Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

À l’arme lourde

Par Christophe Rodriguez

Voici un roman policier bien étrange, écrit par un braqueur de banque.

Après la lecture, j’ai eu l’impression de retrouver cette vague de polars fins des années 60, début 1970, ultra violent et très cinématographique. Sans être une réussite, l’auteur met à profit une partie de « son savoir » en la matière, avec en arrière –plan une subtile opération de braquage, un imam qui revendique les bienfaits du Coran sans y croire, puis une jeune fille qui retrouver son paternel après que celui-ci eu passé quelques années derrière les barreaux. Si les dés sont jetés pour un "frileur" sous haute tension, Tel père, telle fille se meut dans un style somme toute classique, avec quelques poncifs du genre, sans que tout cela soit tout à fait inintéressant. Pour vous dire, votre chroniqueur l’a lu en une soirée !

La promesse

Alexandra qui mène une vie bien tranquille d’artiste-peintre porte un lourd secret. Son père, Marc Man, fiché au grand banditisme, coule des jours pas trop tranquilles dans une prison et sous haute sécurité. Lors d’une visite, elle lui demandera de renoncer quand il sortira, à sa vie de braqueur. Il acceptera, mais quelques mois après, l’appel du large se fera sentir et il passera sa cavale sous les cieux d’Espagne.

Par un hasard hautement improbable, le petit ami de sa fille qui traficote pour améliorer son quotidien dérobera un sac qui contient une forte somme appartenant à une mouvance islamiste.

Si la description des us et coutumes de ces messieurs vous fera frémir, en ces temps de politiquement correct, nous laissons l’auteur juge de ses écrits, sachant sa fille en danger, le braqueur reprendra du service et de façon particulièrement violente.

Comme dans les bons vieux polars où les anciens se retrouvent avec touche de modernité quand même, la chasse à l’homme sera sans pitié. C’est dur, violent, mais ça marche.

Bonne lecture !

 

 

Tel père, telle fille

Fabrice Rose

Robert Laffont,

La bête noire,

292 p

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article