Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Une chronique de Richard

 

Toujours en quête de nouveaux auteurs à découvrir, j’ai eu la chance de pouvoir lire ce premier roman de Lise Pradère. Une très belle découverte ! Une auteure que j’aimerai suivre …

 

Un premier roman est toujours l’occasion de découvertes et de surprises. En quête d’Elena est un polar tout ce qu’il y a de plus classique, qui ne bouleverse pas le genre, mais qui dans tous les aspects, dépasse les attentes.

 

Une bonne histoire bien racontée, une écriture fluide et très moderne, des personnages crédibles et pour certains, très attachants. On aime tout de suite ce commandant Gignac, dans la lignée des Charitos (Petros Markaris) et Montalbano (Andrea Camilleri -RIP-) de ce monde.

 

Et comme lecteur de polars, on aime ce genre d’histoire, juste assez complexe, qui nous conduit de la France jusqu’en Norvège, en passant par un séjour tumultueux sur une plateforme pétrolière.

 

Que s’est-il passé pour que cette jeune fille, belle et brillante, géologue, polyglotte et appréciée de tous, se retrouve, assassinée dans son appartement, le visage plein d’ecchymoses, presque défigurée, la tête au centre d’une mare de sang ?

 

Voilà le travail du commandant Gignac de la Police judiciaire. Le bonhomme est bourru, sexiste, mais dans sa poitrine, bat un cœur grand comme la France. Très rapidement, il se rendra compte de la complexité de l’affaire. Crime passionnel, meurtre professionnel ou règlement de compte mafieux, toutes les pistes seront explorées …

 

 

L’enquête est bien menée, l’enquêteur est compétent … et l’auteure sait tricoter une intrigue. Pour un premier roman, Lise Pradère démontre une maitrise assurée; même que je me dis que dans son prochain roman, elle pourrait sûrement fracasser quelques codes du polar pour nous surprendre encore plus.

 

C’est le plaisir que je nous souhaite …

 

Quelques extraits :

 

« La blessure peut-elle se fermer ou bien les fantômes d’une insouciance enfouie continuent-ils de nous hanter ?

Il revint en boucle sur lui-même et revit son bonheur envolé, pourtant présent et toujours douloureux, comme un membre amputé avec lequel il avait appris à vivre. »

 

« Son corps tendu dans l’effort, son esprit concentré sur l’efficacité du geste, la fraîcheur de l’eau glissant sur son corps, le libèrent des pensées éparses qui dansaient la sarabande dans sa tête. »

 

Et pour terminer, un petit dialogue savoureux entre le commissaire et son « geek informatique » : un échange comme on les aime …

 

« - C’est pour ton bien. Je te coache pour que tu restes au top de la modernité.

  • Pour que j’arrête de parler comme un vieux con, c’est ça que tu insinues.
  • Non, c’est pour que les jeunes cons t’écoutent… »

 

 

P.S. : Félicitations à la maison d'édition pour la magnifique page couverture. Une réussite !

 

Bonne lecture !

 

 

En quête d’Elena

Lise Pradère

Flamant noir

2019

270 pages

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article