Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

En tant que journaliste dissident, Mikhaïl Chevelev a pris la plume pour un roman afin d'exprimer ce qu'il ne peut se permettre de dire dans les médias traditionnels.  Pour rendre compte de  l'ampleur de l'impuissance et toute la colère ressentie face à une démocratie défaillante qui construit (encore) des monstres malgré sa façade de nouveaux horizons. Une fausse liberté d'expression dans une censure bien installée et toujours cette impression de devoir travailler pour le pouvoir si l'on veut survivre...

Chevelev a couvert toutes les guerres nationales après l'effondrement du bloc soviétique et c'est un peu de ça dont il est question dans Une suite d'événements.

Vadim, jeune des années 90, a vécu les guerres de Tchétchénie et d'Ukraine. Il a dû s'exiler plus d'une fois, il a vu et vécu des horreurs et des atrocités sans nom, des injustices. Il combat là et part ailleurs et combat ailleurs, et cela semble sans fin. Ce qu'il voit c'est que la société russe est à blâmer et c'est ce qu'il veut faire comprendre lorsqu'il décide avec d'autres de prendre un centaine de personnes en otage dans une église d'un petit village. Ses revendications sont simples, il veut que le président russe s'excuse. Voilà. Et c'est lors de la prise d'otages qu'il demande, en tant que négociateurs, Pavel et Evgueni, deux journalistes qu'il a connu en Tchétchénie. Et Vadim racontera à Pavel son histoire, son triste parcours...

Une suite d'événements c'est comment les événements (au nom de quoi on déclenche des guerres ? Pourquoi les crimes restent impunis?  Pourquoi les humains sont-ils si cruels?)  mènent à cette forme de colère désespérée car l'idée de justice nous semble inaccessible,  c'est la construction d'un terroriste. C'est colère et brutalité.

Chevelev a utilisé une plume et une langue tendues, incisives, sans garniture pour enjoliver. C'est froid, c'est cru et c'est hautement révélateur de l'incurie des pouvoirs face au terrorisme. Une question se pose dans ce roman, celle de la responsabilité. Pouvoir politique, administratif moral. Lequel est le vrai pouvoir ? Immanquablement, on réfléchit à cette question après cette lecture qui demeure  une véritable charge contre le pouvoir russe.

Bonne lecture !

Mikhail Chevelev @Ebra-Gallimard

 

 

Une suite d'événements

Mikhaïl Chevelev

Éditions Gallimard

Collection du monde entier

2021

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article