Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Langlois

Pour les admirateurs de John Connolly dont je fais partie, notre cher Charlie Parker est de retour dans ce 16e roman de la série. Si vous ne connaissez pas encore les romans de John Connolly et si vous aimez les polars avec une petite touche de surnaturel, alors « foncez » vous allez adorez. Car, oui, John Connolly a pris le risque de mélanger policier et fantastique, et il a très bien relevé le défi.

« Elle m’a dit qu’elle fuyait le diable en personne.
J’aimerais être en mesure de vous assurer qu’elle s’exprimait au figuré, mais ce serait mentir... »

 Portland, Maine. De fortes précipitations récentes ont exposé au jour le corps enseveli d’une jeune femme dans les bois. Lors de l’autopsie, on découvre que la défunte venait de mettre au monde un enfant, qui étrangement n’était pas enterré auprès d’elle, aucune trace du nouveau-né. Tout près d’elle sur l’écorce d’un arbre est gravée une étrange inscription ; une étoile de David. Cette inscription préoccupe l’avocat juif Moxie Castin, il fera donc appel à Charlie Parker pour investiguer sur cette macabre découverte et rechercher l’enfant qui aujourd’hui serait âgé de 5 ans, si celui-ci a survécu.

La quête de Parker le conduira à un réseau clandestin, mais très sécurisé qui aide les jeunes filles à fuir la violence d’un homme ou groupe dont elles sont captives. Avec l’aide de ceux-ci, Parker découvrira l’identité de la victime, Karis Lamb. Mais celui-ci ne sera pas seul à essayer de retrouver cet enfant, un terrifiant couple formé de Quayle, un mythique avocat anglais vêtu de velours à l’ancienne, convaincu de son immortalité et son acolyte Pallida Mors, d’une pâleur cadavérique à l’haleine de chacal débarqueront en Amérique. Mais l’enjeu pour se duo n’est pas seulement pour retrouver l’enfant, mais un mystérieux manuscrit qui selon eux aurait été dérobé par la mère retrouvé morte. Ils feront tout pour mettre la main sur ce fameux livre interdit, semant trainée de sang dans leur sillage et quelques corps éparpillés. Car ce livre diabolique contient une mythique formule qui aidera Quayle à évoquer les « non-dieux » et la fin de notre monde.

Entre-temps, car oui il y a quelques entre-temps dans cette histoire, Holly Weaver, mère célibataire, protège son fils Daniel avec l’aide de son père surtout depuis la découverte du corps de Karis dans les bois. Le petit Daniel reçoit étrangement des appels d’outre-tombe sur son téléphone jouet. Mais qui est cette femme qui lui demande de l’aide ? Et cette fillette qui lui apparait dans son jardin, qui est-elle et que lui veut-elle ?

D’autres évènements viendront se greffer à l’intrique principale. Bien sûr pour les amateurs de Connolly, Louis et Angel, les deux comparses de Parker ne sont jamais bien loin. Pendant qu’Angel est à l’hôpital pour traiter un cancer, Louis se retrouve emmêlé dans une confrontation avec un jeune homme à l’idéologie raciste.

Tous ses éléments s’imbriqueront lentement pour former une intrigue qui sort du commun.

Les chapitres défilent avec rythme, les personnages sont richement dessinés, l’aura de mystère plane tout au long de la lecture. Connolly crée un monde où la fusion du surnaturel et du réel est utilisée subtilement.

J’ai bien aimé la finale qui laisse planer un petit voile de mystère sur une éventuelle suite à cette histoire richement racontée.

Extrait

« Et tandis qu’elle écoutait la voix de cet enfant qui la reconnait enfin, la créature de grisaille commença à ondoyer, à se désintégrer en un vent d’échardes, de terre et de poussières emportées dans le noir jusqu’à ce qu’il ne reste plus d’elle qu’un souvenir, niché dans le cœur du petit garçon. »

Bonne lecture !

 

La jeune femme et l’ogre

John Connolly

Les presses de la cité 

2022

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article