Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

Jeanne la douce, Jeanne la combattante. Sublime récit !

Par Christophe Rodriguez

Selon une étude toute récente, le cancer est la maladie la plus dévastatrice des pays industrialisés.

Plus que des chiffres, il y a la souffrance, les amies et amies que nous avons vu tomber et ceux et celles qui se sont battus et se battent encore contre «  le crabe ». Est-ce qu’un homme pouvait écrire sur cette maladie, se glisser dans la peau d’une femme dont le diagnostic du cancer du sein vient de lui être communiqué ?Assurément oui !

Journaliste de métier (Le canard enchainé), Sorj Chalandon est l’un des romanciers qui nous sort toujours, pour employer une expression à la mode « de notre zone de confort ». Prenant le parti des laissés pour compte, des déshérités ainsi que des exclus de notre société, Sorj Chalnadon a bâti au fil des ans, un corpus soutenu (Profession du père, Le jour d’avant) particulièrement attachant. De son expérience personnelle, un diagnostic du cancer de la prostate et sa femme pour le sein, il vient de tirer un roman qui vous touchera sans contredit, tellement l’élégance et la pudeur évitent le pathos.

Jeanne la douce.

À 40 ans, Jeanne mène une vie de libraire plutôt tranquille, malgré un mariage qui s’en va à veau l’eau. Après une douleur au sein gauche, elle consulte et le diagnostic tombe : «  J’ai observé mes jambes ballantes, mes pieds nus, le sol carrelé. Je me suis dit que j’étais en guerre. Une vraie. Une bataille où il y aurait des morts. Et que l’ennemi n’était pas à ma porte, mais déjà entré. J’étais envahie. Ce salaud bivouaquait dans mon sein ». Elle accepte le combat, refuse que certains parlent de mal et, elle va affronter tous les protocoles avec des amies, dans le même cas, mais sans son mari. Matt, homme d’affaires en déplacement, ne peut accepter la situation et ne veut pas comprendre. C’est au- dessus de ses forces, surtout depuis la disparition de leur fils unique. Jeanne, la douce qui n’a jamais élevé la voix, même en périodes de crise va trouver des forces insoupçonnées, jusqu’à aller commettre un braquage pour sauver une petite fille kidnappée !

Entre les «  sœurs d’armes » qui se soutiennent et le combat quotidien de Jeanne, nous la suivons comme notre sœur et amie sincère. Parce que Jeanne sait que malgré l’abandon de son mari : «  J’avais besoin de plus de soins que d’amour. Je devais me reconstruire. Je m’en sortirais, je guérirais. J’avais en moi toute la force du monde et il n’en était pas digne ».

Un livre aux dimensions multiples qui évitent les préjugés.

Bonne lecture !

 

Une joie féroce

Sorj Chalandon

Éditions Grasset

320 p.

2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article