Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

"Nous étions le sel de la mer" de Roxanne Bouchard

« Nous étions le sel de la mer » : Un moment magique !

« Nous étions le sel de la mer » : Un polar à saveur de poésie maritime !

Commencer la lecture d’un livre, puis après quelques pages se dire que l’on vient de faire une rencontre marquante !

Continuer sa lecture et confirmer ses impressions du début !

Changer son rythme de lecture pour se mettre à déguster chaque phrase, chaque paragraphe qui nous étonne, qui nous charme !

Anticiper la fin du roman, comme un deuil à vivre, mais en courant à sa librairie préférée pour acheter un autre roman de cette auteure qui vient de nous « jeter par terre » juste pour se sécuriser et se dire qu’au moins on aura un autre roman à lire !

Et maintenant, trouver les mots pour traduire les émotions vécues, les plaisirs de lecture, l’extraordinaire humanité des personnages, l’atmosphère incroyable de ce petit village gaspésien et surtout, parler du style de Roxanne Bouchard, vanter son écriture et vous dire combien j’ai aimé ce roman. Voilà le défi qui se pose à moi !

Alors, croyez-moi sur parole. Arrêtez de lire cette chronique et allez vous procurer ce roman. Quand vous l’aurez terminé, revenez lire la suite de ma chronique, que j’écris expressément pour les plus sceptiques de mes lecteurs !

Mais pour la grande majorité qui, comme moi, continuerait à lire la chronique en passant outre les « recommandations » du scribouilleur bloguesque du dimanche, voici donc ma chronique !

L’histoire est très prenante, dessinée à l’aquarelle des mots, remplie des odeurs salines de la mer et racontée avec les images des hommes et des femmes qui habitent en face de la grande bleue. Dans un restaurant-bar du village, une jeune touriste se cherche un endroit pour la nuit. Mais aussi et surtout, elle est à la recherche d’une femme qu’elle n’a jamais connue. Déçue de sa vie à la ville, à la recherche de son identité, Catherine Day pose plein de questions qui réveillent la suspicion toute naturelle et à fleur de peau des habitants du village.

À l’aube d’un matin de pêche, Vital Bujold trouve le corps d’une femme dans ses filets. Cette femme, il y a 30 ans, avait bouleversé la vie de ce village et conquis, par sa beauté et son indépendance, le cœur de beaucoup d’hommes. Tout en alimentant la rancœur de certains autres. Était-ce un accident, une faute de navigation ou même, un meurtre ? Quelle que soit l’explication, la découverte du corps de Marie Garant crée une vague et fait en sorte que la marée des souvenirs refait surface dans la mémoire des habitants. Mais il est de notoriété publique que « … la vérité se fait rare, surtout sur les quais de pêche. »

L’enquête est confiée à un tout nouveau policier qui arrive dans la région. Sa femme qui est sculpteure voulait plus d’espace de création ; la Gaspésie lui offrait des horizons infinis. Tourmenté, en questionnement par rapport à lui et à sa vie de couple, il se retrouve dans un environnement qui ne lui est pas familier mais qui semble être propice à la réflexion, à la remise en question.

Il n’a même pas le temps de commencer à défaire ses boîtes et à s’installer dans sa nouvelle maison en attendant sa femme, que sa chef lui demande de différer ses vacances et de s’occuper de cette enquête qui « devrait » être facile. Joaquim Morales, oui, oui, un Mexicain d’origine, se retrouve donc comme enquêteur dans une région du Québec qui sent le varech et où les pêcheurs réussissent à peine à survivre. Sans parler du silence de ces habitants, aussi trouble et opaque que la brume d’un matin de bord de mer.

Au cours de l’enquête, Moralès et la belle Catherine feront connaissance avec les principaux habitants du village. Le touchant Cyrille qui, en toute générosité, vient en aide à la jeune fille, le coloré aide-cuisinier, Renaud Boissonneau, l’énigmatique amérindien, le curé, ancien bedeau, le coroner Robichaud et les femmes si présentes dans la vie du village. Chacun y va de ses souvenirs, biaisés ou pas, de ses silences et de ses demi-vérités, chacun préserve l’intégrité du village. Et la mer ! Et les bateaux ! On entend presque le bruit des vagues qui roulent sur la plage ou qui se frappent sur les rochers.

