Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

Ce fut un grand plaisir que de retrouver le capitaine Samejima, le surnommé Requin de Shinjuku. Comme toujours, il se dressera devant et contre les yakuzas, ces criminels organisés en bande. Figure connue du quartier chaud de Shinjuku, notre capitaine, loup solitaire, est redouté de ces mafieux qui y exercent leurs trafics. Dans Le Singe Venimeux, Samejima sera appelé à travailler en duo avec Kuo, un inspecteur taïwanais venu à Tokyo en recherchant un impitoyable tueur à gages chinois.

Malgré un début un brin poussif, didactique je dirais où Osawa explique les nouvelles réalités des trafics d'armes, de drogues et autres alliances entre mafia taïwanaise et japonaise, on est vite pris par l'action et on s'attache rapidement aux personnages gravitant autour de notre capitaine.

Ce tueur chinois, celui que l'on surnomme le Singe venimeux,  en veut à mort et avec raison (oui j'ai sympathisé avec le diable) à un chef de bande taïwanais qui l'avait engagé et qui l'a trahi. Ce caïd, réfugié à Tokyo est  protégé par un puissant gang  japonais. Et voilà que le jeu de piste commence et ce, après l'assassinat d'un gérant  de bar. 

De l'action il y en a. Des cadavres encore plus. Ce que veut éviter à tout prix Samejima c'est qu'une guerre entre gangs ne se déclare et que des civils chinois et japonais en soient  victimes. Chassé croisé avec le Singe qui ne lâche jamais, Kuo, le flic chinois, prêtant son aide à Samejima, le flic japonais, Yeh le caïd chinois protégé et les sbires  des chefs de gangs.

Histoire de trahison qui doit être punie, Le Singe venimeux prendra tous les moyens pour y arriver . Racontée de façon très réaliste  et écrite d'une plume noire, cette histoire de vengeance scabreuse est transmise franchement. On ne fait pas dans la dentelle. Et c'est toujours pour moi très étonnant de découvrir "ce" Japon.  Je ne saurais que vous recommander chaudement cette série. Et mention spéciale à la maison d'édition Atelier Akatombo.

Bonne lecture !

 

Le singe venimeux

Arimasa Osawa

Atelier Akatombo

Mars 2020

 

 
Bravo à l'équipe de l'atelier akatombo, Franck et Dominique pour les quatre ans de cette magnifique maison d'éditions qui nous fait connaître la littérature noire japonaise. Richard

Bravo à l'équipe de l'atelier akatombo, Franck et Dominique pour les quatre ans de cette magnifique maison d'éditions qui nous fait connaître la littérature noire japonaise. Richard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article