Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

L’art du vrai, l’art du faux

Par Christophe Rodriguez

Attention, voici un petit bijou qui vous fera sourire ! Comme dans J’irais cracher sur vos tombes de Vernon Sullivan qui ne fut autre que Boris Vian, Vlad Eisinger, traduit par Antoine Bello, n’existe pas, puisque c’est le même Antoine qui va vous mener en bateau de façon très intelligente, gentils lecteurs et lectrices. Un peu comme le fit aussi Agatha Christie avec Le meurtre du docteur Roger Ackroyd, le narrateur s’avère être le principal du crime ou de l’histoire en cours.

Journaliste puis écrivain, pas facile !

Vlad Eisinger, journaliste brillant, commença à se faire remarquer dans les pages économiques du New York Times par une série d’enquêtes virulentes sur les fonds de pension. Toujours à l’affut, voguant sur le succès, il visait le prix Pullitzer. Mais principe d’ancienneté oblige, la statuette lui échappa et les ennuis commencèrent pour ainsi dire.

À force de remuer un peu de boue, ses ennemis firent intrusion dans sa vie privée, donc il dut défendre sa personne et son honneur. Avec le peu d’argent qu’il avait de côté, il choisit, par un beau matin, de devenir écrivain, mais mal lui en prit. Ses romans ne fonctionnent pas très bien et la dèche arriva sous peu. Acceptant pour survivre des travaux de commande, dont des biographies sous prête-noms, il fut recruté par un homme d’affaires dangereux et mégalo pour écrire sa biographie, toute belle comme vous allez rapidement deviner.

De la fiction à la réalité, il n’y a parfois qu’un pas à franchir et l’auteur vous transportera gentiment, mais avec une pointe de férocité ainsi que de deux louches d’ironie dans le monde de l’édition, de l’écriture et plus encore, de la création.

Écrire un livre à succès n’est jamais chose aisée, mais avec Vlad/Antoine, vous allez en apprendre encore plus, un peu comme le décrivit brillamment le regretté Donald Westlake dans Adios Schéhérazade. Le bonheur est dans l’écriture, à vous de voir ou de choisir avec ce roman gigogne rondement bien articulé et jouissif !

Bonne lecture !

 

Du rififi à Wall Street

Vlad Eisenger

Série noire/ Gallimard

308 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article