"Nous étions le sel de la mer" est le roman du mensonge et de la vérité que l'on veut cacher. Parce que la vérité nous fait mal ou pire, parce que le mensonge cache des histoires que l'on voudrait bien oublier.

Mais ce qui m’a touché le plus, c’est la qualité du style de Roxanne Bouchard. Avec sa plume imagée, chaque personnage possède sa propre langue ou ses tics personnels de langage et chacun y va de sa poésie personnelle. Même les « Saint-ciboire de câlisse » de Vital Bujold empruntent des odeurs de la mer et deviennent des sonnets de cette poésie maritime. Alors, imaginez les phrases et les images que vous rencontrerez durant votre lecture … Et surtout, il faut savourer avec délectation les extraits du testament écrit de la main de Marie Garant ! Un bonheur d’écriture !

Voici quelques extraits qui, je l’espère, vous convaincront de partir à la découverte de cette belle région de la Gaspésie, des personnages sortis de l’imaginaire de Roxanne Bouchard, de cette histoire tout en nuances et en humanité et surtout, du style de cette auteure à découvrir.

« Je me penche par dessus bord. Dans le miroir brisé de l’eau, je suis un vitrail explosé, une mosaïque éclaboussée, une mémoire dysfonctionnelle au temps désajusté, un amas d’images en vrac qu’un orfèvre fou a agencé dans un ordre dyslexique. J’ouvre les mains et laisse glisser sur l’onde la bobine de mes souvenirs qui se déploie une dernière fois dans la vague. »

« Un nuage avale le croissant de lune, et il ne reste plus, dans la fenêtre redevenue miroir par l’obscurité, que le reflet fatigué de son propre visage. Joaquin Moralès se regarde. Cinquante-deux ans. Le poivre et le sel du temps ont strié ses cheveux d’étoiles filantes. Certains disent que ça lui donne un certain charme. Il crois son propre regard. Vieux et … ridicule.

Puis il baisse les yeux. »

« Le ciel s’ennuageait, promettant une pluie lasse. La mer frappait fort les cailloux de la grève qui brisaient leur bruit de verre à mes pieds. Les goélands cassaient les carcasses crispées des crabes sur les rochers. Grise et lourde, sans soleil ni enfant, la mer n’est-elle qu’un tombeau fermé et silencieux qui secoue les ossements du corail ? »

« Ça paraît que ton père était architecte ! Hiiii… Si y’avait été pêcheur, y t’aurait appris à mieux mentir ! »

« Y veulent toujours qu’on soit le sel de la terre ! … Pourquoi, nous autres, on serait pas le sel de la mer ? »

Et j’aurais pu en ajouter tant d’autres …

(Et en passant, permettez-moi de saluer les gens de la Baie des Chaleurs, plus particulièrement ceux de Carleton, de Caplan et de Maria, là où il y a 40 ans, j’ai fait mon dernier stage en vue de l’obtention de mon diplôme en enseignement.)

Bonne lecture !

** Line Allard, voici le roman que j’étais en train de lire, il y 3 semaines, quand nous nous sommes rencontrées chez Marie-Anne. Je t’avais dit que c’était magique, enivrant et tellement bien écrit ! J’espère que la chronique de Richard te convaincra de le lire ! Salutations ! France Lapierre.

Nous étions le sel de la mer

Roxanne Bouchard

VLB éditeur

2014

350 pages

Pour mes lecteurs européens, je mentionne que ce roman est disponible à la librairie du Québec à Paris.

