Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Toxique

Par Christophe Rodriguez

En janvier 2019, l’écrivain et ex-journaliste Thomas Cantaloube faisait paraitre dans la mythique Série noire, Requiem pour une république. Sur fond de guerre d’Algérie, ce long récit qui fouillait les arcanes de la république, fut unanimement salué par les critiques de romans et pas uniquement policiers.

Pas dans cette veine, mais aussi captivant, l’écrivain Marin Ledun nous plonge dans une formidable enquête qui s’étale sur 20 ans, avec comme toile de fond, l’industrie de la cigarette et son puissant lobby.

Grâce à notre bonne vieille Série noire qui décidément a repris du poil de la bête, vous allez revivre, pas tout à fait en accéléré, une période sombre qui fut marquée par les attentats chez Tati, la disparition de Coluche, Balavoine, Dalida, la chute du mur de Berlin, la poudrière que  deviendra le Monténégro, la Loi Évin sur l’interdiction de la cigarette en public et les attentats du 11 septembre qui vont bouleverser en partie l’échiquier politique. Mais, il n’y a pas que cela. Le montage de Leur âme au diable reste avant tout un puissant roman politique qu’aurait sans contredit  encensé Jean-Patrick Manchette ou Thierry Jonquet.

 

Le fric, toujours le fric !

Cette brique de 600 pages commence en 1986 par le braquage de deux camions-citernes remplis d’ammoniaque. Appartenant à des concurrents d’un autre conglomérat qui œuvre dans le domaine de la cigarette, les poids lourds sont détruits. Et l’opération tourne mal. Des gens sont abattus, une jeune fille disparait et le plus grand mystère règne sur ce coup de force.

Derrière cette opération commando, nous allons trouver Müller, âme damnée de la European G Tobacco, gigantesque compagnie qui «  arrose » les politiciens, commandite les évènements sportifs, bref, la vie de nabab tel que les cigarettiers la connaissait à l’époque.

Derrière les portes de son appartement plus que luxueux, David Bartels, lobbyiste aux dents longues, enchaine les opérations, flatte les élus dans le sens des bulletins de vote et fait pleuvoir des millions dans les escarcelles des actionnaires de la European Tobacco. En tandem avec la redoutable Valentine, propriétaire d’une agence d’escortes de luxe, veillant au grain tout en espionnant politiciennes et hommes d’affaires, tout semble bien aller.

Pourtant deux policiers, Nora de la brigade financière et Brun, flic du macadam vont agir comme grain de sable dans cette mécanique huilée. Chapitre par chapitre, Marin Ledun soupèse les décisions politiques, nous fait voyager dans les contreforts du Monténégro, lieu par excellence du trafic de cigarettes après les premières interdictions gouvernementales, puis nous promènent dans les couloirs du judiciaire, ou normalement, tout devrait aboutir.

Puissante, inventive et poignante, cette nouvelle salve de la Série noire nous éclaire sur la dépendance, les jeux de pouvoir et la vénalité bien entendu, même quand il est question d’honneur. Avec l’auteur, nous allons partager sa passion et se coller aux héros de tous les jours qui ne sont pas légion. Un immense bonheur qui comblera votre été !

Bonne lecture !

 

 

Marin Ledun

Leur âme au diable

Gallimard

Série noire

602 pages

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stéphane Furlan 02/05/2021 16:55

Merci pour cette chronique ! Je viens également d’achever ce roman qui m’a impressionné par son ambition, sa documentation, son style épuré tout à fait raccord avec le sujet traité, la nicotine et les émotions associées, speed, dépendance et toutes ces nuits s’achevant à l’aube, la voix enrouée à force d’enchaîner les clopes... Je recommande !

Richard 02/05/2021 17:35

Merci pour votre commentaire !