Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

Policiers noirs : il fallait être courageux !

 

Par Christophe Rodriguez

 

Avec Ed Cercueil et Fossoyeur qui arpentaient Harlem et les environs, le brillant auteur afro-américain Chester Himes, passa plusieurs messages et réussit même à se faire détester, autant par un lectorat de gens de couleurs que par les blancs, évidemment. Avec Thomas Mullen, nous sommes bien loin de la liberté qu’avait notre duo de choc.

En 1950, la ville d’Atlanta engagea ses premiers «  officiers nègres », mais sous certaines conditions. Ils n’avaient pas le droit de sortir leurs armes, puis les interrogatoires devaient se faire en présence d’officiers blancs. Sur cette base historique amplement documentée même si incongrue, l’auteur Thomas Mullen a échafaudé une saga policière, particulièrement prenante. Faisant suite à Darktown, Temps noirs, s’inscrit dans une veine somme toute assez classique, où nous retrouvons le duo Lucius Boggs/Tommy Smith.

Quand la ville à chaud

En plus de la contrebande d’alcool qui attire son lot d’aigrefins et fait beaucoup de tort au tissu social, la ville d’Atlanta bouge. Malgré les tensions raciales et l’omniprésence du Ku Klux Klan, les familles noires commencent à s’installer dans certains quartiers réservés à une élite blanche.

Lorsque des groupuscules nazis, là encore, l’histoire vient à notre rescousse, alliés aux sbires des racistes à toge blanche veulent faire le ménage, la soupape est sur le point d’éclater. Servant en quelque sorte de « tampon », le tandem Boggs/Smith essaie tant bien mal de prévenir les affrontements, aidé par leur collègue Dennis Rakestraw, seul policier blanc qui a refusé d’adhérer au KKK. 

À travers ces histoires multiples incluant aussi le trafic de drogue, Thomas Mullen dresse un portrait saisissant de cette ville d’Atlanta, bouillonnante, puis objet d’études sur les relations tendues entre population noire et pouvoir blanc. C’est un roman policier intelligent au souffle important qui rappellera à certains, le Boston de Dennis Lehane.

En temps de confinement, c’est une aubaine qui se déguste lentement, à défaut de voyager.

Bonne lecture !

 

Temps noirs

Thomas Mullen

Rivages grand format ,

460 pages

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article