Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Richard

Une chronique de Richard

 

Pas encore amateur de polars mais ouvert à toutes les expériences littéraires, j’ai découvert pendant mes années universitaires, une littérature tellement différente, tellement hors-norme, surprenante et complètement jouissive. Passionné de grande littérature, amoureux de Kafka, ébahi pas Boris Vian, bousculé par Zola et charmé par Baudelaire, un jour, j’ouvre un OVNI littéraire au titre déjanté, Le standinge selon Bérurier, écrit par un auteur qui a le même nom que son personnage : San-Antonio.

 

Un langage jubilatoire, des mots qu’on ne retrouve nulle part, un humour fou et des personnages à l’avenant. Je ne comprends pas tout, cette langue très particulière, mais, j’adore.

 

Et me voilà, quelques (???) années plus tard, ravi de vous parler de Stanislas Petrosky, un auteur qui me rappelle grandement le maître du polar désinvolte et humoristique, Frédéric Dard.

 

Stanislas Petrosky, c’est aussi Esteban Lehydeux, dit Requiem, prêtre exorciste, « … le don Juan des sacristies, le mélomane de la soutane … » toujours prêt à s’impliquer dans toutes sortes d’aventures et à l’affut de la cuisse qui dépasse le jupon ou de la poitrine qui tressaute dans son nid. Bref, le Requiem n’est pas un curé comme les autres, au grand dam de son patron tout là-haut, au siège social perché au-dessus des nuages.

 

Dans cet « Opération Requiem » notre curé à la morale élastique, se voit confier une mission périlleuse par une grand-mère ressemblant étrangement à une certaine Mémé Cornemuse (personnage de Nadine Monfils). Sa tâche, protéger sa petite-fille partie en guerre contre l’entreprise paternelle de chasse illégale en Afrique du Sud. Requiem se transforme en écoterroriste accompagné par sa compagne d’aventures (et de sexe très catholique), la belle Cécile, coach de mise en forme.

 

Inutile de vous dire que le voyage sera rocambolesque, que Requiem sera à la hauteur de son talent et de sa verve cléricale imagée. Après l’Afrique du Sud, ils se rendront près des Îles Féroé pour contrer les chasseurs de baleine. Aventures loufoques garanties !

 

Lecteur de polars, on ne lit pas Stanislas Petrosky pour :

 

  • L’intrigue … pourtant il y en a une bonne;
  • L’analyse sociologique … pourtant il y en a;
  • Voir la violence être punie … quoi que … :
  • La poésie et le romantisme … mais peut-être … :

 

Lecteurs de polars, on lit les aventures de Requiem pour la langue déjantée, les personnages truculents, les dialogues savoureux et la description des situations vaudevillesques.

 

Et aussi, un peu pour cette complicité bien particulière entre l’auteur et son lecteur. Clins d’œil complices, confidences et réflexions, l’auteur, le personnage et le lecteur forment un trio d’enfer !

 

En prime, des débuts de chapitres fort instructifs (et drôle quand on connait l’artiste…) où on nous présente des espèces en voie d’extinction. Et des fins de chapitre qui parfois sont bienvenus par les personnages …et l’auteur.

 

Lire Stanislas et Requiem, c’est surtout passer un bon moment sans se casser la tête et se laisser emporter par la douce folie des mots et des phrases qui font sourire.

 

Et comme dirait Requiem, c’est la grâce que je vous souhaite !

 

Bonne sein-te lecture !

 

Quelques extraits pour vous donner un avant-goût …

 

« Nous montons un escalier que l’on devrait franchir sans culotte deux fois de suite, vu qu’il est à double révolution. »

 

La dame est tellement maigre … « Elle avale une olive, elle est enceinte de trois mois. »

 

Et notre curé hédoniste qui sirote un Whiskey de 23 ans d’âge :

« Ô madré que c’est bon, d’abord ça te picote la menteuse, puis ça t’allume le thermostat dans la boîte à mégots, et là tu sens tous les arômes exploser, un goût de fruits secs, de miel, un parfum boisé … Divin le truc. »

 

Et une petite dernière pour bien cerner le personnage … :

« Maria me sort de mes pensées pour me plonger dans son décolleté. Je me dis que je suis prêtre, que je dois résister à la tentation. Pas question d’avoir le chibre en main toutes les cinq minutes pour m’enfiler la moindre fille qui passe au fil des pages de mon roman. »

 

 

Opération Requiem

Stanislas Petrosky

French Pulp éditions

2019

202 pages

 

N.B. Ce roman n'est pas encore disponible de ce côté-ci de l'Atlantique mais en attendant, les autres livres de Stanislas Petrosky le sont ... Alors, bonne lecture et bonne découverte !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article