Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

La-troisieme-lettre-copie-1.jpgJe viens de découvrir une très bonne auteure de polar. Je connaissais déjà, l’excellente écrivaine qui offrait aux jeunes des romans intelligents, bien écrits, d’une sensibilité hors du commun et avec un très beau style d’écriture.  «La troisième lettre» vient de me faire découvrir une auteure capable de mettre son lecteur au centre d’une histoire prenante, au milieu d'un suspense envahissant, de nous présenter des personnages complexes, attachants et crédibles et de nous faire vivre des moments d’émotion et de fébrilité grâce à une histoire finement racontée.

Inutile de vous dire que j’ai aimé «La troisième lettre» de Michèle Marineau et que je vais vous le recommander sans hésitation ! Ce polar psychologique, écrit par une auteure jeunesse reconnue et aimée, est à mettre dans les mains de tout lecteur en mal d’une bonne histoire. Bien racontée ! Bien écrite !

L’histoire n’est pas simple mais le talent de la romancière nous rend sa lecture facile et agréable. Agathe O’Reilly, une jeune et belle comédienne, reçoit des lettres de menaces anonymes. Faisant peu de cas de ces menaces qui parlent de trahison, de vengeance et de punition, elle s’inquiète quand même, voyant surgir quelques souvenirs de son passé. Puis un jour, elle se rend compte, qu’un étranger s’est introduit dans sa chambre et lui a laissé, dans son lit, une horreur qui lui fait imaginer le pire.

À qui va-t-elle se confier, vers qui va-t-elle se retourner pour l’aider à traverser cette peur sans trop éveiller les fantômes de sa jeunesse, sans trop brasser les souvenirs qu’elle voudrait bien occulter ?  Se tournera-t-elle vers son vieil amant envahissant, vers une amie qui cherche à tout savoir ou vers ce nouvel ami, si gentil, si prévenant ? Michèle Marineau nous construit alors une intrigue, qui graduellement nous fait découvrir chacune des ficelles de cette écheveau complexe, qui mêle passé et présent et qui nous transporte vers une finale imprévisible et crédible.

Parallèlement, on suit l’enquête de Lysanne Thibodeau, «enquêteuse au poste 31 du Service de police de la Ville de Montréal» qui ne trouve pas drôle que son supérieur l’envoie enquêter sur une affaire d’animal assassiné dans un lit. Aux premiers abords, elle ne nous apparait pas très sympathique; un des personnages la surnomme même «face de crapaud».Est-ce qu’on la prend au sérieux pour la mettre sur ce genre d’affaire ? Et en plus, on lui affecte une jeune recrue sortie fraîchement de l’école de police.


Même si on ne peut qualifier ce roman de «thriller» haletant, le lecteur est accroché au récit, autant par les énigmes qui se nouent et se dénouent au fil des événements; mais en plus, la qualité d’écriture fluide et juste, le style simple mais efficace et les qualités des personnages, tous ces éléments font de ce roman, un plaisir de lecture assuré. De plus, de façon presque sardonique, l’auteure disperse au gré de son imaginaire, des bribes de souvenirs, des pensées vengeresses d’un personnage secret, des interventions en aparté qui viennent complexifier positivement l’histoire, susciter le doute dans l’esprit du lecteur et ajouter surtout, un mystère qui supporte le développement de l’histoire. En fait, quels sont les liens  entre ce qui se passe d’aujourd’hui et les événements d’il y a seize ans, qu’Agathe veut garder secret ?

Puis, à certains moments, l’auteure nous surprend par un sens de l’humour assez dévastateur ... qui nous accroche un sourire, même dans les situations les plus tendues. « ... T’es pas la seule à faire des affaires bizarres en écoutant de la musique. Il y en a qui chantent à tue-tête, d’autres qui se mettent à danser, ou qui se branlent, ou qui se décrottent le nez ...»
À tout prendre, Agathe préférait pleurer.»

Je ne connais pas personnellement madame Marineau mais j’avoue qu’elle a l’air très sérieuse sur les photos que j’ai vues d’elle; cela a rendu ces moments encore plus distrayants. Et que dire de la dernière phrase du roman ? Et bien, vous n’avez qu’à le lire ... Je n’en dirai pas plus. 

Agathe O’Reilly est un personnage sympathique et attachant, paradoxalement faible et forte, toujours en questionnement par rapport à sa vie amoureuse, à ses besoins personnels et à son métier.

Et je suis convaincu que vous adorerez Hubert, le sympathique voisin, oncle du jeune Bruno qui vient en aide à Agathe sans ménager ses efforts.

Et vous vous permettrez sûrement de trouver antipathique, Laurent Bouvier, l’amant d’Agathe, vieux comédien encore populaire mais un peu abject, qui essaie par tous les moyens de conserver sa femme et sa maîtresse ... à son service.

