Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Les invisiblesIl y a certains livres qui tombent à point ! Après ma dernière lecture, j’avais bien besoin d’un bon roman avec une bonne histoire, bien racontée et qui se laisserait lire, tout facilement, comme une crème brulée avec juste assez de croquant pour faire contraste avec l’onctuosité du récit.

Et bien, «Les invisibles» de Martin Winckler, répondait tout à fait à cette description et aux besoins impérieux du modeste blogueur. Une bonne histoire juste assez complexe pour assouvir l’appétit du lecteur de polars, une percée dans le monde des chaires de recherche universitaire, un passage étrange parmi les sans-abris des rues de Montréal  et surtout, une visite, pas trop didactique, dans la culture des indiens Cris.

Martin Winckler pratique la médecine à Montréal. Son nom véritable est Marc Zaffran. Il est né en Algérie, il a vécu en Israël et en France et il s’est installé à Montréal, au Québec, en 2009. Depuis son arrivée à Montréal, il est chercheur invité au CRÉUM, le Centre de Recherche en Éthique de l’Université de Montréal. Comme écrivain, il a connu un immense succès avec «La maladie de Sachs»; et depuis quelques temps, il écrit des polars qui transgressent un peu le genre. Ce roman, «Les invisibles» raconte l’arrivée de son personnage de Charly Lhombre, médecin légiste, comme chercheur invité (tiens tiens !) au Centre de recherche sur l’éthique de l’Université de Montréal (re tiens tiens !!).

«Les invisibles» étant mon premier contact avec l’écriture de Martin Winckler, je n’étais donc pas familier avec les aventures de Charly Lhombre et de Jean Watteau. J’avoue avoir été un peu décontenancé à la lecture du prologue. Que faisait donc ce fameux Raoul d’Andrésy dans un roman qui se passait à Montréal ? Allais-je le retrouver sur la rue Ste-Catherine ou le voir arpenter les couloirs de l’Université de Montréal ? Ayant éveillé ma curiosité naturelle de lecteur de polars, je vous promets de trouver la réponse à cette apparition ... ou peut-être que quelqu’un pourra nous éclairer !

Alors, passons à l’histoire !!


Arrivé à Montréal avec l’intention de passer une belle année tranquille dans le Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal, Charly Lhombre se voit placé au coeur d’événements qui se sont passés il y a quelques années et qui ont pour centre, le meurtre non-résolu de Kathleen Cheechoo, l’épouse charismatique du fondateur du Centre. En quelques jours, on lui fait habiter son appartement, occuper son bureau, se tremper dans la culture des Cris et rencontrer son fils. Très rapidement, il relie ce meurtre avec une succession de morts violentes de SDF et commence une enquête serrée, accompagné par la très belle lieutenant Réjeane Lalumière. Sa quête de la vérité lui tracera un programme de visites pas tout à fait touristiques.

Je me suis amusé à la lecture de ce roman. On retrouve dans ce roman tous les ingrédients pour passer un très bon moment de lecture. Une bonne histoire racontée simplement avec un style franc, direct. Une écriture sans fioritures, rien d’inutile, juste de l’efficacité.  L’intérêt du lecteur est soutenu, le récit coule parfaitement; on tourne les pages avec empressement.
Et ce qui ne gâche rien, on se laisse apprivoiser par quelques bribes d’informations au sujet de la culture des Cris.

Et pour pimenter le tout, beaucoup de flirts et un peu d’amour ! Alors, là, juste un commentaire en passant ... on dirait que toutes les filles de Montréal n’attendent que l’occasion où un Français viendra faire des galipettes dans leur lit. Les Québécois sont-ils de si mauvais amants ?

Malgré cette petite réserve (...), je vous recommande grandement la découverte de cet auteur. Pour ma part, je pense que je me ferai le plaisir de découvrir les premiers romans policiers de Martin Winckler ... peut-être pour trouver la réponse à ma surprise du début du roman.



Bonne lecture !


Les invisibles
Martin Winckler
Fleuve noir
2011
274 pages

Martin Winckler sera invité d’honneur aux «Printemps meurtriers de Knowlton».

 

Le site personnel ... et littéraire de l'auteur.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

OmniTech Support 27/11/2013 11:38

Thrillers are my favorite genres in reading. I can spend an entire day reading a book like that. Thanks for introducing to the book “The Invisible”. I am going to read it the next time. Hope it will be interesting.

