Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une lutte à finir

Une chronique de Christophe Rodriguez

Commençons cette chronique dominicale avec l’histoire d’un succès. L’année dernière, l’auteur de romans policiers Éric Fouassier nous faisait découvrir le jeune inspecteur Valentin Verne. Dans ce Paris des années 1830, les soubresauts politiques rythment la vie, le peuple se révolte et nous sommes loin du plein emploi pour tous. Des crimes il y a, mais aussi des illusionnistes, des spiritistes, des empoisonneurs et un certain vicaire, tueur en série qui abuse des enfants, comme notre pauvre Valentin qui s’en sortira tant bien que mal.

Le premier volume du Bureau des affaires occultes fit mouche, et plus de 100, 000 exemplaire trouva preneur. Étonné, il fut l’auteur, mais pas nous. À la manière de ce que fit Maurice Leblanc, Eugène, Sue avec ses Mystères de Paris et bien entendu Balzac pour le foisonnement de détails et le mordant de ces personnages, Fouassier, venait de taper dans le mille.

À peine, l’encre séchée du premier tome, l’auteur lançait son héros dans un combat encore plus dangereux` : celui d’affronter et d’en finir avec son ennemi juré ainsi que tortionnaire, Le vicaire. Cette figure énigmatique, précurseur de tous les tueurs en série que put absorber le continent nord-américain, offre un jeu de piste à Valentin : son objet comme il lui écrit si bien.

Avec Le fantôme du Vicaire, Valentin Verne a trouvé sa voie. Inspecteur au bureau des affaires occultes, entendons ce que le commun des policiers ne peut comprendre ou résoudre, il travaille sur une double enquête. Un décès suspect dans une famille cossue, avec apparition, “magie plus spiritisme” et bien entendu, Le Vicaire qui sème la mort, jusqu’à l’affrontement final.

Toujours autant bien documenté, ce roman est un bijou de suspense. Au hasard, vous allez croiser : Vidocq, l’ancien forçat devenu chef de police, le poète Alfred de Musset, toute la faune des surineurs et des bars clandestins, la naissance de la police scientifique, et ce sentiment indélébile que nous étions à Paris en 1830. La passion aussi guette Valentin, mais la route sera longue avant qu’il ne soigne ses blessures. Si vous aimez le suspense, les revirements de situation et les coups de théâtre, précipitez-vous, Valentin deviendra votre ami!

Bonne lecture !

Le bureau des affaires occultes

Le fantôme du vicaire

Tome 2

Éric Fouassier

Albin Michel

384 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article