Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Sylvie

Une chronique de Sylvie Langlois

 « Cette montagne était une spirale tragique sans fin. Elle prenait toutes les vies sans distinction — même celle des enfants. »

Brian Panowich est pompier en Augusta en Géorgie. En 2015, il enflamme le monde du polar en publiant un roman noir, Bull Mountain, premier volume de la saga de la famille Burroughs qui remporte le Thriller Award 2016 du meilleur premier roman. Il récolte encore à ce jour la première place dans mon palmarès du roman noir.

Quatre ans plus tard, il fait un retour acclamé à Bull Mountain, où l’on retrouve Clayton Burroughs, l’héritier présomptif du célèbre clan criminel de la région et shérif du comté de Mc Falls.

Clayton n’est pas sorti indemne du conflit qui a coûté cher à sa fratrie de criminel, atteint physiquement, une jambe qui peine à bouger, il garde des séquelles psychologiques qu’il engourdit avec un bon tonic, mélange de médocs et de Bourbon. Mouton blanc, si l’on peut dire, de la famille Burroughs, il essaie tant bien que mal de garder le cap, malgré les embûches et de marcher droit en maintenant l’ordre dans son comté. Le clan familial qui régnait et dominait sur la montagne depuis des décennies, contrôlant l’économie locale par le trafic de gnole et de drogue fut disséminé par le FBI, les coffres vidés, les récoltent détruites, laissant ainsi le champ libre à la convoitise de bande rivale. S’ensuivra une lutte acharnée laissant derrière elle, blessures, cadavres et haine.

Clayton devra conjuguer de nouveau avec ses démons et faire face à ses hyènes voraces qui tenteront de l’amadouer pour s’accaparer du territoire. Il refusera tout partenariat et n’acceptera aucun passe-droit. Il porte tout de même l’insigne de shérif, à eux de respecter le territoire inviolable des Burroughs. Mais lorsque les malfrats joueront de violence et voudront s’en prendre à sa femme et son fils, Clayton sera de nouveau entraîné dans cette vie qu’il pensait loin derrière lui. Au fond de lui, tatoué dans ses gênes, l’empreinte cruelle et sanguinaire du clan Burroughs refera surface. Clayton fera tout pour conjurer le mal qui coule dans ses veines et renoncer à l’héritage de son passé.

Comme les lions, un roman noir, sombre, brut comme je l’ai aime. L’action et la réflexion s’équilibrent dans cette fable mêlant violence, haine, et drame familial. Si vous avez aimé le premier tome, alors n’hésitez pas, lisez «Comme des lions. »

Le prologue débute avec un retour en arrière, en 1972, une ouverture chargée d’émotions qui donne le ton à l’ensemble. Et que dire de l’épilogue, que j’ai trouvé délicieux (je ne devrais pas coller cet adjectif à la famille Burroughs, mais j’ose quand même) car après tout, il le fut. Une finale mémorable.

 Seul bémol dans la partition de Brian Panowich, le roman est beaucoup trop court, j’en aurai pris davantage. Mais je lui pardonne, car j’ai passé un excellent moment à Bull Mountain !

A lire, sans retenue !

Bonne lecture !

 

Comme des lions

Brian Panowich

Actes noirs, Actes Sud

2019

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article