Un autre point intéressant de ce roman, l’auteure nous plonge continuellement dans une atmosphère musicale: chansons américaines, répertoire québécois, chansonnettes françaises ou folklore irlandais. Ce choix musical pertinent, parfois joyeux mais souvent triste, s’harmonise doucement avec la musicalité de l’écriture de madame Marineau. En exemple? Agathe qui écoute une chanson lui rappelant son enfance: «Elle a chaud, elle a le coeur qui fait le fou dans sa poitrine, elle ne sait plus où elle est, ni même qui elle est, tout en étant exagérément consciente d’émotions et de sensations qui menacent de  la noyer, de l’étouffer, de la faire éclater.»


Trois extraits, juste pour le plaisir:



«Une femme, une petite fille, des cheveux fous, une odeur d’enfance ... Des rires, des chansons, des secrets ... Agathe, son soleil. Et puis ces jours sombres d’automne. Les cris, les accusations.»

 

«L’homme est peut-être trempé, mais son ton est l’incarnation même de la sécheresse.»

«Avec des chandelles et un fond musical qui vient vous chatouiller les sens, ce n’est plus juste du luxe, c’est de la luxuriance, de la presque luxure ...»

Alors, je terminerai cette chronique avec un message à madame Michèle Marineau. Comme amateur de polars et de romans policiers et au détriment de mon amour sans borne pour la littérature jeunesse, j’espère grandement que vous écrirez d’autres polars pour adultes. L’amour de la lecture que vous avez inculqué à ces jeunes qui ont lu vos romans, aux adolescents et adolescentes qui ont grandi en suivant les tourments et les joies  de Cassiopée, et bien madame Marineau, tous ces jeunes attendent encore vos livres. Et leurs parents aussi ! Au grand plaisir de vous lire.

Bonne lecture !


La troisième lettre *
Michèle Marineau
Québec Amérique
2011
460 pages

 

* Une précision: ce roman est une réédition, en livre de format poche. L'édition originale a été publiée en 2007.

 

