Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

La 39e aventure d'Astérix et d'Obélix.

Le 5e album signé par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.

Une chronique de Richard

Pour les 7 à 107 ans ?

Pourquoi pas !

Tintin peut dormir tranquille, la lecture de bandes dessinées pour tous les âges (je ne prends pas de chance en fracassant la limite de 77 ans ... Le temps passe si vite !) se porte merveilleusement bien !

Et recevoir un nouvel album d’Astérix fait partie de ces grands plaisirs de lecteurs ! Je regarde la couverture, retrouve les personnages, découvre le paysage et déjà les questions surgissent:

Sera-t-il à la hauteur de nos grandes attentes ?

Est-ce que Goscinny et Uderzo en seraient fiers ?

Et le scénario ?

Les personnages ?

Les artisans du nouvel album réussiront ils à nous surprendre ?

Quelles seront mes premières impressions après ma lecture ?

Vite, ouvrons l'album ..."Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ..." Dès la première planche, on se retrouve à Barbaricum ! Nous voilà plongé dans cette nouvelle aventure.

48 pages plus tard ...

À mon avis, « Astérix et le Griffon » est un des très bons albums depuis la fin du tandem Uderzo-Goscinny. J’ai eu beaucoup de plaisir à lire cet album : souvent des sourires, parfois même des rires et toujours un certain émerveillement, plongé dans cet imaginaire fascinant inventé par les deux icônes de la bande dessinée.

César, lui-même en personne, soucieux de « sa popularité auprès de la Rome d’en bas » aimerait bien exhiber le Griffon, animal sacré de cette lointaine contrée. Pendant ce temps, à la demande du chaman Cékankondine, Astérix, Obélix et le druide Panoramix, viennent pour protéger l’animal sacré. Nous voici donc au pays des Sarmates où le froid et la neige ont le don de geler le bon vieux druide et sa précieuse recette !

Évidemment, les Romains arrivent, Obélix est prêt à livrer bataille, mais Astérix ne peut participer « à la fête » car la potion magique a été altéré par le froid. Mais ne vous en faites pas, il y aura de belles rencontres entre Obélix et les Romains, de la grande stratégie et beaucoup d’occasions de blagues et de jeux de mots.

Comme beaucoup d’entre vous, je lis une première fois l’album en m’attachant plus particulièrement à l’histoire. Une première lecture curieuse, empressée, sans nuances, juste pour le plaisir de la découverte ! Puis, je le relis ensuite, et là, avec toute l’attention du « bon lecteur » : lecture du texte, lecture de l’image, complémentarité des deux médiums, découverte des lieux et appréciation de l’humour. Ces deux lectures m’ont confirmé ma première impression, « Astérix et le Griffon » est excellent !

J’ai souri à chaque page, l’histoire m’a captivé, le dessin m’a charmé et le goût de relire l’album une troisième fois ... a été assumé ! Et cette troisième lecture, je me suis laissé aller à comparer les Sarmates avec les « irréductibles Gaulois » ! Pour découvrir les multiples ressemblances entre ces deux peuples amis. Et quelques différences notoires ... comme dans les tâches réparties entre les genres. 

Enfin je me suis rendu compte, en analysant cette lecture, que dans tout l'album, il n'y avait qu’une seule case sur les 48 pages qui se situait dans le village gaulois !!! Vous devinez laquelle ?

Bonne lecture !

 

 

Astérix et le Griffon

Texte : Jean-Yves Ferri

Dessins : Didier Conrad

Les Éditions Albert René

2021

48 pages

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article