Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

L'homme-miroir.

Je ne sais trop qu'en dire. Rien à mentionner du coté de l'écriture, je suis habituée à ces quatre mains et cette écriture est super bien maîtrisée. Idem pour la narration. Et comme un rituel chez ces auteurs, le titre, ici  L'homme-miroir, comme toujours nous sert d'indice.

Et cette galerie de personnages, je les connais bien et toujours un plaisir de retrouver  Joona, Lumi , sa fille, Erik, l'Aiguille, bref nos habitués ou presque. Je crois que c'est le propos qui m'a troublée. Cette violence, brutale, gratuite, incompréhensible, excessive m'a heurtée.

Le sort réservé aux femmes de ce monde est monstrueux. Et ne serait-ce que pour cela, il faut lire cet opus. Ne passez pas outre, non pas les remerciements des auteurs, plutôt leur petite note de fin. Immensément perturbant. Des disparitions de femmes, des mutilations, des meurtres et la folie. Cette folie, ces troubles de santé mentale  qui expliquent mais ne justifient rien et qui dérangent grandement.

Dans L'homme-miroir, c'est la disparition d'une jeune fille, puis cinq ans plus tard, on la retrouve, pendue, dans une aire de jeux.  Et là l'horreur nous harponne et ne nous lâche plus. Un coup de poing. Qui fait mal. Insupportable mais incontournable.

Bonne lecture !

 

L'homme-miroir

Portrait © Ewa Marie Rundquist

Lars Kepler

Éditions Actes Sud

Collection Actes noirs

2021

 

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article