Pour mes lecteurs européens, le roman est disponible à la librairie du Québec à Paris.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Richard j'ai une question à propos de la librairie Québécoise à Paris; est-ce le seul endroit où les lecteurs d'outre Atlantique peuvent trouver les oeuvres des auteurs de chez-nous? Si oui c'est<br /> désolant, vraiment! Notre littérature est tout aussi belle que celle de nos cousins Français, et pourtant la leur se retrouve dans toutes nos librairies.<br /> <br /> Désolée pour les fautes, je suis VRAIMENT fatiguée.<br /> <br /> :)
Répondre
R
<br /> <br /> Il n'y a pas beaucoup de librairies françaises qui proposent des romans québécois ... sauf pour certains auteurs très connus.<br /> <br /> <br /> En effet, c'est assez désolant !<br /> <br /> <br /> C'est pour cette raison que j,essaie le plus possible de parler de nos auteurs québécois et d'amener, petit à petit, nos amis Français à essayer cette littérature qui nous ressemble..<br /> <br /> <br /> Un lecteur à la fois ... petit à petit ... avec persévérance !!!<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
L
Bonsoir Richard,<br /> <br /> Dame Insomnie étant venue me visiter la nuit dernière, j'en ai profité pour terminer ce livre à la finale époustouflante pour dire le moins. Pas un thriller haletant non, mais bien écrit et avec<br /> des personnages attachants, sauf évidemment Laurent Bouvier qui est l'incarnation du MAL. Heureusement tout se termine bien pour Hubert, et Agathe; on peut présumer "qu'ils se marièrent, vécurent<br /> heureux et eurent beaucoup d'enfants".<br /> <br /> :)
Répondre
R
<br /> <br /> Et bien, ma chère Lise, il y a des manières agréables d'oublier l'insomnie ... Et terminer un bon roman avec une finale comme celle-là, c'est plutôt agréable !!<br /> <br /> <br /> J'espère que cette nuit, tu dormuras mieux !!<br /> <br /> <br /> Bonnes lectures !!<br /> <br /> <br /> <br />
G
Bonjour Richard, ton billet est tellement enthousiaste qu'il donne envie de dévorer le roman dans l'instant! Comme toi, je m'intéresse de près à la littérature jeunesse car on y trouve de très<br /> belles plumes. Et quand elles passent aux romans pour adultes, on est rarement déçu! :-)
Répondre
R
<br /> <br /> Merci beaucoup Gwenaelle, ta visite et ton commentaire me font plaisir ! Et surtout, continuons de suivre ces auteurs qui s'adressent intelligement aux enfants ... et aux grands enfants !<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
L
Richard,<br /> <br /> j'ai acheté le livre ce soir mais je crois qu'il restera dans ma pile à lire pour un bon moment. Mais bon le corrupteur que tu es m'a convaincu de l'acheter, alors je le lirai un jour c'est<br /> sûr.<br /> <br /> :)<br /> <br /> Bonne fin de semaine cher ami discret!<br /> <br /> Lise
Répondre
R
<br /> <br /> Ma très chère Lise,<br /> <br /> <br /> J'ai très hâte d'avoir tes commentaires sur ce roman ... Alors, fais-lui une petite place dans le haut de ta pile ...<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
L
Bonjour Richard ! J'ai bien fait de passer... je repars avec du neuf dans ma besace. Merci !
Répondre
R
<br /> <br /> Bonne lecture, chère amie !<br /> <br /> <br /> <br />
S
J'ai lu cet excellent roman il y a quelques années. Tiens tu me donnes le goût de m'y remettre bientôt.
Répondre
R
<br /> <br /> Bonne lecture, Suzanne !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
A
Un polar qui tient en haleine, je note !
Répondre
R
<br /> <br /> Et très bien écrit, en plus !!<br /> <br /> <br /> <br />
M
Comme d'habitude, c'est intéressant de lire tes articles. Tu deviens une plume experte en la matière et tu contribues à mon initiation "polaresque" avec efficacité! Grand merci!
Répondre
R
<br /> <br /> Chère Mimi,<br /> <br /> <br /> Ton compliment me va droit au coeur ... provenant d'une femme de coeur ... et de culture !<br /> <br /> <br /> Merci, chère amie !!!<br /> <br /> <br /> <br />
S
c'est vrai que quand une personne pleine d'humour a un visage sérieux ou grave, cela accentue encore son pouvoir comique:regarde Woody Allen, Mister Bean, ou même Charlot!c'est ce qu'on appelle<br /> être "pince-sans-rire"! je ne connais pas cette dame/auteure, mais le portrait que tu en fais donne envie d'en savoir plus...Bonne journée Richard!
Répondre
R
<br /> <br /> Et j'adore l'humour .. Et les "pince-sans-rire" me font craquer !!!<br /> <br /> <br /> Bonne journée, Sophie !<br /> <br /> <br /> <br />
Z
Richard, je vais regarder sur Amazon !!!!!
Répondre
R
<br /> <br /> Donne-moi des nouvelles.<br /> <br /> <br /> <br />
A
J'aime beaucoup Michèle Marineau. La route de Chlifa est un vrai petit bijou de littérature jeunesse. Je ne l'ai encore jamais lu en roman pour adulte, encore moins dans un polar. Tu me tentes!
Répondre
R
<br /> <br /> Et laisse-toi tenter, Allie.<br /> <br /> <br /> Je suis certain que tu vas apprécier !<br /> <br /> <br /> Bonne lecture !<br /> <br /> <br /> <br />
L
Bonjour Richard,<br /> <br /> encore une fois, impossible de résister à ton enthousiasme contagieux, mais ce livre m'aurait tentée même si tu n'avais pas aimé. De Michèle Marineau j'ai acheté "Cassiopée" il y a quelques années,<br /> par pur sentimentalisme car je connais une adorable petite fille portant ce prénom, et j'avais été agréablement surprise par l'écriture de la dame.<br /> <br /> Si ma mémoire est bonne elle est la conjointe de François Gravel; je me demande s'ils ont échangé des trucs lorsqu'ils écrivaient chacun son polar...<br /> <br /> Lise, lectrice sans blogue :-)
Répondre
R
<br /> <br /> Alors, chère Lise, tu vas te régaler !!<br /> <br /> <br /> Bonne lecture mon amie !<br /> <br /> <br /> <br />
P
Envoyer une face de crapaud enquêter sur un meurtre d' animal, je croasse que c'est judicieux.
Répondre
R
<br /> <br /> Tu as tout bêtement raison !!<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
O
Bonjour Richard<br /> Je ne peux qu'abonder dans le sens de Zazie<br /> Bon dimanche<br /> Amitiés
Répondre
R
<br /> <br /> Parler des auteurs québécois est pour moi un plaisir !<br /> <br /> <br /> Et partager ma passion ...<br /> <br /> <br /> Bonne découverte !!<br /> <br /> <br /> <br />
L
deux nouvelles :<br /> 1/ Ce livre est dispo en France (n'ayant pas accès au logiciel spécial libraires, pour savoir si un livre existe en France, je regarde sur un grand site de vente en ligne... cela donne une bonne<br /> idée !)<br /> 2/ tu te souviens du Louise Penny ????? et bien, il est publié en France, chez Actes Sud.<br /> <br /> bon dimanche
Répondre
Z
C'est une auteure québécoise je suppose. Vous avez un très beau panel de littérateurs. Tu me fais découvrir tout un monde que j'ignorais avec ma supériorité de petite française !!!!! Merci
Répondre
R
<br /> <br /> C'est un plaisir pour moi !! C'est vrai que notre littérature québécoise est riche et créative. Elle mérite d'être connue en France, autant que la littérature américaine.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />