Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une chronique de Christelle Kriek

Si l’année 2020 a été particulière à bien des égards, elle a aussi été pour moi l’occasion de découvrir un auteur qui m’a charmée avec ses deux premiers livres, Steve Laflamme. Autant vous dire que c’est donc avec une impatience non dissimulée que j’attendais de retrouver Xavier Martel, cet amateur de thé pour qui les goûts ont une signification singulière de par sa synesthésie. Lorsque j’ai ouvert le troisième opus de la « saga » Martel, intitulé Sans la peau, c’était comme entrer ses pieds dans de vieilles pantoufles. Il fait chaud, c’est doux, et en même temps, on se demande si elles seront encore vraiment confortables…

 

Sans la peau nous plonge dans l’univers de la mafia russe montréalaise (la Bratva). Avec Le Chercheur d'Âme et Sous un ciel d'Abîme, Steve Laflamme m’avait enchantée par son style littéraire. Dans ce troisième Xavier Martel, il ne déçoit pas. Il affirme même son talent pour proposer un ouvrage documenté, tout en subtilité, bien que les descriptions nous amènent à ne pas avoir de doute quant à la violence du milieu au sein duquel est plongé Xavier Martel. Celui-ci est pareil à lui-même, peut-être même plus noir et plus tourmenté que jamais. « Cannelle. Aubergine. Salpêtre. Le verger. Les ongles. La bouche. Le feu. Le trou. La cave. Malone. Larsson. Provost. ProvostProvostProvostProvostProvostProvost. »

 

Si le détective est tourmenté, c’est que les actes qu’il a commis par le passé le hantent quotidiennement. Il se sent de plus en plus pris au piège et craint de devoir affronter la justice des hommes, ce qui l’amène à accepter de travailler pour la GRC afin de comprendre pourquoi un homme a été retrouvé mort dans un conteneur au port de Montréal avec, tatoué sur une fesse, une partie de la structure atomique du Krokodil, cette drogue dévastatrice qui ruinait la vie de nombres de Russes.

« L’espérance de vie de ceux qui en étaient intoxiqués s’élevaient, au mieux, à deux ans. » De fil en aiguille, fidèle à ses habitudes, Xavier Martel ne fait pas dans la dentelle. Il dérange, il bouscule, il est là où on ne souhaite pas le voir. Que ce soit pour le milieu de la mafia ou pour les agents de la GRC, Martel dérange.

« J’étais perplexe quand vous êtes arrivé, Xavier. Je me demandais comment un type avec autant de talent et de flair pouvait s’être mis à dos autant de gens en si peu de temps à la Sûreté. Maintenant, je comprends. »

Dans cet opus, Xavier Martel dérange encore plus parce qu’à travers le Québec, il va fouiller dans les recoins les plus sombres de ce que l’être humain peut être ou devenir. Existe-t-il des causes personnelles pour lesquels certains sacrifices semblent plus justes? Comment savoir qui sont nos amis et nos ennemis? D’ailleurs, a-t-on jamais réellement des amis sur cette Terre? Ces questions sont au cœur de Sans la peau, d’une certaine manière.

Glauque, Sans la peau, comblera les amateurs de romans noirs, voire même de romans d’horreur par moment. En vous délectant de ce dernier roman de Steve Laflamme, rappelez-vous que « Parfois, on gagne la mise, souvent on la perd. »

Bonne lecture !

 

Sans la peau

Steve Laflamme

Éditions de l'Homme

2021

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article