Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de France Lapierre

Second roman de Raffaela Romagnolo traduit en français, « Bella Ciao » débute alors que Mrs. Giulia Masca est de retour dans son pays d’enfance après l’avoir quitté quarante ans plus tôt, sans un adieu pour quiconque.

Celle qui avait vécu jusque-là dans la misère s’établit alors à New York et elle épouse Adelmo Libero grâce à qui elle pourra vivre le « rêve américain ».    Alors que Giulia se crée une nouvelle identité à New York, les habitant.e.s de son village natal poursuivent leur vie et l’autrice nous offre une fresque historique magistrale de la première moitié du XXe siècle en Italie.

Trois générations vivent sous nos yeux et traversent ce demi-siècle chargé : grève des ouvrières dans les usines de filature de soie Salvi dont les conditions précaires sont révoltantes; la vie et la mort des soldats dans les tranchées de la Première Guerre mondiale; la montée du fascisme; la résistance; les massacres de la Deuxième Guerre mondiale.

En 1946, accompagnée de son fils Michael, elle veut revoir son amie Anita qu’elle considérait comme sa sœur et peut-être aussi son ex-fiancé, Pietro Ferro. Ces trois personnes sont intimement liées, par l’amour et l’amitié.

Âpreté. C’est le mot qui vient à l’esprit après la lecture de ce roman. L’âpreté des relations mère-fille, entre Asunta et Giulia; l’âpreté de la vie ouvrière en usine ou des métayers sur les terres des grands propriétaires. La nature elle-même donne du fil à retordre aux habitants de Borgo di Rentro lorsque la vigne développe la maladie du phylloxera vastatrix .

Bella Ciao, c’est le chant des partisans italiens en lutte contre l’armée allemande et les fascistes au cours de la Deuxième Guerre mondiale[1].

Vivre et mourir dans les tranchées de la Première Guerre mondiale avec des personnages auxquels on s’était attaché, assister aux exécutions criminelles de la Deuxième Guerre mondiale. Des chapitres écrits sans complaisance, mais avec une puissance d’évocation qui marque l’esprit. Certains personnages demeureront à jamais dans notre souvenir, portés par le souffle de Raffaella Romagnolo.

Un roman découpé en trois livres dans lesquels les événements et les époques se télescopent, sans avertissement. Cette structure est plus exigeante qu’une structure linéaire, mais quelle maitrise démontrée par Raffaella Romagnolo :  les transitions se font sans heurts et avec un style maîtrisé.

Un genre de roman qu’il faudrait relire pour avoir le plaisir de  l’apprécier une seconde fois…

 

Bella Ciao

Raffaela Romagnolo 

Éditions Albin Michel

2021

 


[1] Une version par Yves Montand :

https://www.youtube.com/watch?v=mv3iY4v9EOc

et si vous avez l’impression de déjà entendu, voici l’explication :

https://www.youtube.com/watch?v=Xm-hdblSa9E

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article