Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Des trésors de BD

Par Christophe Rodriguez

Bien avant que je sache que Michel Viau est le mémorialiste incontesté de la BD au Québec et bien plus selon mon humble avis, c’est par son travail de scénariste pour l’affaire Blass ainsi qui celle du sinistre Abbé Delorme que nous avons fait connaissance. Volubile précis, maniant l’humour autant que le parcours historique de ses personnages dans l’histoire du Québec, ces rencontres furent une véritable partie de plaisir.

N’ayant pas consulté l’édition 2014 de la BD au Québec, cette nouvelle mouture est tout, sauf anodine. Comme un archéologue ou un Indiana Jones de quelques «  bandes dessinées perdues », Michel Viau nous offre un véritable cadeau qui s’adresse aux chercheurs, passionnés de presse et d’histoire ( la petite comme la grande), professeurs et fous de BD, comme il se doit. Jamais aride ni sentencieux, Michel Viau expose, fait des liens, remonte le cours du temps jusqu’en 1759 avec le Marquis George Townsend, «  commandant de brigade qui s paie en douce la tête de son supérieur, le général James Wolfe.

Si la bande dessinée telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec ses débuts, constatons le chemin parcouru. Et c’est avec une vive intelligence secondée par un travail de recherchiste tout-terrain que l’ami Michel Viau nous entraîné dans les dédales de ces fameuses petites cases.

 

Des années folles à un média sous surveillance

Dense, dans son approche, l’auteur a choisi de montrer l’évolution de la BD par périodes. Si le chemin paraît facile, il n’en est pas moins ardu, ce que le lecteur évitera. Comme un roman, il faut pouvoir se catapulter dans les époques, nous découvrons ceux et celles qui pavèrent la voie. Songeons à Raoul Barré dans La Patrie, Pierrot et Pierrette de Russel Patterson, Les aventures de Timothée d’Arthur Lemay et notre ami Ladébeauche, certainement le plus célèbre de tous.

Si la fiction est bien présente, souvent gentille, Michel Viau attire notre attention sur la crise économique et feuilleton du Terroir, dont l’appel de la race du chanoine Lionel Groulx. Transposé en récit illustré par Victor Barette, ces 44 épisodes sentent le souffre, le moins que l’on puisse écrire.

La BD ira aussi en guerre pour soutenir le moral des troupes, ainsi que ceux et celles à l’arrière du front, attendant des nouvelles du mari ou enfants au combat. Entre Maurice Duplessis et l’église, l’alliance tortueuse prendra véritablement une forme de censure, et «  les comics » seront vilipendés, allant jusqu’à masquer certaines scènes qui pouvaient choquer les âmes pures. Ce chapitre remarquable vaut à lui seul, l’achat de cette somme avec le dessin en 1950 dans le canard de Robert Lapalme : « caresses à la police, œufs pour cochon d’payant  » .

Il faut, avoir la foi du charbonnier pour entreprendre un tel travail, donc saluons cette nouveauté qui occupera avec le sourire votre hiver, et rappellera à certains d’entre vous, bien des souvenirs d’enfance!

Bonne lecture !

 

BDQ

Histoire de la bande dessinée au Québec

Le pionniers de la bulle

Tome 1

Des origines à 1968

Michel Viau

Éditions Station T

390 pages

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article