Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une mort honorable«Une mort honorable» est le deuxième roman qui met en vedette l’excellent limier, Jérôme Marceau. Je vous rappelle que le premier avait pour titre «Cinq secondes» et qu’il avait remporté le Prix du meilleur roman policier du Québec, le Prix de Saint-Pacôme 2010.

Et le plus drôle, c’est que Jacques Savoie ne se doutait même pas qu’il avait écrit un roman policier. Bon joueur, dans la dernière page de ce nouveau roman, il remercie Chrystine Brouillet « ... qui m’a appris que j’écrivais des romans policiers.»
Et des bons, en plus !

«Une mort honorable» est un excellent roman ! Qu’il soit qualifié de policier, certainement ! Mais un policier en congé de maladie, victime d’une agression, et surtout, ralenti par le désir de sa patronne de ne pas le revoir au travail, avec un rapport très incriminant concernant les circonstances de la mort du juge Adrien Rochette. Handicapé de naissance à cause de la thalidomide et peu respecté de sa hiérarchie, Jérôme Marceau se retrouve donc avec la possibilité de penser «à des choses inutiles.»

Il lit un roman où le personnage principal décide de partir à l’aventure dans une mythique Westfalia. Cela lui donne, lui aussi, l’idée de partir  à la recherche de son intérieur profond, tout en changeant de décors et de lieux. (Ceux qui l’ont lu, reconnaitrons ici «Volkswagon blues», le roman de Jacques Poulin,  un de mes auteurs préférés).

Il se met alors à la recherche du véhicule qui pourrait répondre à ses besoins d’évasion. Il achète alors l’auto très, très laide (je m’excuse auprès de mes lecteurs qui seraient propriétaires de cette marque de véhicule !), une Pontiac Aztek qui a la particularité de pouvoir se transformer en tente ... Et dans cette auto, sous la roue de secours, il trouve une tache de sang qui va le propulser vers son activité de prédilection: mener une enquête.

Parallèlement à ses préparatifs de voyage, Isabelle Blanchet l’entraîne presque malgré lui dans une affaire de passeports volés. Dans des locaux souterrains qu’il connait très bien, il nous fait découvrir une bien étrange histoire. Un épisode relié au référendum sur la souveraineté du Québec de 1995 ( Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire du Québec, je me ferai un plaisir de vous faire un petit cours en accéléré ... «Pour bien comprendre le Québec» !). Et d’un pacte de silence qui n’aurait jamais encore été dévoilé.

Le mystère plane au-dessus d’un certain texte: le Protocole 1995. Ici, pas d’ésotérisme; juste une bribe de l’histoire contemporaine du Québec. Une histoire méconnue dont la révélation pourrait avoir de graves conséquences.

Et pour ajouter à ses épreuves, Jérôme Marceau apprend que sa mère, l’envahissante mais attentionnée Florence, est condamnée par un cancer virulent qui ne lui laisse que quelques mois de vie.

Voilà donc l’environnement dans lequel notre policier en congé de maladie se retrouve. Alors, au lieu de suivre l’itinéraire du personnage en Volkswagon, il partira à la recherche des indices laissés par un certain Sanjay Singh Dhankhar, ancien propriétaire de l’Aztek et responsable probable de cette tache de sang; et dont les deux filles semblent être en danger.

Il part donc, fuyant presque certains corps de police reliés à l’enquête sur le vol des passeports, tout en amenant sa mère, à qui il promet de lui montrer la mer. Commence alors une enquête "road trip" qui, sous des airs de vacances,  habite et hante l’esprit de Jérôme Marceau.

Et tout cela marqué par de délicieuses scènes entre Jérôme et sa mère, des dialogues (de sourds ??) pleins de tendresse et de moments tristes. Et des moments qui font sourire.

Jacques Savoie a encore écrit un très bon roman policier ( ... et je crois qu’il le sait maintenant !) mais il a aussi écrit un magnifique roman d’amour. On se régale de ces scènes où le non-dit parle autant que les paroles, où les paroles sont parfois des silences terrifiants de sens et de tendresse.

L’auteur nous fait vivre une enquête passionnante où le lecteur sera plongé au coeur de l’histoire récente du Québec. Vous serez confrontés autant aux arcanes politiques qu’aux méandres de la pensée religieuse et au choc des cultures. Tout au long du roman, vous serez exposés aux thématiques habilement présentées par Savoie: la bataille pour la survie, les dessous peu glorieux de la politique, les crimes d’honneur et les ravages du cancer sur les malades et sur ceux qui les entourent. Et tout cela, avec une touche d’humanité et de sensibilité, comme sait si bien le faire Jacques Savoie. Vous serez happés par l’histoire, touchés par les personnages et leurs émotions.

