Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Newton.jpg«Aut inveniam viam aut faciam»
Hannibal

«Newton. La science du complot»

Et voilà un titre étonnant qui ne peut qu’attirer et attiser la curiosité du lecteur de polars que je suis. Une page couverture énigmatique ! Une arcade, couloir inquiétant, une intrigue à elle seule. Et le nom de Newton qui y apparait, associé au mot «complot» (étrange !) et tout naturellement au mot «science».

Tout le monde connait Isaac Newton et ce fameux épisode de la pomme qui lui tombe sur la tête. Légende ou vérité ? On ne le sait pas mais à l’entrée du vénérable Trinity College de Cambridge, juste au dessous de l’horloge, trône fièrement un pommier, ancêtre probable de celui qui a fourni le déclencheur, le choc, pour découvrir cette fameuse théorie de la gravitation.

Alors, nous retrouvons notre cher Isaac dans son laboratoire de Cambridge, travaillant constamment sur ses recherches en mécanique et en optique, enseignant à ses élèves les arcanes de la science mais se livrant secrètement à des expériences d’alchimie. Intrigué par cette science à l’index, Newton voudrait bien mettre le doigt sur la célèbre formule qui lui permettrait de changer de vils métaux  en or. Trouvera-t-il cette célèbre pierre philosophale ?

Newton, ce «fils de fermier devenu professeur à l’université», est un solitaire. Il partage peu ses découvertes. Et il ne fréquente pas ses confrères chercheurs. Passionné par la science, il fuit les scientifiques. Sauf bien sûr son maître à penser, son mentor, Isaac Barrow qui voulait «révéler au monde entier les remarquables talents de son protégé.»

Presque trainé de force à Londres, Isaac Newton présentera ses travaux aux membres de la Société Royale de Londres pour l’amélioration des connaissances naturelles. Il y rencontrera des amis. Il y verra aussi quelques ennemis. Mais surtout, il se liera d’amitié avec Edmond Halley, un jeune astronome avec qui il semble développer quelques «atomes» crochus !

À la recherche d’un livre rare sur les débuts de l’alchimie, Newton entrera en contact avec une drôle de libraire itinérante ... Lady Catherine Fitzgerald qui lui trouvera facilement l’objet de sa convoitise scientifique. Dans un lieu secret, l’échange sera fait; Isaac met la main sur le livre tant recherché. Puis, par un hasard dû à sa curiosité, notre scientifique apprendra l’existence d’un complot se tramant contre le Roi d’Angleterre. Il apprendra plus tard (le lecteur le sait, lui ...) que cette charmante libraire exerce pendant ses temps libres, le dangereux métier de terroriste, recrutée par un certain Père La Chaise pour ébranler la cour protestante d’Angleterre.

Notre jeune scientifique, dépourvu devant cette situation, s’alliera avec le découvreur de la périodicité de la comète de Halley pour défendre patriotiquement, les honneurs de la Couronne britannique. Les deux savants feront preuve de «génie» pour déjouer ce complot et réussir à sauvegarder la tranquillité royale. Enquêteurs maladroits mais scientifiques inventifs, Newton et Halley se serviront de leurs connaissances pour déculotter les comploteurs, surpris par l’ingéniosité de nos deux agents spéciaux.

Dans une finale, toute en douceurs et en rondeurs, on laisse ce roman avec un sourire de contentement; pas à cause de l’intrigue qui est relativement peu haletante, pas non plus par la richesse du style de l’auteur. Ce qui m’a plu dans cette histoire, c’est la découverte d’un personnage historique, mis à jour avec ses qualités et ses défauts, transposé dans un contexte révélateur de sa véritable nature. Vivre le quotidien de Newton, visiter son laboratoire, connaître ses «fantasmes scientifiques» rencontrer Edmond Halley et surtout, s’amuser des méthodes que ces deux apprentis enquêteurs utilisent, tout cela mérite surement un détour vers ce premier roman de Matthew Farnsworth.

Et en plus, vous apprendrez comment sont nés les mousquetaires, les premiers balbutiement des ancêtres des scaphandriers, la ferveur des Londoniens pour les théâtres,  les premières réflexions sur la numérotation des maisons dans les rues de Londres et vous pourrez côtoyer un grand nombre de scientifiques, qui seront maintenant pour vous, plus que des noms dans des livres de sciences.

«La science du complot» n’est pas un thriller haletant où vous dévorerez les pages une à une; mais ce roman vous permettre d’assouvir votre curiosité et de mieux connaitre ce personnage que tout le monde connait ... mais si peu. La preuve, j’ai eu le plaisir de découvrir une des fonctions que Newton a exercé à Londres, un travail assez particulier. Et comme cette information découle de l’intrigue ... je vous laisserai donc le plaisir de le découvrir vous-mêmes.

Amateurs de polars, «Newton, La science du complot» n’est pas le roman qui réussira à vous étonner et à transcender le genre. Ce roman est un très bon premier roman et il a la grande qualité de nous dépeindre un milieu et une époque fort intéressante de l’histoire politique et scientifique. Matthew Farnsworth a su introduire et vulgariser de multiples connaissances scientifiques qui révèlent une compétence pédagogique évidente. Jamais, vous ne sentirez le professeur derrière l’écrivain mais à la fin de votre lecture, vous aurez passé un très bon moment de lecture tout en ayant appris quelques notions historiques, politiques et scientifiques.

