Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

Première incursion pour moi dans le monde de cette autrice nous venant du nord (hé oui de l'Islande) et ce fut très agréable. Malheureusement, j'ai débuté ce rendez-vous avec le T.2. Elma étant le T.1. Dommage mais rien qui a nui à ma compréhension du récit.

Justement le récit. Celui-ci n'est pas campé dans la capitale, Reykjavik, mais plutôt en banlieue/campagne, plus éloignée. C'est donc les mentalités des petits villages, la vie dans ceux-ci, la non intimité de ces petits milieux qui nous est racontée. Et c'est vraiment dans la  veine des polars qui nous viennent du nord: le rythme tranquille, les paysages si importants, la météo inévitable, tout y est.

Et Elma, la petite trentaine, célibataire, inspectrice, a quitté Reykjavik pour justement revenir s'installer à Akranes, petit village du nord de la capitale pour changer d'air et de vie.  Dans une caverne, près d'un volcan, deux enfants trouvent un cadavre. C'est celui de Marianna, mère célibataire d'une adolescente, disparue depuis des mois.

Et c'est ainsi, qu'Elma et son collègue seront chargés de découvrir ce qui s'est réellement passé. Comment est-ce que le corps s'est retrouvé là? Les enquêteurs n'auront pas le choix de remonter le temps pour comprendre. Connaître qui était cette Marianna, comment sont les relations avec sa fille Hekla? Tout ce passé qui pourrait surprendre. Un examen à la loupe de la vie de Marianna, des relations d'enfance au village, des vies antérieures, de celle tournant autour d'Hekla et de ses amis, de toutes ces  relations,  nous apprendrons les secrets et les motivations de chacune.

Une construction narrative des plus intéressantes avec ces retours dans le passé qui sauront nous bluffer. Une belle découverte et pour moi, Eva Björg Aegisdottir est une autrice à suivre.

Bonne lecture !

 

Les fille qui meurent

Eva Björg Aegisdottir

Éditions de la Martinière

Hors collection

Juin 2022

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article