Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Sylvie

Une chronique de Sylvie Geoffrion 

 

Remarquable!

 Une écriture tout en finesse, une syntaxe parfaite, clarté, limpidité et un charme totalement maîtrisé.

Discret comme son auteur, le majordome de "Les vestiges du jour" se livre au soir de sa carrière plus que de sa vie je dirais. N'est-ce pas un magistral tour de force que de pouvoir, sur plus de 200 pages, intéresser le lecteur aux réflexions d'un majordome qui revient sur ses années de service et sur son quotidien de domestique d'un aristocrate ?

Il faut dire que Mr Stevens, le majordome, a servi chez un grand ! Un lord qui entre deux guerres recevait le "grand monde" chez lui dans son domaine de Darlington Hall ,tel Herr Ribbentrop, Chamberlain, Lord Halifax pour ne mommer que ceux là.

Kazuao Ishiguro a su distiller de précieuses et très intéressantes informations sur cette société britannique de l'entre deux guerres. Ces édiles politiques, cette aristocratie qui a flirté avec le nazisme, cet ennemi connu. L'auteur a su par le biais de l'introspection de ce majordome sans trop d'états d'âme, nous servir un juste portrait du véritable climat social de cette période des années 1920-1930. Mr. Stevens nous livre ses devoirs de serviteurs, son dévouement, sa compréhension de la dignité et de la loyauté toujours teinté de ce flegme tout britannique, sans conviction ou plutôt sans opinion.

Il ne faut pas passer outre cette lecture ne serait-ce que pour la beauté des mots, leur éloquence, leur grâce et leur joliesse.

 

Bonne lecture !

 

Les vestiges du jour

Kazuo Ishiguro

Éditions Gallimard

Collection Folio

2010

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 09/07/2020 10:37

Et le film est tout aussi beau.

Richard 11/07/2020 17:57

Merci pur l'information, Alex !