Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

 

Une chronique de Richard

 

Kate Mosse (avec un « e » pour ne pas confondre avec la Kate Moss pas de « e », la célèbre mannequin anglaise) est reconnue comme une excellente auteure de romans historiques depuis la parution de sa Trilogie du Languedoc ( "Labyrinthe", "Sépulcre" et "Citadelles") . Résidente de la célèbre cité de Carcassonne, elle a situé l’action au cœur de cette citadelle médiévale.

 

Elle nous revient, cette année, avec le début d’une série historique, au XVIe siècle, en plein centre d’une guerre de religions entre les catholiques et les protestants, une période noire de l’histoire de France.

 

Historiquement, ces guerres de religions ont débuté le 1er mars 1562 avec le massacre de Vassy où des huguenots complètement désarmés ont été massacrés par les troupes catholiques de François, duc de Guise. Ces guerres ont pris fin le 13 avril 1598 avec l’édit de Nantes. La plus célèbre bataille de ces guerres a été le massacre de la Saint-Barthélemy en 1572. Voilà en trois phrases, le résumé de 36 ans de guerres acharnées de deux religions qui prônent l’amour du prochain et la paix divine.

 

C’est donc dans ce cadre explosif que l’histoire de ce roman commence. Mais non ! Pas tout de suite ! Le roman commence dans un cimetière en Afrique, en février 1862. Une femme arrive enfin au bout de sa quête : retrouver la fortune et rétablir la réputation de sa famille. Dans ses mains, elle tient une Bible, ancienne et des papiers, des documents qui remontent à presque 300 ans. Et c’est dans ce cimetière qu’elle pourra achever sa mission. Mais soudain, elle sent le froid d’un canon de pistolet sur sa nuque.

 

Mais retournons à Carcassonne en 1562 ! Là où tout commence !

 

Marguerite Joubert que tout le monde appelle Minou est une jeune fille de 19 ans, délurée et entreprenante. Depuis le retour de sa tournée hors de Carcassonne, son père ne va pas bien du tout, emmuré dans un silence oppressant. Elle doit donc s’occuper de la libraire, de son frère et de sa jeune sœur.

 

Une rencontre va transformer sa vie, elle tombe amoureuse d’un jeune huguenot, soupçonné d’avoir participé au vol d’une relique catholique, le suaire d’Antioche. Piet Reydon est donc poursuivi inlassablement par un haut dignitaire catholique, très ambitieux, le curé Vidal un ami rencontré pendant leurs études.

Cet ecclésiastique est l’amant d’une châtelaine désargenté mais avec des ambitions énormes qui ne recule devant rien pour satisfaire ses besoins qui sont immenses.

 

La table est donc mise pour une confrontation entre ces deux couples, dans un climat tendu de guerres religieuses.

 

Il est très difficile de résumer ce récit en quelques lignes sans en dévoiler trop d’éléments qui pourraient gâcher la lecture. Cependant, je dois dire que Kate Mosse a tricoté une intrigue passionnante autour de la vie de ces personnages, du combat pour leur identité et surtout, pour la sauvegarde de leur liberté.

 

On s’attache à ces personnages et on aime détester ceux qui leur veulent du mal. L’auteure possède le talent de construire des personnages crédibles, bien campés. En plus, elle donne à ses personnages féminins une profondeur et une indépendance très rafraichissante. Ses femmes, les bonnes comme les mauvaises, ont un petit côté moderne qui n’est pas pur nous déplaire.

 

Et comme dans tous bons romans historiques, la qualité du récit repose sur une bonne dose équilibrée entre la fiction et le réel. Les personnages fictifs prennent toute leur place auprès des personnages historiques et la trame de l’histoire s’intègre parfaitement dans les faits historiques. L’intrigue est haletante, les événements se bousculent à une vitesse impressionnante, les 600 quelques pages se tournent à une bonne vitesse, sans ennui ni longueur. Le talent de romancière de Kate Mosse s’exprime dans toutes les phases du récit. On sort de cette lecture en ayant appris beaucoup sur cette guerre des religions mais aussi sur les motivations profondes des gens qui y participaient.

 

Ce premier tome est parfaitement réussi et nous donne envie de lire rapidement les suivants. Il faudra attendre la suite, probablement au printemps prochain.

 

Je vous le recommande … La cité de feu est une excellente lecture de vacances. On se détend et quand même, on apprend.

 

 

Bonne lecture !

 

 

La Cité de feu

Kate Mosse

Éditions Sonatine

2020

606 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article