Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

L’enfance évaporée

Une chronique de Christophe Rodriguez

Avec la guerre de Sécession, la jeune Amérique se fractura littéralement en deux. De cet affrontement qui causa plus de morts que pendant la Seconde Guerre mondiale et qui fermat la porte, enfin, à l’esclavage, mais pas à la discrimination ni au racisme, fut et reste encore formidable matériau pour les écrivains.

Parmi les plus récents, nous songeons évidemment à Underground Railroad du jeune auteur Colson Withehead et pour comprendre l’ampleur historique de cette guerre, nous vous référons comme toujours au livre fondamental de l’historien James Mc Pherson, La guerre de Sécession (Bouquins/Robert Laffont).

Avec la maison d’édition française Gallmeister, nous ne sommes jamais au bout de nos surprises, bonnes il va s’en dire. Que ce soient des enfants ou des adolescents/adolescentes prises dans la tourmente d’une guerre ou dans une ville dont la principale activité est le crime, nous savions que la lecture serait parfois sombre, remuante avec cette perte de l’innocence

Deux destins dans la guerre

Le cercueil de job du romancier américain Lance Weller s’ouvre sur une fuite. Marquée au fer rouge sur les deux joues par son patron ainsi que sur une dent, la jeune esclave en fuite Bell Hood souhaite gagner le nord. Entre les soldats en fuite, les déserteurs, les affamés, les coupe-gorges, les garde-chiourmes, payés par les propriétaires d’esclaves, la route vers les états fédérés ou la liberté fleure bon, semble-t-il, sera parsemé d’embûches. Avec Dexter, autre jeune esclave émasculé par son maître ainsi que January June, cette quête sera parfois philosophique, violente, avec ce passage forcé vers l’âge adulte, contré leur gré en somme.

À l’autre bout du correct, le jeune soldat Jeremiah Hooke dont les mains sont mutilées, vient d’obtenir sa démobilisation, mais la guerre gronde encore. Coupable de ne pouvoir offrir aux soldats sudistes, sa personne comme combattant, il essaie de trouver une voie de rédemption. Du Nord au Sud, ce roman semi-historique, avec ces élans de lyrisme teinté de naturalisme, vous emportera tout simplement. Rappelant les écrits du journaliste/Romancier Stephen Crane comme La conquête du courage, Le Cercueil de Job résume admirablement le combat entre ce qu’individualité et collectivité veulent dire, quand l’avenir d’une nation est en jeu.

 

Sauvez les enfants, sauvez mon âme

Nous sommes à Denver (Colorado) en 1895. Bien avant Chicago ou New York et ses familles mafieuses, le crime suinte. Propulsé par la fièvre de l’or entre autres, cette cité est menottée par les tenanciers de bar, clochards et tous les pauvres qui n’ont plus à rien perdre. Sam du haut de ses quatorze ans et Cora, du haut de ses quinze ans prennent soin des petits orphelins. Ils luttent contre les crânes d’œuf (entendez les clochards) qui empiètent sur leur territoire et s’en prennent parfois au plus faible.

Toujours aux aguets, ayant appris à survivre et toujours armés, ils vivent dans une usine désaffectée. Un soir où le ciel se déchaîna, ils sont sauvés par un géant défiguré qui ressemble étrangement au Lenny, Des souris et des hommes. Muet, ce colosse qui survivra après l’affrontement grâce à ces deux jeunes samaritains est aussi l’homme de main de Cole, puissant tenancier, qui «  essaie » de sauver son entreprise.

À la manière de Mark Twain, Benjamin Whitner fait revivre, juste un peu, l’esprit Huckleberry Finn, mais en beaucoup plus violent. Brut de décoffrage, les dialogues sont courts, incisifs, portant le mal dans la plaie, parce que Sam poussera peut-être, sa chance un peu trop loin. Sam deviendra un homme de main des dynamiteurs. Il assistera au pire, tout en voulant sauver Cora, dont il est secrètement amoureux, mais aussi les petits orphelins de Denver.

Dans ce monde invivable où seul, la loi du plus fort compte, plus dure sera la chute, mais gardons quand même espoir!

Bonne lecture !

 

Le cercueil de  Job

Lance Weller

Éditions Gallmeister

465 pages

 

Les Dynamiteurs

Benjamin Whitmer

Totem

Éditions Gallmeister

400 pages

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article