Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Le jeu de l'OgreMaureen Martineau n’est pas à ses premiers coups de plume ! Auteure, metteure en scène et comédienne avec la troupe Parminou, elle nous livre avec «Le jeu de l’ogre», son premier roman.

 

Grande amateure de polars, lectrice d’intrigues policières, il était tout à fait normal que son désir d’écrire un roman se concrétise dans une enquête policière mais aussi, dans l’analyse psychologique et comportementale du tueur.

 

Maureen Martineau nous offre un bon premier roman, avec des qualités qui promettent et un personnage qui pourrait trouver sa place dans l’imaginaire collectif du polar québécois.

 

Marie-Paule Provost,écrivaine ayant connu un «petit succès» avec ses trois romans, prépare un grand coup contre son ex-mari: un journal qui raconte les horreurs qu’il a fait subir à toute sa famille. Avant même de terminer son oeuvre, un terrible accident vient mettre fin à ses projets. Ses deux filles, Alexandra et Nickie, lui avaient juré leur appui inconditionnel. Elles prendraient donc la relève dans cette quête de vengeance. Elles feront payer cet homme qui les a fait tellement souffrir. Et ce, deux fois plutôt qu’une ! Elles traqueraient l’Ogre, jusqu’au bout !

 

Alexandra, confinée au lit par sa paralysie complète, écrit et complète l’oeuvre de sa mère; Nickie prépare le grand coup. Cependant, des événements viennent bouleverser leur plan. Un suicide qui cache probablement un meurtre !!! La disparition soudaine de Nickie !

 

Judith Allison est une jeune policière qui vient d’être promue au Service de police régional d’Arthabaska. Élève brillante à l’École de police, célibataire et demeurant avec son père, elle se consacre entièrement à sa passion: son métier d’enquêteur. Avec une insistance un peu particulière, Denise Cormier, une de ses enseignantes à l’école de police, a gardé le contact avec Judith. Denise en est secrètement (de moins en moins ...) amoureuse. La professeure tentera d’aider la jeune policière en ayant comme seul objectif de l’amener dans son lit !

 

De toutes parts, chacun des personnages se met à la recherche de la vérité, motivée plus par la vengeance ou les amours impossibles que pour la vérité et la justice. Le lecteur est convié à assister à toutes ces enquêtes qui lui font découvrir les horreurs passés , des personnages marqués par leur avidité et leur passion destructrice.

 

Qui est véritablement à la recherche de la vérité ? Le lecteur le découvrira peut-être dans sa propre recherche des motivations de chacun des personnages. Une finale, quand même, non dénuée de tendresse et d’espoir.

 

Ce premier roman de Maureen Martineau nous fait découvrir une auteure qui pourrait séduite les lecteurs de polars et les amateurs de romans policiers. En général, je peux dire que j’ai apprécié ma lecture qui m’a procuré quelques bons moments de lecture: des enquêtes intéressantes sans être passionnantes, des personnages complexes et pour certains attachants et une enquêtrice, une jeune policière dotée de certaines caractéristiques intrigantes.

 

Ce premier roman est réussi. Une bonne histoire, bien racontée, «Le jeu de l’Ogre» est bien écrit et la trame, l’intrigue est bien développée. L’expérience théâtrale de l’auteure est sûrement un atout pour dessiner et nous présenter des personnages qui habitent fortement le récit. Le portrait de Nickie Provost cette jeune fille de 19 ans, marquée par son enfance, attirée par la facilité, animée par son désir de vengeance et surtout incapable d’aimer, est tout à fait réussi.

«Tout ce qui était interdit l’attirait comme un gouffre. Depuis l’accident, son esprit malin avait pris le relais. Il l’incitait à transgresser ses frontières.»

Le personnage de Nickie est la réussite de ce roman.

 

Il faut également souligner la force du personnage de Luc Gariepy. Personnage énigmatique, retors et sardonique, le lecteur de polars y retrouve tout ce que l’on aime haïr dans un personnage de ce genre.

