Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Les anges de New YorkEt voilà ! Un quatrième roman de R. J. Ellory en quatre ans! Encore une fois, cet auteur nous emporte dans un monde qui ne ressemble pas du tout aux trois premiers romans. Cependant, une constante s’y retrouve: R. J. Ellory est un véritable explorateur du cerveau humain.

Avec une précision de chirurgien, il manie le scalpel psychologique pour nous faire visiter les méandres du cerveau humain. Comme dans un vaisseau microscopique, il nous transporte au coeur même des hémisphères cérébraux pour y découvrir la genèse des comportements humains. À partir de quels synapses ou dans quelle partie de la matière grise, l’homme puise-t-il ses motivations pour dévier des voies normales ou devenir ce qu’il est, bon ou méchant.

Que ce soit le romancier vengeur de «Seul le silence», le kidnappeur maffieux de «Vendetta» ou l’espion international dans «Les anonymes», Ellory est passé maître de la description sordide du mauvais côté de la nature humaine; celui qui porte à dévier des voies légales, à faire le mal ou à tuer tout simplement, juste pour le plaisir.

«Les anges de New York» est une brigade spéciale des années 1980 qui a aidé à assainir le climat meurtrier de New York: une super police adulée, portée aux nues, chacun de ses membres étant des héros aux exploits presque mythiques. Pour tout le monde, sauf pour Frank, le fils d’un de ces policiers, John Parrish, un justicier sans peur et sans reproche. Sans reproche ? Frank Parrish est convaincu du contraire. Tous admire son père, mais pas lui.

Frank Parrish se voit confier l’enquête sur le meurtre d’une jeune adolescente. Certains indices l’amènent vers une horreur plus grande qu’il n’y parait à première vue: cette jeune fille semblait mener une vie exemplaire, toujours habillée sagement, jamais maquillée. Et là, on la retrouve morte, avec des vêtements extravagants, maquillée et avec du rouge sur les ongles.

À la recherche d’indices pouvant le mener aux éventuels meurtriers, il découvre que cette jeune adolescente a été adoptée. Une recherche dans les tiroirs des meurtres non résolus lui fait découvrir certains cas similaires de jeunes filles ayant passé par les services sociaux d’adoption. Commence alors une enquête que Frank Parrish conduira contre vents et marées, à l’encontre de toute logique et en se permettant tous les gestes, légaux ou ... illégaux.

Est-ce que le jugement et les intuitions de cet inspecteur l’amèneront vers la résolution de ces meurtres? Ou, peut-on se demander si les problèmes familiaux, avec sa fille, son ex-épouse et avec le fantôme de son père, ont pu altérer son jugement ? Pour un amateur de romans noirs, doublé d’un passionné du développement psychologique des personnages, les nombreuses séances de thérapie avec la psychiatre, sont des petits moments de jouissance littéraire (Les six pages du magnifique chapitre 62 en sont une preuve extraordinaire ...). Les relations évoluent, les personnages se complexifient, les situations s’alambiquent et, en bout de piste, le lecteur apprécie.

Frank Parrish est un personnage attachant, marqué par la vie et ayant beaucoup de problèmes au niveau relationnel. Alcoolique (ou presque), il fait le vide autour de lui par ses réactions hors de proportion et ses méthodes questionnables.  Ses relations avec la bouteille ne sont pas plus réussies. « ... Frank se traîne lamentablement après trois jours à picoler. Trop de Bushmills et il est malade comme un chien. Pas assez de sang irlandais en lui pour résister à un tel assaut.»


Voilà la grande force d’Ellory ! Il réussit à nous mener en bateau durant plus de 500 pages en nous faisant une visite guidée dans les cerveaux de ses personnages, en nous dressant un tableau complet de leurs situations personnelles et familiales. Il ajoute a tout cela une enquête complexe, remplie d’interrogations et parfois de réponses. Puis finalement, il nous fait apprécier ses personnages, quel que soit le côté du miroir où ils se cachent.

