Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

Une énième enquête du commissario Brunetti à Venise. Qu'il est bon y vivre et s'y promener comme toujours.

Mais ici dans "Les masques éphémères" moins de vives discussions  autour des délicieux repas concoctés par Paola, moins de digressions de Brunetti sur ses lectures des textes de l'Antiquité, moins d’envolée verbale avec son équipe  mais plus d'intimes réflexions de la part de notre commissaire.

Réflexions sur le poids des mots, leur réelle signification et leur implication. J'ai senti Brunetti plus seul ici, plus en introspection.

Est-ce la fin d'une époque?

Deux touristes américaines sont retrouvées sur le quai d'un hôpital salement amochées. On sera à la recherche de ceux qui les ont déposées là afin de comprendre ce qui s'est réellement passé et bien sûr comme toujours avec Donna Leon ce sera prétexte à aller plus loin et à mettre au jour le plus vil des trafics.

Une construction du récit à petits pas, sans action ni rebondissements comme toujours. Ceux-ci se retrouveront dans le dernier chapitre avec cette sorte de fin qui laisse sans véritable réponse bien des pans de l’histoire. Mais ces réponses, étaient-elles nécessaires ? 

Une balade dans la Sérénissime est toujours intéressante surtout lorsque cette même promenade nous fait réfléchir sur la noirceur des âmes et la cupidité des hommes.

Bonne lecture !

 

Les masques éphémères

Donna Leon

Éditions Calmann Levy noir

2022

337 pages

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article