Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

Une chronique de Christophe Rodriguez

C’était le 6 juin 1944

Avec les décennies qui passent, ceux et celles qui ont fait le débarquement du 6 juin 1944 vont rejoindre leurs amis tombés au front.

Magnifiquement illustré par le tandem Tom Hanks/Steven Speilberg dans : Il faut sauver le soldat Ryan, ce fait marquant de la Seconde Guerre mondiale fut capté   sur le vif   par le photographe de presse Robert Capa. Pour comprendre la vie de «l’homme qui s’inventa lui-même», nous vous recommandons fortement cette bande dessinée qui combine son histoire en dessins et les 10 photos qui ont fait le tour du monde. Sur un scénario de David Morvan et Sévérine Tréfouël en collaboration avec l’agence magnum dont Capa fut l’un ces fondateurs, nous suivons les préparatifs du débarquement, en compagnie de celui qui ne "devait pas rater cette aventure".

Plus qu’un récit, c’est un film qui se déroule sous nos yeux, angoisse comprise, avec les balles qui sifflent ou presque. En deuxième, nous suivons son parcours jusque dans les rizières d’Indochine avec cette phrase en tête : « Si tes photos ne sont pas assez bonnes, c’est parce que tu n’es pas assez près». Pour les collectionneurs, ce petit livre vient avec un dessin, signé et numéroté.

 

6 juin 1944, Omaha Beach

Jean-David Morvan, Dominique Bertail, Robert Capa et Bernard Lebrun

Dupuis éditions

Collection Aire libre

2014

 

 

Être noir dans l’armée américaine, un récit douloureux

Comme l’image, le dessin nous en apprend souvent beaucoup plus. Saluée par la presse européenne et à juste titre, Cinq branches de coton noir du tandem Cuzor/Y. Sentec, le scénariste de Blake et Mortimer (Aire Libre) est une saga qui sort vraiment de l’ordinaire. En 1944, le soldat Lincoln, afro-américain ne rêve que d’une chose : allez se battre. Mais voilà, tout n’est pas si simple. De brimades en blagues racistes, la condition des noirs dans l’armée américaine relève du défi ou de l’abnégation. Considéré comme un sous –homme par son officier, il lui faudra bien du courage et de la ténacité pour participer au débarquement et terminer sa trop jeune vie, dans la forêt des Ardennes. Par un judicieux glissement historique, nous retrouvons les ancêtres du soldat Lincoln pendant la guerre d’indépendance. Dans le futur drapeau américain, une tête de coton est cousue à l’intérieur d’une des cinq étoiles. Entre le passé et le présent, la fiction et la réalité, cette nouveauté explore le combat des Afro-Américains, sans pudeur et avec une honnêteté tranchante.

Remarquable !

 

Cinq branches de coton noir

Yves Sente et Steve Cuzor

Dupuis éditions

Collection Aire libre

2014

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article