Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Jacques Saussey est un sympathique auteur que j’ai eu la chance de rencontrer au Salon du Livre de Montréal, en novembre dernier. J’avais lu son deuxième roman «Quatre racines blanches» que j’avais bien aimé, malgré quelques incohérences géographiques qui nous avaient bien fait rire. Sans malice aucune, je lui avais souligné quelques erreurs qui ne pouvaient passer inaperçues pour le lecteur québécois.

Cependant, rien de tout cela dans «Colère noire», le dernier roman paru au début de l’année 2013. J’ai passé un très bon moment de lecture en retrouvant son personnage principal, Daniel Magne (plus à l’aise sur les routes françaises !!!). Et comme ce roman se passe quelque temps avant «Quatre racines blanches», j’ai pu découvrir, avec beaucoup de plaisir, la façon dont la relation s’était construite entre Magne et son adjointe.

L’histoire commence sur les chapeaux de roues. Un industriel connu et reconnu, est retrouvé mort dans son bain. Tout laisse croire que c’est un accident ! Le poste de radio, installé maladroitement au-dessus de la baignoire, semble avoir glissé dans dans l’eau. Évidemment, la pauvre victime a été électrocutée. Est-ce un accident ? Un suicide ? Pour Daniel Magne, il est clair que c’est un meurtre. Une analyse des lieux lui donne entièrement raison. Un procédé assez ingénieux, un bricolage astucieux a fait en sorte que quelqu’un, de l’extérieur de la salle de bain, a pu pousser la radio dans la baignoire et ainsi provoquer la mort de l’homme.

Compte tenu du nombre assez effarant d’ennemis potentiels de la victime, l’enquête ne pourra qu’être complexe et compliquée. En plus, tout porte à croire que ce meurtre pourrait être relié au monde criminel ... et à la politique. Alors, l’enquête prend son envol et nous la suivons chez les artistes de la contrefaçon, dans le milieu des archers professionnels, dans les réunions secrètes d’un regroupement d’extrême droite, dans les cabarets louches de la mafia et on se retrouve même dans la hutte d’un chef de village d’Afrique du Sud. Sans rien révéler du récit, le lecteur sera plongé au coeur d’une histoire sordide marquée par un besoin inhumain de vengeance. De Paris à New-York en passant par Johannesbourg, Daniel Magne et Lisa seront confrontés à un monde singulier, peuplé de non-dits, régi par la loi de la jungle et soumis à la violence de l’homme.

Aucun moment où le lecteur s’ennuiera. Le récit est bien mené, l’auteur a du souffle et il sait maintenir le rythme.

Jacques Saussey possède le talent pour raconter une bonne histoire et le faire avec un langage précis et un style fluide. On se laisse porter par le récit; le lecteur se précipite d’un chapitre à l’autre en se laissant envahir par les rebondissements du roman. Mais la grande force de Saussey est évidemment la qualité de construction de ses personnages.

Complexe, Daniel Magne est un personnage avec du coffre, avec de la texture. Il a une vie professionnelle remplie de succès et aussi, une vie personnelle qui ne nous laisse pas indifférent. « Magne était comme cela. Têtu, râleur, mais l’un des meilleurs flics avec lesquels il lui était donné de travailler.»

Principal personnage secondaire, Lisa Heslin arrive dans l’entourage de Magne et prend de plus en plus de place dans cette enquête ... et dans le coeur de son chef! Lisa est un personnage riche qui donne plein de possibilités à l’auteur créatif qu’est Jacques Saussey.

Un de mes personnages préférés est le policier gaffeur Alain Marceau. Policier naïf, n’ayant aucune qualité pour ce travail, plutôt paresseux et surtout, spécialiste des raccourcis qui ne mènent nulle part, on se plait à le détester mais surtout, il donne à Daniel Magne de bonnes occasions de démontrer son caractère. Malgré son incompétence, Marceau ajoute de la couleur à l’histoire.

Pour le style, pour l’histoire et pour les personnages, je vous recommande la lecture de ce dernier roman de Jacques Saussey. La page couverture des éditions Les Nouveaux Auteurs annoncent un thriller; eh bien, le roman tient ses promesses! Je dois toutefois ajouter que j’ai été un peu décontenancé par la façon avec laquelle les douaniers américains ont pu se laisser berner par l’utilisation de noms de grands personnages politiques américains. Thomas Jefferson, tout de même... . J’ai eu beaucoup de plaisir à lire les 504 pages de ce roman. Et sans vouloir faire un jeu de mots trop facile, je crois vraiment que Jacques Saussey est en train de monter en flèche dans le paysage de la littérature policière.

Je nous souhaite donc un prochain roman tout aussi réussi !

Bonne lecture !

Colère noire

Jacques Saussey

Les nouveaux auteurs

2013

504 pages

P. S. Jacques Saussey sera présent aux Printemps meurtriers de Knowlton du 17 au 19 mai prochain. Il participera à une table ronde sur le sujet «Qui mène ? Le personnage ou l’histoire ?» en compagnie de Sylvain Meunier (Prix Tenebris 2012) et de Jean-Jacques Pelletier. Il participera également à une table ronde internationale avec Karine Giébel, R.J. Ellory et Jean-Jacques Pelletier.

C’est un rendez-vous à ne pas manquer !

Pourtant, parfois, quelque part au bout de certains chemins sombres, arpentés par des êtres aux yeux brûlants et aux mains sales, ces deux mondes, le politique et le criminel se croisaient.
Pour le pire, le plus souvent"

Page 54

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/04/2013 14:38

Je me vois dans l'obligation de noter, alors. Trop dur....

Richard 30/04/2013 15:01

Je suis un tortionnaire !!

Mimi des Plaisirs 27/04/2013 23:00

J'ai bien aimé la façon dont tu parles de ce livre. les personnages ont l'air attachants. Mais plus de 500 pages, en ce moment, c'est trop... Jardin, musique en plus de tout le reste, je n'arrête pas...
Bises.

Richard 27/04/2013 23:05

Merci Mimi,
Ce sera donc une belle lecture pour les soirées d'automne !!
Bonne journée !!

pyrausta 26/04/2013 12:53

Auteur à noter, donc.
A bientôt

Richard 27/04/2013 22:53

Tout à fait Pyrausta !
Je crois que tu vas beaucoup l'aimer !
Amitiés

attila 24/04/2013 22:56

je prefere les coleres rouges : volcaniques, explosives, dantesques! !!!!!! au fait. ....la procrastination? ???? semaine prochaine? bises Richard!

Richard 25/04/2013 00:28

Bonjour Attila !
La semaine prochaine sera propice à la procrastination !!
Avec plaisir !!!
Bises