Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christelle

Profitant de cette première chronique de l'année 2021, je vous souhaite, en mon nom et aux noms de tous les chroniqueurs et chroniqueuses de Polar, noir et blanc, une excellente année 2021. Nous vous souhaitons la santé, la sérénité et plein de bonnes lectures !

Bonne, très bonne année !

Richard

Une chronique de Christelle

Je vous propose de commencer l’année 2021 avec un livre qui a presque 15 ans! Ce n’est pas dans mes habitudes, mais il me semble que Le quartier des oubliés de Madeleine Robitaille mérite quelques lignes et votre attention.

 

Ce livre, c’est 48 heures de la vie d’une trentaine de personnes qui sont montées dans un autobus Limocar. Le bus, ce moyen de transport tout ce qu’il y a de plus banal… Alors pourquoi Mia, dix ans, fait-elle toute une crise à sa mère pour ne pas monter dedans? « Je t’en prie, maman…, gémit Mia en s’accrochant à son bras. Il faut que tu m’écoutes. » En plus, les Laurentides, c’est joli, autant en profiter se dit Julia, accompagnée de sa belle-mère et de ses deux autres filles. Dans le bus est aussi assise Nancy, pressée de faire cet aller-retour pour retrouver sa famille et surtout la quitter… définitivement! Et puis, il y a le bel Alec accompagné d’un « attardé » : « Julius était obéissant, c’était au moins ça. On le lui avait bien dit, mais Alec était plutôt satisfait de constater que c’était vrai. Pas qu’il eût des préjugés, mais des fois, avec les débiles... ». Quelques bancs plus loin, assis au milieu des personnes âgées frêles, Luke détonne. La journée chaude qui s’annonçait était pour lui synonyme de difficulté respiratoire. En effet, pas facile de trouver une place confortable dans un transport en commun quand on est un obèse morbide.

 

Alors que le bus se met en branle, Jim Gariépy, le chauffeur, se dit que la journée sera vite passée et qu’il sera rapidement de retour auprès de sa femme, Sharon, avec quelques billets de plus dans les poches. Une journée banale quoi… Une journée comme les autres pour l’enquêteuse Brenda De Sylva qui ne vit que pour son boulot depuis le tragique événement de sa vie personnelle. « Fourbue, elle soupira en regardant son reflet dans le miroir. Elle avait une sale gueule. L’insomnie des dernières années lui avait creusé des cernes et des rides, et la cigarette lui ternissait le teint. »

 

Avec Le quartier des oubliés, Madeleine Robitaille nous entraîne dans une course folle. Au fur et à mesure des pages, on découvre les différents personnages, leur histoire, leurs intentions, leurs limites. Construit à la manière d’un huis clos, ce roman nous pousse doucement, mais sûrement, vers la folie. Au fil des heures qui s’égrènent, l’angoisse monte et on en arrive à se demander ce que l’on ferait si on était dans ce bus… Et aussi ce que l’on pourrait-on faire pour survivre?

Bonne lecture !

 

 

Le quartier des oubliés 

Madeleine Robitaille

Éditions de Mortagne

2006

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article