Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Sylvie

Une chronique de Sylvie Geoffrion

 

Machisme, pression sociale pour que les filles se marient, violence verbale, sexisme, police ultra-hiérarchisée et sévère, verticalité de la société japonaise, organisation en colonne faisant en sorte que chacun est obligatoirement au-dessus d'un autre et où les femmes cherchent encore leur place non, non nous ne sommes pas au 19e siècle, nous sommes bien dans le Japon d'aujourd'hui !


Tetsuya Honda signe ici le premier opus des enquêtes de la "lieutenante" Reiko Himekawa avec "Rouge est la nuit".


Des enquêtes policières oui mais aussi un portrait franc, honnête, pas toujours joli du Japon. Celui de ses marginaux, celui des Tokyoïtes, de cette ville ultramoderne et traditionnelle à la fois mais aussi une représentation de la police et de son fonctionnement pour le moins étonnant. Des flics qui doivent prendre le bus/le métro/le train pour se rendre sur les lieux d'un crime, des flics qui n'ont pas d'arme faute de budget, des flics qui doivent dormir au bureau ou dans les hôtels à proximité du commissariat le temps de l'enquête, les informations qui doivent remonter la chaîne, des journées qui ne finissent plus...bref une rigidité surprenante mais aussi des tolérances tout autant déconcertantes !

Leur façon de fonctionner n'est pas disons, empreinte de subtilités. On est souvent dans du brut ici, autant pour le criminel que pour le policier.


Cette femme, lieutenant de police, sera confrontée à la chaleur étouffante de l'été à Tokyo, à des cadavres affreusement mutilés retrouvés dans l'eau, à des collègues aux pratiques disons ambiguës et aux propos sexistes, à la culpabilité ressentie face à sa famille mais, Reiko saura se redresser et elle fera face.


Vivement les traductions des suites des enquêtes de Reiko Himekawa.

Bonne lecture !

PS: J'aimerais souligner la belle édition de ce roman. Atelier Akatombo, maison d'édition dédiée à la littérature japonaise, c'est plus que réjouissant avec en prime, une jolie libellule en logo.

PS 1 (par Richard ... qui se permet une intrusion ... toute amicale dans le texte de Sylvie !): mes amitiés à l'éditrice de cette maison qui est aussi une merveilleuse écrivaine, Dominique Sylvain !

 

Bonne lecture !

 

Rouge est la nuit

Tetsuya Honda

ATELIER AKATOMBO

2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 12/07/2020 09:50

Une maison d'édition que j'apprécie beaucoup.

Richard 13/07/2020 17:42

Moi aussi !

Dominique Sylvain 11/07/2020 16:12

Bonjour Sylvie, merci pour cette belle chronique. Chez Atelier Akatombo nous sommes bien décidés à poursuivre la traduction des romans de Tetsuya Honda mettant en scène la formidable Reiko Himekawa. "Cruel est le ciel", deuxième opus de la série, a été publié il y a peu. Nous travaillons sur le troisième. Cher Richard, toutes mes amitiés également !

Richard 11/07/2020 17:54

Merci beaucoup Dominique ! Chez Polar, noir et blanc, nous suivrons avec intérêt et grand plaisir tous les romans de l'Atelier Akatombo. Sans oublier tes magnifiques romans ! Toute mon amitié, Dominique !