Liliba 17/03/2012 09:25

hi hi !

Richard 17/03/2012 11:28



Hi hi !!



Liliba 16/03/2012 19:34

;-) j'adore les hommes qui savent rougir !

Richard 16/03/2012 21:32



Et voilà !!


Je rougis deux fois plus !!


Amitiés



Liliba 16/03/2012 15:53

Un auteur que j'aime beaucoup, je note ce roman.
"modeste blogueur", je rigole... super blogueur, tu veux dire ! (remarque, ça n'empêche pas d'être modeste...)

Richard 16/03/2012 18:52



Merci Liliba,


Je rougis !!!


Amitiés



keisha 11/03/2012 08:43

Qu'apprends-je? Winckler, celui de la maladie de Sachs , les trois médecins, etc... se lance dans le polar ET est parti au Canada? Pfff ça fait beaucoup d'un seul coup, ce matin...

zazy 07/03/2012 18:49

Que veux-tu Richard, vousne pouvez lutter contre le charme de nos mâles !!!!
Rassure-toi, c'est peut-être l'inverse chez nous !!!!

Richard 07/03/2012 22:09



Je suis très rassuré !! Et je me suis beaucoup amusé avec cette remarque. J'espère que Marin Winckler me pardonnera !!!


Bonne lecture, Zazy



Astazie 06/03/2012 21:23

Un nouveau livre de Martin Winckler que je ne connaissais pas. Je le note. J'ai lu et aimé "le chœur des femmes " de cet auteur, que je recommande à tous.

Richard 07/03/2012 13:39



Merci Astazie !


Bonne lecture


Amitiés



Pichenette 06/03/2012 20:49

Tout a déjà été dit... alors je réagis à Capucine, Martin Sutter et Le cuisinier que j'ai beaucoup aimé, même si je suis de parti pris lorsqu'il s'agit de Zürich!

Richard 07/03/2012 13:39



Merci Pichenette !!



gridou 06/03/2012 20:07

On dirait que tu as été piqué au vif avec cette histoire d'amant français... ;)

Richard 07/03/2012 13:38



Mais non, c'était une blague !!! Un clin d'oeil à mes amis français !!!


Amitiés !



Alex-Mot-à-Mots 06/03/2012 17:15

Ce nom d'auteur me dit quelques chose... Je note ce titre, en tout cas.

Richard 06/03/2012 19:11



Et bien bonne lecture, Alex !!


Amicalement



Morgane 06/03/2012 01:48

J'ai quasiment lu tous les Winckler et La maladie de Sachs reste à mon avis le meilleur, j'avais adoré. Je lis à chaque fois ces polars et leur reproche une légère tendance à la leçon. Dans
celui-ci, c'est le discours du français qui ADORE le Québec que j'ai trouvé trop présent. Je ne me sens pas obligé de dire quotidiennement qu'on est bien ici et pourtant je n'ai aucune envie de
retraverser l'Atlantique. Je trouvais qu'il en beurrait épais :-) Autre petit reproche, qu'on me montre un immigrant aussi à l'aise dans la ville après moins d'une semaine! C'est pas si facile
Montréal au début. Mais bon, je suis française et on sait bien qu'on a toujours besoin de râler après quelque chose :-)

Richard 06/03/2012 03:50



Tu as tout à fait raison (pas sur le besoin de râler !), je me suis fait la remarque pendant ma lecture .... Comment cette personne avait eu une facilité à s'intégrer, à enquêter comme si il y
avait toujours vécu: un cas spécial d'accomodement raisonnable ??


Bonne soirée à la Française la plus Québécoise .... même quand elle râle !


Amitiés



Laura 06/03/2012 00:04

il me fait bien envie ce roman là... Merci pour cette chronique, cher Richard !

Richard 06/03/2012 03:46



C'est un plaisir, Laura !


Amitiés



Capucine 05/03/2012 23:42

Bonsoir Richard,

Pour ma semaine de relâche, je suis avec Martin Suter et "le cuisinier". J'aime bien m'essayer à de nouveaux genres mais, je note celui-ci.
Belle critique.
Bisous & bonne soirée

Richard 06/03/2012 03:46



J'ai aussi "Le cuisinier" sur ma pile à lire ...


