:01



Très content de te revoir, Catherine.


Au plaisir de te lire !


Amitiés



Karine:) 14/10/2010 20:48


Je l'ai pour ma part beaucoup aimé, ce livre. Il faut dire que j'adore tout ce qui est contes de fées et dans ce roman, l'auteur s'en donne à coeur joie!! J'ai vraiment, vraiment eu peur. Mais suis
un grand bébé hein... c'est pas nouveau!


Richard 15/10/2010 03:49



Il faut savoir garder son coeur d'enfant ... pour s'émerveiller ... et pour parfois ... se faire peur !!!


Bonne journée et bonne lecture !



Emeraude 13/10/2010 08:52


comme toi, j'avais bien aimé à l'époque où je l'ai lu. J'ai trouvé cela touchant et la déformation des contes de notre enfance est intéressante. Mais ça n'est pas resté comme un coup de coeur dans
ma mémoire !


Richard 13/10/2010 12:16



Tu as raison. Merci !



pichenette 12/10/2010 23:17


Revisiter les contes de notre enfance? Mais c'est donc un copain de Chantal Robillard! ( cf : les 7 fins de Blanche-neige)


Richard 13/10/2010 12:15



En effet ! On pourrait dire que ce roman est ... un conte à croquer !!!



Suzanne 12/10/2010 18:59


Un roman que j'ai aussi beaucoup aimé. Bel avis!


Richard 13/10/2010 12:14



Merci beaucoup ! Au plaisir de lire tes commentaires !



Jean-Marc Laherrère 12/10/2010 10:02


A propos de fantaisie, fantastique et SF ... Je ne sais quel auteur avait donné cette explication très claire.

Vous êtes dans votre cuisine, votre chat arrive et vous apostrophe : "Alors, ça vient ces croquettes ?".

1. Si vous faites un bond, et vous évanouissez de frayeur en pensant que c'est le Diable (ou un esprit, ou votre belle-mère ...) qui parle par sa bouche, et que cela vous effraie, vous êtes dans un
livre fantastique.

2. Si vous lui répondez "attends une minute, j'ai autre chose à faire" parce que c'est connu, les chats, comme les poissons rouges parlent, chantent et s'apprêtent à vous aider à sauver le monde,
vous êtes dans de la fantazy (ou aisie) un monde où il y a des animaux qui parlent, des fées et des elfes, tout le monde sait ça.

3. Si vous lui répondez car vous avez acquis il y a peu un chat génétiquement modifié qui parle, chose impossible au siècle précédent, vous êtes en SF.

Voilà, faites bien attention à votre chat maintenant ...


Richard 12/10/2010 11:51



Merci Jean-Marc.


Explication très éclairante ... !



mimi 11/10/2010 23:18


Changement de cap de lecture assez intéressant tout de même; tu as eu des explications très justes pour le genre de la fantasy, différent du fantastique. Pour ta seconde question, je crois que
l'écrit a toujours une force plus grande que l'image car il fait appel à l'imaginaire personnel, au vécu du lecteur. Le lecteur doit reconstruire lui-même cet univers, se l'approprier. Et puis, la
langue donne un souffle, une puissance aux situations les plus anodines car on peut aller au delà des apparences...


Richard 11/10/2010 23:43



Merci Mimi !


Une belle analyse ... qui mérite réflexion !


Bonne semaine !



Lystig 11/10/2010 22:39


et oui, je suis très sage... !!!!!!!!!!!


Richard 11/10/2010 22:42



En effet ...



Lystig 11/10/2010 22:28


moi, c'était en philo !


Richard 11/10/2010 22:31



Et c'est de là que vient toute votre sagesse !



Lystig 11/10/2010 21:07


"fantasy", : tout ce qui est in, up to date, hype, se dit en anglais : cela fait mieux !!!
ainsi : un mail, plutôt qu'un courriel...
(et pourriel, personne ne sait ce que cela veut dire !)

j'aime le fantastique, j'en attaque un demain (partenariat avec BoB !)

les contes revisités... c'est bien à la mode... mais quand j'ai lu tes mots, j'ai pensé à Bruno Bettelheim !


Richard 11/10/2010 22:23



Oh qu tu me rappelles de bons souvenirs de mes études littéraires et pédagogiques ... !


Merci chère amie.


À bientôt !



nathalia 11/10/2010 20:51


Bonsoir,
Je préfère de loin le mot fantaisie s'il est question de donner un avis sur la question posée au debut de ton billet.
Je ne suis pas fan de ce genre littéraire,juste de temps en temps, et je me rends compte que les jeunes 15-25 ans lisent beaucoup ce genre là d'ou la double version ado-adulte je crois qu'on
appelle ç du marketing NON? Au prochain billet Richard


Richard 11/10/2010 21:16



En effet, Nathalia !


Merci pour ton commentaire !


Bonne soirée !



Gen 11/10/2010 20:51


Le fantastique se définit comme l'intrusion d'un élément surnaturel dans le monde réel.

La fantasy (aussi appelée "heroic-fantasy")est typiquement un récit se déroulant en majeure partie dans un monde parrallèle où la magie a cours.

Fantastique et Fantasy ne sont donc pas des synonymes. Le Fantastique est souvent beaucoup plus sombre.

Maintenant, pourquoi écrire "fantasy" plutôt que "fantaisie"? Tout simplement parce que, comme plusieurs l'ont souligné, les premières sagas de fantasy étaient anglo-saxonnes. Ensuite, les Français
se sont emparés du terme et, comme souvent, ils n'ont pas pris la peine de le franciser.


Richard 11/10/2010 21:15



Merci Gen pour ces explications, claires et précises !Je comprends maintenant très bien la différence entre ces deux genres.


Au plaisir de te lire.



David Mourey 11/10/2010 20:46


Mon cher Rochard, tu as des lectures trés diversifiées ... Bravo pour cette ouverture d'esprit !


Richard 11/10/2010 21:13



Bonjour David,


J'adore me faire surprendre ... et dans la diversité, je retrouve ces éléments de surprises et de découvertes. Et en plus, les plaisirs de la lecture sont multiples ...


Amitiés



Ys 11/10/2010 20:08


"adoré" (com' parti trop vite...)


Richard 11/10/2010 20:29



Oups !!!


Montre-moi quelqu'un qui n'a pas fait ce genre de faute ...!!


Tu es toute pardonnée !


Amitiés