Et je vous laisse sur un dernier clin d’oeil quand vous lirez l’annexe «Au sujet de la conjecture de Pierre de Fermat»; l’auteur aura eu le plaisir de nous laisser avec un dernier sourire ... scientifique !

Quelques extraits:

« - Le problème avec vous, les Anglais, c’est que vous vous battez toujours pour l’argent alors que nous, nous nous battons pour l’honneur, la gloire.

- Je crois que cela nous rend complètement similaires alors, répliqua un Falconer profondément exaspéré par l’insupportable officier. Car, de votre aveu même, nous combattons pour obtenir ce que nous ne possédons pas.»


« Je crois qu’il serait préférable pour tous que je continue à réserver ceux-ci (le résultat de ses travaux) à mes étudiants, du moins pour l’instant. Je n’aurais rien contre une publication posthume.»

Et pour expliquer la citation latine du début:
« La Nature ne révélait pas ses secrets aussi facilement. D’abord frustré par son échec, il comprenait maintenant où il avait erré. Il allait pouvoir réparer. Réparer puis recommencer. Encore et encore. Jusqu’à ce qu’il trouve la voie ou qu’il l’invente.»


Bonne lecture !


Newton. La science du complot
Matthew Fransworth
Québec Amérique
2012
461 pages

 

La page de Matthew Farnsworth sur le site de Québec Amérique

 


Achetez ce livre en ligne sur Rue des Libraires

Commenter cet article

Carnets Noirs 12/11/2012 00:07

une libraire terroriste? Ben voyons donc ! :-)

Richard 12/11/2012 03:46



Et oui !!! Et j'en connais des très dangereuses !!


Une surtout, me fait prendre quelques livres ...



Pierre-Olivier 08/11/2012 21:44

Ce livre m'a passé entre les mains et la couverture m'a vraiment intriguée. Par contre, lorsque j'ai lu le résumé, j'ai désenchanté un peu. Non pas à cause des personnages, normalement j'aime bien
les personnages historiques, mais en raison de l'aspect ésotérique avec l'alchimie et tout. C'est pourquoi je suis content que vous en avez fait un résumé. J'avoue que je suis tout de même intrigué
par l'histoire.. Surtout à propos du complot contre la cour anglaise. Comme il a été dit peut-être en poche, sinon un emprunt à la biblio.

Richard 09/11/2012 13:46



Cher Pierre-Olivier,


Ce roman est un très bon divertissement ! L'aspect ésotérique prend une place très minime ! L'histoire et le climat très spécial de découvertes scientifiques sont des aspects fort intéressants
dans ce roman !


Bonne lecture !



pichenette 08/11/2012 18:38

Alors après Eve et la pomme d'Adam, c'est Edmond qui a croqué dans la pomme d'Isaac?

Richard 09/11/2012 04:04



Ah ça, l'histoire ne le dit pas !!!


Je vais demander au serpent ...


Bonne lecture !



Sophie 07/11/2012 22:35

Des pommes, des poires, et des scoubidousbidous...ouah, des scoubidousbidous!

Richard 08/11/2012 04:27



C'est ton nouveau choix de poésie pour dimanche ???



Mimi des Plaisirs 07/11/2012 16:55

Une approche culturelle assez intéressante me semble-t-il. S'il paraît un jour en poche,je pense que j'irai faire un tour dans ses pages.
Amicalement à toi.

Richard 07/11/2012 19:26



Merci Mimi !


Je t'en avertirai sûrement ...


Amitiés



Alex-Mot-à-Mots 07/11/2012 09:19

Voilà qui me tente, un roman dans lequel il y a des choses à apprendre.

Richard 07/11/2012 19:25



Bonne lecture Alex !



Anne 06/11/2012 18:23

Ce roman paraîtra sans doute en poche en 10/18, dans la série Grands détectives, qui mêle enquête pas trop trash et Histoire.

Richard 06/11/2012 20:30



Je l'espère !!


Bonne lecture ...



Éliane 06/11/2012 15:38

Une tatin, une boule de vanille, un café, un bon livre... comment tu veux que je travaille après ça????

Richard 06/11/2012 15:46



Mais il y a un temps pour chaque chose, chère amie !!


Le plaisir, le plus souvent possible; le travail, juste quand c'est nécessaire !!


Bonne journée chèreamiepaconienne



Attila 06/11/2012 15:23

pour la tatin, je te remercie de me la servir tiède avec une boule de glace vanille/noix de pécan ... et un petit café si ce n'est pas trop demander ...merci Richard !

Richard 06/11/2012 15:26



Mais vous n'êtes pas du tout exigeante, chère amie ... !



Attila 06/11/2012 15:21

il est allé bouder ...

Richard 06/11/2012 15:25



C'est pas joli !!!!



Attila 06/11/2012 15:11

Newton et sa pomme ...... sont fâchés avec moi depuis le premier cours de physique dispensé en 6 ème .... moi, je voulais bien faire une tatin avec Isaac mais Monsieur se piquait de recherches
scientifiques..... il est allé boudé sous son arbre .... je lui ai jeté la pomme .... et tu connais la suite ... Monsieur est entré dans l'histoire et moi ..... je sors ....

Richard 06/11/2012 15:20



Dire qu'avec ce commentaire, trois grands "hommes" se rencontrent sur la même page d'un blogue québécois: Hannibal, Newton et Attile.


Remarque bien que j'ai séparé Hannibal et Attila ... pour ne pas partir une guerre de conquérants.


En attendant, même si je te sais amateur de tomates, je te préparerais bien une tarte aux pommes ...


La lecture mène à tout !!!


Bonne journée !