Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

La 15e enquête de Maud Graham.

Juste après ma lecture de «Saccages», il était évident, pour moi, que je devais commencer par cette citation. Un paragraphe touchant, puissant. La thématique du roman, les phrases qui nous dessinent, cruellement, le destin des personnes qui ont subi ce genre d’assaut, les victimes qui ne veulent pas l’être.

«Une puissante guerrière résiliente. Voilà ce qu’elle devait être. Utiliser les souvenirs de son adolescence ruinée pour ses chansons tout en restant juste à la bonne distance de sa douleur. Elle ne la quitterait jamais, Rebecca avait fait le deuil de nuits sans cauchemar. Elle n’oublierait rien. Mais cette ombre qui pesait sur son âme, elle pouvait l’utiliser. Comme du compost pour sa musique, pour ses textes. Compost, composer. Le compost était le résultat de la pourriture. Ses chansons seraient bien nourries, elles ne manqueraient jamais de rien.»

Rebecca est une jeune fille qui se prépare à une carrière de chanteuse. Tout juste sortie d’une adolescence douloureuse, elle apprend la mort de celui qui a abusé d’elle. Celui chez qui, à 13 ans, elle a mis le feu pour se venger ... ou pour effacer toutes traces de ces affreux moments.

Maud Graham entre de plein fouet dans cette enquête. Nous sommes en novembre, un mois de déprime et par-dessus, il y a cette cinquantaine qui laisse des traces, dans le coeur de la mère et de l’amoureuse. Maud voit cette enquête comme un soulagement, un espace où enfin, elle peut relever un défi à sa mesure.

Jean-Louis Carmichaël a été retrouvé par son fils Jérôme. Il a été poignardé. Et pourtant, tout le monde l’aimait. Il s’occupait de ses bonnes oeuvres et s’impliquait dans son quartier. Un homme tranquille, doux ... Tout le monde l’aimait ?? Tout le monde ??

«Saccages» est le roman de l’opacité, de l’opacité qui soulage partiellement les victimes mais qui cache aussi, la culpabilité des agresseurs. Le silence efface dans la tête des victimes l’horreur de ce qu’elles ont vécu mais en même temps, il couvre la culpabilité de l’agresseur. Chacun y gagne ... ou y perd !

Chrystine Brouillet aborde ici un sujet très délicat et elle le fait d’une façon très prégnante. Elle place le lecteur aux premières loges de la réflexion sur les conséquences et les impacts de ces agressions encore trop nombreuses. Parler ou se taire ? L’agressée y songe, la famille de l’agresseur aussi. Chacun vit les impacts de ces gestes, chacun frôle le malheur des autres, absorbé par le sien et aveuglé par la peine, la haine, le désir de vengeance ou simplement, la simple intention d’oublier. Oublier ou cacher ces moments dans un coin de son esprit ?

L’accusé, le criminel est mort ! Il n’aura pas payé pour ses crimes mais toutes ses victimes paieront de leur innocence et de leur tranquillité perdues.

Maud Graham reste égale à elle-même dans cette enquête. Mère, amante, hédoniste tout en étant une enquêtrice organisée et en plein contrôle, on la retrouve avec plaisir. L’enquête est très bien menée. Graduellement et avec beaucoup d’émotions, l’auteure nous guide dans les profondeurs de l’âme humaine, de l’âme blessée. Tous se protègent et chacun veut protéger l’autre, mais jusqu’où pouvons-nous aller ? Et à quel prix ?

Chrystine Brouillet réussit encore à nous faire réfléchir, à nous poser les questions qui demandent des réponses tellement personnelles, qui peuvent parfois blesser. Et en plus, grâce à son talent de conteuse et à la personnalité de Maud, elle nous offre des moments de détente et de plaisir ... malgré la situation tendue. Parce qu’il le faut bien. Parce que ces moments, les personnages tout au tant que les lecteurs en ont besoin.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette 13e enquête de Maud Graham. Passionnante et informative sans être didactique, elle nous amène vers une réflexion, un questionnement. Et, quoiqu’on en dise, le petit monde de Maud Graham nous ressemble beaucoup. Et c’est sûrement pour cela qu’on attend toujours la prochaine aventure de notre enquêtrice la plus populaire.

Je veux rappeler avant de terminer que Chrystine Brouillet a remporté en mai dernier, le Prix Tenebris du roman policier s’étant le plus vendu en 2012 pour "La Chasse est ouverte".


Bonne lecture !


Saccages
Chrystine Brouillet
La courte échelle
2013
320 pages

Maude Guérin a incarné le personnage de Maud Graham dans "Le collectionneur". Un excellent choix, n'est-ce-pas ?

Maude Guérin a incarné le personnage de Maud Graham dans "Le collectionneur". Un excellent choix, n'est-ce-pas ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Sauf erreur de ma part: il s'agit en fait de la quinzième enquête de Graham (la 8e, que peu de gens connaissent est un mini roman de 78 pages publié par la Courte Échelle et donné gratuitement en supplément du Magazine 7 Jours en avril 2006&quot;<br /> <br /> <br /> 1. Le Poison dans l’eau (1987) <br /> 2. Préférez-vous les icebergs? (1988) <br /> 3. Le Collectionneur (1995) <br /> 4. C’est pour mieux t’aimer, mon enfant (1996)<br /> 5. Les Fiancées de l'enfer (1999) <br /> 6. Soins intensifs (2000) <br /> 7. Indésirables (2003)<br /> 8. Une femme fidèle (2006) <br /> 9. Sans pardon (2006) <br /> 10. Silence de mort (2008) <br /> 11. Promesse d’éternité (2009) <br /> 12. Sous surveillance (2010)<br /> 13. Double disparition (2011)<br /> 14. La Chasse est ouverte (2012) <br /> 15. Saccages (2013)
Répondre
R
Merci Norbert pour la précision !<br /> Encore une fois, j'aurais du consulter ton livre qui est une véritable encyclopédie du polar québécois !<br /> Je ferai, évidemment, amende honorable !!<br /> Voici d'ailleurs le lien vers la chronique que j'avais rédigée à sa sortie:<br /> <br /> http://lecturederichard.over-blog.com/article-une-decennie-de-litterature-policiere-en-amerique-fran-aise-86464844.html
É
Comme tu l'imagines bien, mon ami, les marques de thé ultra sophistiqué, l'obsession du régime de l'enquêteuse et le deuil inteminable de son chat m'ont empêchée d'apprécier pleinement l'intrigue de Saccages. Rien à faire, Maud Graham m'horripile. Mais tu as raison, cette histoire de résilience est bien menée et les personnages sont très intéressants!
Répondre
R
Bonjour Eliane,<br /> Imagine Maud Graham sous les traits de Maude Guérin et tout s'illumine ... Même les marques de thé.<br /> Non sans blague, j'ai beaucoup aimé cette 13e enquête ...surtout pour la charge émotive qu'elle véhiculait et la façon dont Chrystine Brouillet l'a menée.<br /> Bonne journée et bonne lecture !<br /> Amitiés
C
Bravo pour cette chronique émouvante et finement menée. J'ai acheté 2 livres de Chrystine Brouillet lors de ma semaine à Paris : &quot;C'est pour mieux t'aimer mon enfant&quot; et &quot; le collectionneur&quot;, à la librairie du Québec où j'ai été fort bien reçu ! Mais je note ce dernier né pour les jours à venir ! j'espère avoir fait de bons choix pour faire connaissance avec une auteure autant appréciée et reconnue.
Répondre
R
J'espere que tu aimeras cette auteure que j'apprecie beaucoup!<br /> Merci et bonne lecture !!!