La suite demandée dans ma chronique sur «Cinq secondes» a été livrée ... Merci Jacques Savoie ! Vos lecteurs attendront avec un plaisir anticipé la troisième aventure de ce policier attachant. Mais dites-moi, monsieur l’auteur, une question personnelle: reverrons-nous cette charmante grèffière, Sonia Ruff, autour de Jérôme ? Que voulez-vous, cher auteur, les lecteurs comme les blogueurs, sont passionnés de romans policiers haletants et bien écrits ... mais ils sont aussi bien romantiques !!!

«Une mort honorable» est un roman policier passionnant, un roman d’amour filial tendre, un roman d’espionnage révélateur, une critique sociologique sensée et une analyse de moeurs très actuelle. Chaque page vous apportera son lot d’émotions et la finale vous laissera avec son bagage d’espérance.

Et tout cela « ... parce que je n’ai pas été capable d’attraper ce ballon rouge ...»

Quelques extraits :

Et un clin d’oeil à Jacques Poulin: «Un homme partait sur les routes des États-Unis au volant d’une Volkswagon. Au lieu de découvrir des paysages insoupçonnés, des gens qu’il n’aurait jamais croisés sur sa route ou des villes sans souterrains, le héros de cette histoire faisait un voyage intérieur, une expédition dans ses souvenirs. En avançant vers nulle part il reculait dans son passé, pour mieux le comprendre mais aussi pour l’oublier.»

« Les événements s’étaient précipités depuis la veille. Il dansait les yeux bandés au bord du précipice.»

«L’aimer, c’est soigner un mal que j’ignorais avant de mettre les pieds ici. Ce voyage m’aura au moins appris cela. J’ai compris la peur de celle que j’aime parce qu’elle est devenue la mienne.»


Au plaisir de la lecture.


Une mort honorable
Jacques Savoie
Libre Expression
2012
311 pages

 

Pour en savoir plus sur Jacques Savoie: la page de l'auteur sur Libre Expression

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Suzanne 15/08/2012 17:56

J'ai aussi beaucoup aimé ce deuxième volet des «aventures» de Marceau.
Merci de parler de la littérature québécoise qui le mérite amplement car nous avons de sacrés bons (bonnes) auteur(e)s.
Je me permet de déposer ton lien chez-moi.

Richard 15/08/2012 19:52



Bonjour Suzanne,


Pour moi, c'est un plaisir et un honneur de présenter nos quteurs québécois. Oui, ils en valent le coût et ils méritent notre support. Écrire un roman au Québec avec une population de 7 millions
de personnes, c'est une vocation ... presque bénévole !!


Merci pour le lien !


Au plaisir d'échanger avec toi !



Carnets Noirs 11/08/2012 18:24

Je n'avais pas encore lu ta critique puisque j'étais en train de le lire aussi ainsi que le premier :-) Mon commentaire vient un peu jouer les trouble-fête. D'accord avec Eliane, Jacques Savoie est
un auteur, pas de doute là-dessus. C'est bien raconté, bien construit aussi. Effectivement, les passages sur les liens avec sa mère sont émouvants. Et le personnage original.
Ce qui m'a gêné, ce sont des détails, mais qui selon moi ont leur importance. Comme le fait de conduire une voiture (même automatique) quand n'a pas de bras droit. Et puis dans le premier, c'est
Montréal qui ne m'a pas plu. Je rêve d'un polar montréalais comme il en existe de Londres, de Paris ou autres. Là, le héros appuie tellement sur la ville souterraine et le fait qu'on peut tout
faire l'hiver sans sortir qu'il donne l'impression d'un sous-sol en gruyère. Vrai pour les habitants d'un quadrilatère très restreint du centre-ville, mais cela ressemble à mon sens à une vision
pour touristes pas au Montréal que je vis au quotidien!
Ce sont des détails, je sais, mais c'est dommage car le reste était là.
Soit dit en pensant, j'aimerai beaucoup croire que Jacques Savoir ne savait pas qu'il écrivait un polar avec Cinq secondes, mais j'ai comme un doute :-)

Richard 11/08/2012 20:04



Bonjour Morgane,


On s'entend tous sur les qualités romanesques et littéraires de Jacques Savoie. Cependant, son personnage, atypique, lui donne sûrement quelques mots de tête d'écrivain ... Moi, j'ai eu plus de
difficultés à accepter la balade en canot que sa conduite d'une automobile. Cependant, je riais tellement de le voir tourner en rond (expérience personnelle ... même avec deux bras !!) que j'ai
passé par dessus cette mini-incohérence ...


En ce qui concerne le Montréal souterrain, ça ne m'a pas du tout dérangé, au contraire. J'aime cet atmosphère particulier du Montréal avec ses galeries commerçantes mais aussi secrètes ou qui
auraient un certain mystère ...


Et en plus, tu liras ma prochaine chronique, le roman que j'ai lu parle beaucoup des carrières souterraines de Lezennes ...


