Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

J’ai en tête le nom d’écrivains qui, à chaque nouvelle oeuvre, nous surprennent, nous charment et nous font passer de délicieux instants de lecture. À chaque roman, ils nous proposent un univers différent, ils nous transportent ailleurs, ils mettent en scène des personnages attachants, ils créent un récit rempli de surprises, de retournements de situations et de rebondissements imprévus. Tout cela, en conservant leur propre style, leur écriture personnelle et leur imaginaire foisonnant.

 

Ma liste n’est pas longue et je ne vous ne la dévoilerai pas mais, soyez certains d’une chose, Sonja Delzongle en fait partie. Après avoir campé son personnage d’Hannah Baxter en Amérique, elle nous a transportés en Afrique avec le magnifique roman « Dust ». Maintenant, Sonja Delzongle nous ouvre la porte de l’immense «blanchitude » congelée du Groenland. Évidemment, comme tout bon auteur de polars, Sonja a parsemé quelques taches rouge sang dans cet univers qui jusqu’à maintenant, était monochrome.

 

En plein cœur du Groenland, dans « ce désert de glace grand comme trois fois la France », des scientifiques sont regroupés sous les ordres du Danois Roger Ferguson. Ils devront analyser les impacts du réchauffement de la planète sur cette partie du monde. Une difficulté importante vient compliquer les choses : nous sommes en janvier où chaque jour est une longue nuit de 24 heures.

 

Dès leur première expédition, les scientifiques découvrent l’horreur : prisonniers dans le pergélisol, plus d’un millier de bœufs musqués sont ensevelis dans un immense charnier de glace. La découverte est terrifiante. Qu’est-ce qui a provoqué ce massacre ?

 

On fait donc appel à Luv Svendsen, grande spécialiste de ces hécatombes qui frappent de plus en plus notre pauvre planète. Aux prises avec des problèmes personnels et rescapée d’une tentative d’assassinat par quelqu’un qui lui en veut d’avoir « trop remué de merde », elle vit avec son jeune enfant dans un lieu secret. Cette demande vient à point nommé ; elle rejoindra le groupe.

 

Très rapidement, des membres de l’équipe disparaissent, des phénomènes étranges se produisent et un ours gigantesque rôde autour du campement. L’expédition scientifique se transforme en histoire d’horreur et les découvertes que les participants feront, ne sont pas du tout de l’ordre de la science. Ils étaient là pour documenter la survie de la nature et de la planète ; ils devront plutôt sauver leur propre vie.

 

Sonja Delzongle nous offre ici un thriller terrifiant, glaçant. Dès les premières pages, le lecteur est happé par le récit, les scènes de déplacements sur le sol de cette mer glacée sont absolument extraordinaires. Le talent immense de l’auteure nous téléporte dans ce pays sans concession. On sent le froid du Groenland nous transpercer, la noirceur de la nuit polaire nous envelopper et la force implacable des éléments de la nature nous secouer.

 

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce « Boréal » magnifiquement écrit.

 

Lecteur de ce blogue, tu ne connais pas encore Sonja Delzongle ? Eh bien saisis la chance que tu as et pars en expédition dans son imaginaire. Pour les autres, les convaincus ou les retardataires, pour les chauds mois d’été qui approchent, rafraichis tes journées de canicule et lance-toi dans la prospection de ce roman qui parle du froid.

 

Bonne lecture !

 

« Ici, le silence est celui d’une nuit profonde, insondable, glaciale. Un silence qui s’insinue jusqu’aux confins de l’âme, qui sourd dans les veines, emplit les oreilles, un silence que l’on respire comme un air épais. Le silence des glaces. »

 

« La neige qui tombe en diagonale strie l’espace obstrué de ténèbres. Les cercles blancs des frontales sont deux piqûres dans la nuit. Le souffle glacé cherche à s’insinuer sous les capuches serrées et chaque bourrasque est une paume géante qui freine la progression des deux hommes dont les bottes s’enfoncent jusqu’à mi-mollets dans le matelas neigeux. »

 

« Aga la guérisseuse aussitôt appelée. Aga n’a pas d’âge. Ou plutôt elle les a tous. »

 

 

Boréal

Sonja Delzongle

Denoël

2018

445 pages

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article