Voir le lien, ci-dessous:

http://www.librairieduquebec.fr/recherche/resultat.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HENRIETTE BLACKBURN 11/10/2014 16:12

Quel roman, il n'y manque que la musique pour en faire une symphonie! Comme je l'avais emprunté à la bibliothèque, je devais le remettre le 11. Je l'ai dévoré en deux jours....
Je lis très souvent des polars et sois assuré que je consulterai ton site pour m'inspirer.
Merci Richard ....

Richard 11/10/2014 16:22

Merci Henriette ! Une des forces de Roxanne Bouchard, c'est de nous mettre cette musique dans notre tête quand on lit ses romans. Et cette musique nous laisse un goût tout doux aux airs salins ...
Merci pour ton commentaire !
Et au plaisir de te lire !
Amicalement

HENRIETTE BLACKBURN 07/10/2014 20:01

C'est le roman que j'ai apporté en voyage et que je n'ai pas eu encore le temps de lire. Je me mets à la lecture et je te reviens pour des commentaires...

Richard 08/10/2014 01:07

J'espère que tu vas aimer ! Moi, comme tu as pu le lire, j'ai adoré !! J'ai très hâte d'avoir tes commentaires.
Bonne lecture !
Amitiés.

Lau1307 12/09/2014 00:00

Le résumé m'avait déjà convaincu et j'avais ajouté ce roman à ma liste de livres à lire. S'il me restait un brin d'hésitation, le voilà parti après avoir lu votre chronique ! =)

Richard 12/09/2014 01:06

Cher Lau1307, je ne crois pas que vous regretterez votre choix. Alors, quand vous l,aurez lu, venez me dire si vous avez aimé ! (Moi, j'en suis certain !!)

Éliane 09/09/2014 18:06

Assurément un roman pour les amoureux de la mer, des voiliers et des marins, avec des personnages très forts et une intrigue fort bien ficelée. Pas un si fort coup de cœur pour l'indécrottable terrienne que je suis, mais un vrai plaisir de lecture, c'est certain!

Richard 09/09/2014 18:21

Voilà tous les avantages de notre amitié littéraire, chèreamiedelest ! On peut aimer quelque chose ou pas, s'entendre sur un roman ou pas, s'exclamer sur le génie d'un auteur ou pas ... mais toujours, on est des excellents amis qui avons une passion commune: la littérature ... et l'amitié.
Bonne journée la fille qui a la tête dans les nuages des fois ... mais toujours les pieds sur terre !

Roxanne 08/09/2014 18:23

Cyrille, il dirait sûrement que, quelques fois, nos filets nous ramènent des cadeaux rares. Quand j'ai lancé Nous étions le sel de la mer, je m'attendais pas à autant de bons mots!
Merci mille fois!

Richard 08/09/2014 18:49

Chère Roxanne,
Quel plaisir de voir une auteure prendre le temps d'écrire un mot pour réagir à une chronique sur son roman. "Nous étions le sel de la mer" est un doux caramel rehaussé au sel de mer ... Il est alors normal que dès que le lecteur le termine, rien ne l'arrête de continuer à en parler !
Merci Roxanne pour ce roman !
Tes mots, tes personnages, ton histoire et les atmosphères salins, habiteront tes lecteurs très longtemps.

Asphodèle 08/09/2014 12:38

Rien que le titre me met l'eau à la bouche et les citations me confortent, il est noté et surligné, dès que je peux, je me le procure !!!

Richard 08/09/2014 12:46

Je suis certain que tu vas aimer ce roman, Asphodèle !
J'ai hâte de connaitre tes commentaires.
Bonne lecture !

Alex-Mot-à-Mots 06/09/2014 18:01

D'accord, d'accord, tu m'as convaincu....

Richard 06/09/2014 18:52

J'adore !!
Bonne lecture, Alex !

Karine:) 05/09/2014 23:31

J'ai ressenti tout à fait la même chose! Mon billet sera publié bientôt mais j'ai adooooré! Un coup de coeur!

Richard 05/09/2014 23:50

J'ai très hâte de lire ta chronique, Karine !
Moi aussi, il fait partie de mes coups de coeur.
Bonne soirée orageuse !