Une seule réserve, malgré mon admiration pour R. J. Ellory ! J’aimerais une finale un peu plus explosive, moins simplette, plus à la mesure du talent de l’auteur. Mais je ne bouderais pas mon plaisir de lire à cause de cette petite faiblesse ... vite oubliée.

Inutile de vous dire que je vous le recommande !

Et même, je vous invite tous à venir le rencontrer aux Printemps meurtriers de Knowlton de la semaine prochaine (18, 19 et 20 mai) où il sera un invité d’honneur.

Voici quelques extraits à déguster avant de lire ce roman:

« Eh bien, c’est très simple. J’ai l’air d’un loser agressif, déglingué, alcoolique, avec une vingtaine d’années au compteur ... et vous pouvez ajouter à ce mélange explosif mon dangereux manque d’estime de soi et mon goût pour les femmes faciles et le whisky hors de prix, et vous vous retrouverez avec quelqu’un à qui vous ne voulez pas vous frotter. Et comme j’ai dit, même si ce n’est qu’une apparence, je crois que vous allez découvrir que c’est exactement qui je suis.»

« ... Ce qui signifie que les ex-junkies sont très rares. Quand ils sont ex, c’est généralement qu’ils sont morts.»

« Une fois de plus, Parrish traquait des ombres vagues et indistinctes, tentant de lire des signes quand il n’y en avait aucun.»

« Ne me prenez pas pour une conne, inspecteur ... Ne venez pas me pisser dessus en me disant qu’il pleut, OK?»

Et une dernière citation qui résume très bien le personnage de Frank Parrish.
«Ce n’est qu’en atteignant son appartement qu’il comprit ce qu’il ferait, pourquoi il le ferait, et ce qui se produirait s’il le faisait. Ou, plus précisément, ce qui se produirait s’il ne le faisait pas. Il ne serait plus capable de se regarder en face. Et vu qu’il vivait seul, il ne lui resterait pas grand monde à regarder.»


Bonne lecture !


Les anges de New York
R. J. Ellory
Sonatines
2012
551 pages

 

Le lien vers la programmation des Printemps meurtriers où vous pourrez rencontrer R. J. Ellory et faire dédicacer ses romans !!!

 

Pour lire la chronique de mon amie Morgane sur "Les anges de New York" sur Carnets Noirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonsoir Richard, comme promis mon commentaire sur ce dernier Ellory... Que dire, sinon que j'adhère à la plupart des "critiques", sans toutefois le critiquer...

Je m'explique. J'ai lu les trois oeuvres d'Ellory traduites en français et je l'ai considéré d'emblée comme un auteur formidable, rien de moins, alors assurément, j'attendais que le nouveau me
surprenne autant que les précédents...

Ce ne fut pas le cas avec les Anges... mais je dois admettre que c'est un bon roman policier, qui se lit bien malgré certaines longueurs... Mais comme je m'attendais à du Ellory connu...

Toutefois, cela ne m'empêche pas d'attendre le prochain avec envie et impatience... ;-)
Répondre
R


Je suis tout à fait d'accord avec toi !


Le problème avec les auteurs qu'on adore, ce sont les attentes élevées ... que l'on a .... Et qui parfois sont déçues.


Ensuite, quand on relativise, on s'apreçoit qu'on a passé un super moment de lecture ... Encore une fois.


Alors, je m'assois à tes côtée et ensemble, nous allons attendre le prochain ... "avec envie et impatience ..."


Amitiés



K
Je ne l'ai pas lu, celui-là... pourtant, j'aime énormément Ellory. Dans ma "to do list" alors!
Répondre
R

Ne le rate pas !!! Bonne lecture


M
J'aime bien la part psychologique dans ce type de roman mais ce que l'on découvre fait frémir (je sais , c'est la loi du genre...) et me fait douter des hommes. Mais j'ai un R.J Ellory dans ma Pal.
Il faudra que je l'affronte!
Répondre
R

Bonjour Mimi, Ce dernier roman de Ellory fait une grande part à l'analyse psychologique des personnages. Un livre passionnant! Amitiés


C
je confirme la présence d'Ellory le 23 et 24 juin à Saint Maur des Fossés, au salon du livre de poche : http://saintmaurenpoche.com/
Répondre
R

Merci!


