Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une chronique de Sylvie Geoffrion

Rien n'est simple dans les  guerres de gangs yakusas. Il y a l'honneur, la loyauté, la tradition, la vengeance, etc. Rien n'est simple non plus du côté de la police criminelle qui doit bien sûr maintenir l'ordre, protéger les citoyens, empêcher les guerres de gangs, sauvegarder la paix dans les rues, etc.

Nous sommes en 1988 à Hiroshima, particulièrement à Kurehara, une banlieue. Le jeune lieutenant Hioka vient d'être nommé adjoint au réputé commandant Ogami . Réputé car il est un des meilleurs enquêteurs du Japon. Le meilleur avec des façons de faire bien à lui, avec des méthodes d'enquête disons assez particulières, le genre de policier qui va au bout d'une affaire...

Par contre, il se dit que ce commandant Ogami serait très près, trop près des yakusas. Ce que déplore sa hiérarchie qui ne veut pas d'un loup solitaire, brutal pour entacher sa réputation. Toutefois, il faut bien que la police empêche ces guerres ...C'est ce que Hioka est à même de percevoir en travaillant avec Ogami qui fera de ce jeune bleu un disciple.

La disparition d'un comptable d'une compagnie de finance de la pègre met en péril la fragile paix au sein des différents clans. Puis, l'assassinat d'un jeune mafieux fait encore monter la pression autant chez les policiers que chez les yakuzas. Kurehara n'est plus en sécurité. Les différentes factions mafieuses crient vengeance. Cette police, qui doit tant protéger son image, pourra-t-elle éviter cette guerre de clans ? Cette police a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Devra t-on faire des sacrifices?

La vedette de ce titre est véritablement le personnage du commandant Ogami. Désabusé, seul, fidèle et loyal, il en jette et on s'y attache. Une narration efficace, un rythme soutenu, une écriture habile nous font (presque) oublier la difficile appropriation des noms japonais.  De ce récit, nous en apprenons plus sur le crime organisé de l'archipel, ses clans, ses syndicats et étonnamment, cette pègre n'est en rien secrète. Clubs affichés, enseignes de clans dans les bars, pignon sur rue, ils sont bien identifiés! De cette autrice, Le loup d'Hiroshima est, je crois, le premier titre traduit en français. Nous en espérons bien d'autres. Et bien sûr,  un travail d’édition toujours aussi  soigné de l’Atelier akatombo.

Bonne lecture !

Le loup d'Hiroshima

Yüko Yusuki

Atelier akatombo

2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'ai découvert cette maison d'édition avec ce magnifique titre.
Répondre
R
Moi aussi, j'adore cette maison d'édition et ses publications bien particulières.