 

Ce qu’il me reste, à la fin de ma lecture, c’est un peu une déception de ne pas être entré réellement en contact avec le personnage de Judith Allison. La complicité essentielle entre le personnage principal et le lecteur, cette chimie indescriptible, cette étincelle qui fait que l’on aime un personnage, qu’on attend ses prochaines aventures avec l’anticipation du plaisir coupable, je ne l’ai pas immédiatement ressentie. Mais la dernière scène, le dernier chapitre m’a profondément touché. Ce qui fait en sorte que sur cette note, je vous rassure tout de suite... J’attendrai la sortie du deuxième roman avec un plaisir anticipé, en étant convaincu que la magie opérera ! Ces dernières images, cette scène touchante, est sûrement le prélude d’une possible belle histoire d’amour entre Judith Allison et ses futurs lecteurs.

 

C’est ce que je nous souhaite. Ce premier roman est plein de promesses. Je suis certain que Maureen Martineau saura les réaliser. Pour notre plus grand plaisir.

   

Bonne lecture !

 

Le jeu de l’ogre

Maureen Martineau

La courte échelle

2012

442 pages

 

Un article sur La Nouvelle.com ...

 

La page de l'auteur sur le site de La courte échelle

 

 

 
Achetez ce livre en ligne sur Rue des Libraires
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lystig 18/12/2012 06:06

va voir mon billet d'hier et réponds aux questions Zindiscrètes !!!!

Richard 18/12/2012 13:50


Je ne fais jamais ce genre de choses ... Je ne te promets rien ... Mais si j'ai un peu de temps durant les vacances, j'y répondrai peut-être ... Peux-tu m'envoyer le questionnaire par courriel ???


Lystig 17/12/2012 13:58

je passe en coup de vent pour te proposer un tag !

Richard 17/12/2012 23:16


Ah oui ???


La petite souris 16/12/2012 08:59

pour ma part je passerai mon tour ! non pas que ta chronique ne me donne pas envie, elle est très bien écrite comme d'habitude,au contraire, mais le thème de ce roman, non vraiment j'accroche pas,
pas assez crédible à mon goût. Amitiés

Richard 16/12/2012 23:07



Pas de problème, mon ami !!


On est du même avis pour bien d'autres lectures.


De temps en temps, un désaccord, ça pimente la vie !!


À bientôt


Amitiés


 



Alex-Mot-à-Mots 13/12/2012 09:39

Tout pour faire peur aux petits enfants avant noël...

Richard 14/12/2012 16:16



Mais non !!!


Juste un p'tit frisson !!


Bonne lecture, Alex !



Attila 12/12/2012 15:05

le premier roman avec lequel on rencontre un personnage récurrent, policier, détective privé etc ..... nous laisse toujours un peu sur la réserve ... il faut le temps de passer du personnage
superficiel à l'homme (ou la femme) qui se cache dessous .... d'ailleurs quand j'ai rencontré MON Commissaire Wallander ..... ça n'a pas été immédiatement le grand amour ...

Richard 12/12/2012 15:32



Tu as tout à fait raison, Attila !


Parfois les coups de foudre ne dure pas longtemps mais un amour qui se développe lentement ... est souvent plus durable.


Mais ce Wallander, je l'ai aimé tout de suite ... Je me contredis ... mais je suis d'accord avec moi !!


Hola !! Il est temps que les vacances arrivent ... le blogueur oerd la tête !


Mais je suis certain que tu me comprends quand même !


Amitiés !


P. S. Polar, noir et blanc s'ennuie d'Attila ! Une chronique bientôt ?



sophie 11/12/2012 21:29

Mon cher Richard, si un jour je publie un roman (hypothèse improbable), j'aimerais que ce soit toi qui en fasses la promotion, parce que tu es un lecteur/connaisseur exigeant, mais aussi un
homme/être humain charmant, toujours désireux de mettre en lumière le meilleur de chacun. Merci!

Richard 12/12/2012 15:29



Et bien moi, si un jour j'ai besoin d'une agente pour faire ma promotion, c'est toi je j'engagerais !!


Au grand plaisir de te lire !


Amitiés