Il faut absolument que tu me donnes ton avis sur ce roman ...


J'attends avec impatience.


Bonne soirée, chère amie



Lystig 05/03/2012 22:25

je ne me prononcerai pas sur les Québecois...
je n'ai jamais testé !!!! ;)

Richard 06/03/2012 03:44



Et bien, et bien !!!


Quel impact cette petite remarque ...


 



sophie57 05/03/2012 17:57

J'avais lu et apprécié "La maladie de Sachs"(son premier livre je crois), et l'hommme me paraît fort sympathique...Je ne savais pas qu'il écrivait désormais des romans policiers!
Et pour ce qui de ta (légitime) interrogation sur les performances amoureuses des uns et des autres, je te répondrai que n'ayant jamais eu d'amant québécois (et crois bien que je le regrette), je
ne puis juger de la suppposée supériorité des français... ;)
Bonnes vacances Richard!

Richard 05/03/2012 18:16



Chère Sophie,


Je ne pensais pas qu'un mot sur ce petit travers d'un Français arrivé au Québec créerait autant d'émoi ... et de questionnements ...


Quel plaisir !! J'adore faire réagir !


Merci pour ton commentaire !


Amitiés



Éliane 05/03/2012 16:45

Alons, allons, cher Richard, pas de fausse modestie ni de malsain réflexe de colonisation mal digérée (hi hi hi). Les Québécois sont des amants fort honorables et la crème brûlée est un dessert
fabuleux! Bien hâte de lire l'ami Winkler...

Richard 05/03/2012 17:00



Chère Éliane,


J'adore tes commentaires ... Bon pour le moral !!


J'aime beaucoup la crème brulée, aussi !!! J'en trouverai à Saint-Pacôme ???


Bonne journée chère amiefilledelest


 



argali 05/03/2012 16:16

Un autre livre qui me parle, vile tentateur. Hier, à la Foire du Livre de Bruxelles, j'ai acheté "Double disparition" et "Dans le quartier des agités" "à cause de toi" ! Et aussi "La petite et le
vieux" et "Il pleuvait des oiseaux". Tu connais ? A bientôt cher ami.

Richard 05/03/2012 16:58



Tu as fait d'excellents choix !!


Tu vas sûrement adorer "Il pleuvait des oiseaux" !!


Amitiés



Mimi des Plaisirs 05/03/2012 15:51

Un dosage qui me tente assez...
Je crois avoir un roman de Winckler en attente dans une de mes piles. Je vais le rechercher, histoire de me faire une idée de son univers.
Amitiés de Mimi des Plaisirs

Missycornish 05/03/2012 14:41

Et une petite histoire d'amour en plus, ca a l'air du roman leger qui detend bien. Lol je suis sure que ce n'est pas la faute des mauvais amants Quebecois, c'est juste le gout de l'exotisme.C'est
toujours mieux ailleurs. Mais c'est vrai que les francais ont une sacree reputation. Un peu cliche tout de meme... (desolee pour le manque d'accents j'utilise le clavier anglais).
A tres bientot

Richard 05/03/2012 15:02



Bonjour Missy,


Écrire ce petit commentaire m'a beaucoup amusé ! Et c'est vrai que le cliché est encore bien présent.


Mais j'ai quand même bien aimé cette lecture, divertissante et parfois même assez instructive (même pour nous les Québécois !)


Bonne journée et à très bientôt !


Amitiés



Pyrausta 05/03/2012 14:19

je vais essayer de trouver ce livre ou ses précédents car si son personnage principal est récurent j'aimerais le découvrir petit à petit et voir l'évolution.

Bonne journée à toi.
Bises

Pour l'amant français (ce qui te chiffonne :))ce sont sans doute la reputation que le Français a dans les autres pays et donc les fantasmes que cela induit qui ont poussé l'auteur à oser ce crime
de lèse majesté. Rassuré?:)

Richard 05/03/2012 15:00



Bonjour Pyrausta,


J'espère bien que tu me tiendras au courant de cette découverte.


Et laisse-moi te dire que j'étais parfaitement rassuré par ce petit côté "charmeur" ... mais ça m'a beaucoup amusé !


Bises