C
Pour les français qui ne peuvent se rendre au Québec et qui souhaiteraient rencontrer l'auteur, il sera en France en Juin, me semble-t-il à au salon du livre de poche de Saint Maur des Fossés près
de Paris. Et le salon de Saint Maur est vraiment très sympa. Moi pour ma part j'attends les vacances avec impatience .... Il n'est pas encore dans ma bibliothèque, mais fait partie de mes projets
de Lecture ! En tout cas, Richard, profite bien de ta rencontre avec R.J. Ellory.
Répondre
R

Juste un petit mot, en passant! Cet auteur est une personne extraordinaire .... Il vaut à lui seul lemdéplacement .... Bises


A
C'était mon premier Ellory et certainement pas le dernier! J'ai beaucoup aimé!
Répondre
R

Alors, bonne decouverte ! Et reviens me faire tes commentaires. Je passe le web end avec RJ Ellory, aux Printemps meurtriers de kKnowlton et il est extraordinaire ....! Amitiés


L
un livre à lire !
(quant à rencontrer l'auteur... c'est un peu loin !)
Répondre
R


Dommage !!


On aurait pu faire plus ample connaissance !!!


À bientôt, chère cousine !



A
Réservé à ma BM préféré, mais le lecteur actuel n'est pas pressé de le finir....
Répondre
R


Je te souhaite beaucoup de patience !


J'ai hâte de connaitre ton avis sur ce roman ...


Amitiés



C
Il faut que je note ses romans, je l'ai vu au Salon du livre de Paris (il était occupé, je n'ai pas attendu) mais je n'ai lu encore aucun livre de lui ! Bonne fin de semaine.
Répondre
R


Et bien, Catherine, il te reste tout un auteur à découvrir ...


Et ses trois premiers romans sont sortis en livre de poche !!


Bonne lecture !


Amitiés



J
J'approuve sans réserve, mon cher Richard. J'ai trouvé ce roman très différents des précédents et aussi réussi qu'un Connelly, dont j'admire beaucoup le talent .
Bises françaises
Répondre
R


Merci mon amie Jeanne,


J'aime bien quand on est d'accord ... Et ça arrive assez souvent !!!


En toute amitié !


PS Dis-moi, à quand le prochain roman  ? Je suis en manque !!!



Y
J'ai lu quelques billets moins enthousiastes que le tien mais qu'importe : il me faut ce livre pour mes vacances d'été !
Répondre
R


Oui, c'est un roman qui se déguste lentement si on veur en savourer toutes les subtilités. R. J. Ellory nous amène très loin dans la connaissance des travers de l'être humain.


Bonne lecture et surtout, bonnes vacances !



G
Je suis dans les irlandais alcooliques moi aussi en ce moment...Ton Parrish ressemble un peu à un certain Jack Taylor...J'aime beaucoup la citation:
"Ne venez pas me pisser dessus en me disant qu'il pleut" !

Je suis tentée mais...j'ai été un peu déçue par "seul le silence" et je redoute des longueurs dans celui-ci...
Répondre
R


Bonjour mon amie,


Jack Taylor et Frank Parrish ... Oui, oui, une certaine ressemblance ...


Mais avec Ellory, il faut s'attendre à ces moments de réflexion et d'analyse qu'il nous parsème tout au long de son roman. Moi, j'adore !!


Et si tu sens quelques longueurs, tu as le droit (Pennac l'a dit) de passer quelques paragraphes ...


Amitiés


 



L
Bonjour Richard ! Tu vas réussir à me réconcilier avec Ellory ???!!! Les Anonymes m'avaient fortement déçue mais je crois qu'il faut que je tente celui-là quand même (au moins pour le chapitre qui
semble t'avoir impressionné !). Amitiés
Répondre
R


Et bien mon amie, j'espère t'avoir convaincu !!


