Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Christophe

Après la dictature

Par Christophe Rodriguez

« Nous sommes le peuple martyrisé d’un petit pays doté d’une grande histoire, mais qui a obstinément oublié de l’écrire. Nous sommes une diaspora qui ne dit pas son nom, une encyclopédie de migration ».

Ni roman noir, ni vraiment roman policier, Les aigles endormis du jeune romancier albanais Danu Danquiny établi à Montréal, n’est pas une véritable surprise. Pendant les cours d’histoire et de sciences politiques sur les contours de l’Europe de l’est avant la chute du rideau de fer, combien de fois ai-je entendu, des atrocités sur la Roumanie de Caescecu, mais rarement sur l’Albanie, et pour cause. Ce petit pays, fermé à toutes influences occidentales fut sous la férule du dictateur paranoïaque Enver Hoxha, un véritable enfer. Modèle d’un soviétisme à la dure avec une police secrète presque aussi efficace que le KBG, elle terrorisait sa population et gare à ceux ou celles qui voulaient fuir.

Comment s’en sortir ?

Avec une acuité qui vous tirera parfois les larmes, notre jeune auteur raconte la vie à contresens d’Arben. Pur produit du régime albanais, ayant vécu entouré de ses parents entre la crainte et le silence, il assiste avec ses copains d’enfance à la chute du régime.

Avec l’avènement d’un certain libéralisme, « gentiment » contrôlé par les sphères du nouvel état, tout un chacun y va de son petit trafic, pourvu que cela rapporte quelques dollars. Si le mariage d’Arben, ne fut pas une réussite, ses enfants connaitront une vie certainement meilleure, ce que vous allez découvrir bien après.

Mais voilà que les opérations illicites (trafics de drogues, prostitution à grande échelle, passage de pauvres filles en Grèce, pour satisfaire des hommes riches ou arranger des mariages) prendront une tournure dramatique. Avec, ce trop d’argent qu’il dissimulera, Arben souhaite s’enfuir avec sa femme, mais celle-ci sera assassinée.

Ayant refait sa vie sous des cieux plus cléments, il retourne sur les vestiges de son enfance, avec la vengeance au cœur. C’est l’histoire émouvante d’un homme pris au piège qui regrette amèrement les erreurs du passé, sans vraiment savoir qui fut le coupable. Lui, le système, l’appât du gain ou le sentiment de fausse liberté ?

Une belle perle de la Série Noire qui fait honneur à son fondateur, Marcel Duhamel. Parfois, il faut parfois une plume sobre, pour raconter de terribles histoires.

 

Bonne lecture !

Danu Danquigny

Les aigles endormis

Série Noire,

Gallimard,

251 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article