Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de France Lapierre

Peut-on s’abstraire volontairement de toute vie sociale? Cette question a pris une dimension prégnante en 2020. Certes les moyens électroniques nous permettent de maintenir un contact minimal, mais peut-on remplacer l’odeur humée dans le cou d’un bébé, le réconfort d’une étreinte entre amis ou le câlin enveloppant de grand-maman? La réponse va de soi. Pourtant, certaines personnes décident de se couper de la civilisation et de vivre dans l’isolement. Pensons aux ermites, aux sœurs cloîtrées, aux misanthropes. Après avoir lu Les frères Holt, par Marcia Davenport (Le promeneur, 1992), j’aurai longtemps en tête la réclusion volontaire à laquelle se sont astreints ces frères new-yorkais.

 

D’emblée, le narrateur avoue qu’il n’a jamais rencontré les frères Holt, Seymour et Randall. Au moment de leur mort, il était en stage à Milan pour sa banque. C’est alors qu’on lui demande de se rendre à San Bernardo di Bellagi pour rencontrer Renata Tosi, l’héritière putative des frères Holt. Son entreprise échoue et on l’envoie alors à New-York pour reconstituer la vie des deux hommes. C’est donc lui, Wicherly, qui nous raconte l’histoire de la richissime famille Holt, à partir des tonnes de déchets triés dans la maison à l’abandon dans laquelle les deux corps ont été retrouvés.

 

John Holt est sous la coupe de sa mère, bien qu’il soit marié et le père de deux fils, Seymour et Randall. L’acariâtre Mrs.Holt, le tient sous sa coupe pour des raisons financières et l’oblige à demeurer avec elle. Lorsqu’il meurt dans un accident, ce sont sa femme et ses deux fils qui deviennent tributaires des mauvais traitements de celle-ci.

Seymour se révoltera une seule fois et il lui en coûtera cher…quant à Randall, soumis et naïf, il étudiera le piano à Prague, mais l’expérience sera désastreuse. La vie s’écoule, non sans heurt ni surprises. Randall revient à New-York où il décide de prendre soin de son frère aîné. Et la descente aux enfers s’amorce pour l’aîné, ingénieur maritime, et pour le benjamin, pianiste.

 

Publié en anglais en 1954 et traduit en français la même année, le roman est réédité en 1996. Inspiré de l’histoire vraie des frères Collyer décédés et retrouvés dans les mêmes conditions en 1947, ce roman véhicule les préjugés propres à cette époque sur les classes sociales, sur le racisme, sur la xénophobie. Par contre, les thèmes de la maladie mentale, des liens familiaux toxiques, de la naissance illégitime sont illustrés de brillante manière!

Bonne lecture !

 

Les frères Holt

Marcia Davenport

Collection Le Promeneur

Éditions Gallimard

1992

 

Note aux lecteurs et lectrices:

Ce roman est difficilement accessible, compte tenu des 28 années qui le sépare avec aujourd'hui ! Alors, n'hésitez pas à le demander chez votre libraire préféré, il est disponible en France et peut très bien être commandé.

Selon France et d'autres critiques, l'attente en vaut largement la peine !

Bonne lecture !

Richard

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'aime bien, merci. Vous étes bienvenu sur mon blog.
Répondre
R
J'y vais avec plaisir !<br />