J'avoue que l'analyse psychologique qu'Ellory élabore devant nos yeux tout en l'enrichissant d'une enquête qui fait appel à notre intelligence ... sont des ingrédients qui vont sûrement te
plaire.


Et ce fameux chapitre, pour moi, est un texte complètement abouti ... un grand plaisir de lecture !!


Amitiés et bonnes lectures !



S
Seul le silence reste pour moi un merveilleux souvenir de lecture, j'ai presque peur de lire autre chose de lui, de crainte d'être déçue!mais je me demande bien ce que peut contenir ce fameux
chapitre 62 et ses six pages si mystérieuses! je te souhaite un excellent Printemps meurtriers, et de belles rencontres, mon cher Richard!
Répondre
R


Je te pensais plus téméraire, chère Sophie !


Le plaisir que j'ai eu en lisant le chapitre 62 prend sa source dans les 61 premiers chapitres ... Et la magie d'Ellory, c'est souvent de nous sortir ce petit quelque chose, ce détail, qui nous
laisse bouche bée !! Et qui fait en sorte qu'on admire cet auteur et qu'on attend avec impatience son prochain roman.


Merci Sophie ... oui, j'ai très hâte à ces Printemps meurtriers !!


Bises, chère amie



É
Je l'ai fini hier et j'abonde très énormément dans ton sens. Ellory est un maître. En le lisant, je me disais toujours qu'il allait bien finir par tomber dans la pop psycho à 5 cennes, que j'allais
me tanner de l'introspection... eh bien pas du tout! Il réussit à maintenir l'équilibre parfait entre l'action et le reste et c'est fascinant à lire.

Et contrairement à toi, j'ai adoré la fin : comme tout le reste du roman, elle est juste vraie, absolument possible, bien plus que toutes ces explosions que les Nord-Américains aiment tellement...
En ce sens, je trouve qu'Ellory est plus proche d'un Simenon, pour l'étude de caractère et la compréhension de l'humain.

Bref, je me suis régalée!

Bonne grosse fin de semaine de polar, mon ami! Je n'y serai pas, pour cause de Foire Écosphère à Montréal, où je présenterai Bio-bulle aux visiteurs pour essayer de nous faire de nouveaux amis.
Comme me l'a dit Morgane : c'est de même, je vais en ville quand tout le monde est ailleurs, tant pis pour moi! Ou alors c'est tout le monde qui se pousse quand j'arrive? Hi hi hi...
Répondre
R


Et bien ma chère amie, ce n,est que partie remise ... Une certaine fin de semaine de septembre, nous aurons tout le temps de papoter polars et romans noirs et de se raconter nos lectures et nos
plaisirs.


Un bon verre de vin et une bonne bouffe ... et le salon sera ouvert à toutes les discussions, à tous les échanges et à tout ce que notre amitié littéraire nous conviera !!


Je te souhaite un beau week end dans la grande ville ... et sois certaine qu'on ne t'aurait pas laissé seule dans ce Montréal des manifs !!!


Au plaisir de te rencontrer.


Et bonnes lectures, trèschèreamiedelest !!!


XOXOX



O
Bonjour Richard
Ellory arrive à imposer son nom et n'est plus confondu avec Ellroy par les libraires et les lecteurs comme ce fut le cas. Tant mieux.
Amitiés
Répondre
R


Tu as tout à fait raison , Paul !!


Amitiés



P
Salut Richard,

Voici un roman que j'avais déjà l'intention de lire. Tu viens de me donner l'impulsion pour concrétiser la chose. Une future lecture lorsque j'aurai lu et chroniqué les nombreux livres que j'ai eu
la chance de recevoir de M. d'éd, ainsi que les livres de notre prix du polar... Il y a du travail! A bientôt mon ami Richard. Paco
Répondre
R


Bonjour Paco,


Je te souhaite de passer au travers tes lectures et tes écritures ... et pouvoir te lancer à la découverte de ces Anges de New York


Amitiés