Bonne journée mon amie


XXX



Eléa 11/08/2012 15:37

Encore un roman qui fait très envie, je l'ai donc noté dans mon carnet aussi, par période, j'ai un faible pour les auteurs canadiens.

Richard 11/08/2012 19:52



Merci Eléa de lire des auteurs de chez moi.


La littérature québécoise est riche et variée. En pleine croissance, elle développe ses propres couleurs et prend de la profondeur.


Le Québec gagne à être connu sous bien des aspects !!


Bonne journée



A chronicle that makes me regret not having enough 10/08/2012 17:33

A explain that creates me feel dissapointed about not having plenty of your energy and energy right now to study this fantastic publication if I assess by what you create. But I note: who knows,
one day will come when this publication will fall short in my arms and I let myself be taken in its record.

Mimi des Plaisirs 09/08/2012 22:31

Une chronique qui me fait regretter de ne pas avoir assez de temps en ce moment pour lire cet excellent bouquin si j'en juge par ce que tu en écris. Mais je le note: qui sait, un jour viendra où ce
livre échouera dans mes mains et où je me laisserai prendre à son histoire...
Amitiés.
Mimi.

Richard 10/08/2012 04:09



Bonjour Mimi,


J'espère que tu te portes bien.


Je te souhaite cette belle rencontre avec Jérôme Marceau qui saura te faire passer un bon moment de lecture !


Amitiés



Éliane 06/08/2012 17:02

Encore moi!

Un peu des deux, pour être franche. Ce qui me gêne, en fait, c'est d'avoir une impression de «condensé», comme si l'auteur ne se laissait pas le loisir de développer ses scènes, comme s'il était
inconsciemment formatté par le médium électronique plutôt que libre comme dans un livre.

Mais bon, je ratiocine et je boude mon plaisir, j'ai beaucoup aimé Une mort honorable!

Richard 07/08/2012 23:51



Au plaisir de se voir en septembre, chère amie !


J'ai comme très hâte !!



Éliane 06/08/2012 16:09

Jacques Savoie est un vrai auteur, ça se sent à chaque page. Si j'avais un seul tout petit reproche à lui faire, ça serait d'être aussi un grand auteur de scénarios (films, séries télé, etc.). Ça
se sent dans la structure et dans le découpage de ses romans et ça me gâche un tout petit peu la lecture, comme si je voyais le film qu'on en tirera avant de lire le livre. Remarque que c'est
plutôt positif pour l'auteur, quant à l'avenir du bouquin!

Richard 06/08/2012 16:17



Ma chère Éliane,


Merci pour ton commentaire. Il faudra vraiment que je sache si tu es une "visuelle" ou une "auditive" ... quand tu lis des polars. Cette remarque que tu fais pourrait prendre une allure négative
ou positive, selon ton modèle d'apprenante !!


Cas très intéressant !!! Il y aura session d'analyse, un certain 22 septembre prochain ...


Amitiés



jackisbackagain 06/08/2012 13:59

Bonjour Richard,

Bien que n'étant pas propriétaire d'une Américaine nommée Pontiac Aztek, je jetterai un oeil en dessous de la roue de secours, sait-on jamais!
Je te l'avoue illico, je ne connais pas Jacques Savoie.
En revanche, j'ai noté dans mon petit carnet les coordonnées de l'auteur, un achat probable parce que la chronique que tu en fais me donne envie, tout bonnement.
Jean

Richard 06/08/2012 15:57



Bonjour Jean,


Tu trouceras sûrement sous la roue de secours un polar qui saura combler tes attentes. jacques Savoie est un auteur qu'il faut découvrir ...


Je serais presque prêt à parier sur le fait que tu devrais aimer ses deux romans !!


Bonne lecture


Amitiés



sophie 05/08/2012 23:22

Bonsoir Richard, ravie de retrouver tes articles si alléchants!
cet auteur qui découvre après-coup qu'il a écrit un roman policier, je dois dire que je trouve cela absolument savoureux...décidément le métier d'écrivain doit réserver bien des surprises...
mais tu as raison, celui de blogueur, romantique à l'occasion, reste enviable également..
et j'attends avec impatience les cours d'histoire du Québec du professeur Richard!
bises!

Richard 06/08/2012 15:54



Bonjour Sophie,


Et moi, je suis heureux d'écrire ces articles pour une lectrice fidèle comme toi ! Et en ce qui concerne des articles alléchants, tu ne donnes pas ta place, chère Sophie ! J'adore te lire !


Et maintenat que notre cher premier ministre a déclenché des élections, mon cours d'histoire du Québec prend une importance plus grande. Alors, comme une grande partie des Québécois, j,espère que
notre "vènèrable" premier ministre ira rejoindre votre cher Sarko, en vacances, le soir du 4 septembre.


C'est la grâce que je nous souhaite !


Bisous chère Sophie