Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Le plus québécois des auteurs français !

Une chronique de Richard

 

 

D’entrée de jeu, je vous le dis, ce roman est très dur. Il vous parle d’une réalité qui n’est pas rose et l’auteur ne ménage pas ses lecteurs. Mais «Enfermé.e» est un très grand roman. Puissant. Sans concession !

 

« Enfermé.e » c’est l’histoire de Virginie. Virginie est une femme dans un corps d’homme.

 

Enfermé.e commence d’une façon vertigineuse. Le lecteur rencontre Virginie à trois moments de sa vie : à sa naissance hautement risquée, à 18 ans où sa vie prend un tournant crucial et aujourd’hui où elle travaille dans un centre pour personnes âgées.

Au fur et à mesure du récit, nous suivrons les étapes de sa vie, de sa petite enfance à son adolescence jusqu’à son âge adulte.

 

En alternance, nous découvrirons pas à pas, l’horrible histoire de cette personne qui se construit malgré les nombreux embûches et la méchanceté de ceux qui l’entourent. Et sa vie actuelle, ce qu’elle est devenue et la fatalité où l’amène son parcours.

 

" Si je ne peux pas être qui je suis, je préfère être morte plutôt qu'être emprisonnée dans un corps qui n'est pas le mien. "

 

Ce roman a pour thème, la trans-identité. Un sujet assez troublant.

En suivant le parcours de Virginie, l’auteur jette un regard acéré sur quatre milieux qui semblent très hostiles aux personnes différentes : la famille, l’école, la prison et le centre pour personnages âgées. Il ne reste plus beaucoup d’endroits où les gens différents se sentent acceptés et aidées.

 

Jacques Saussey a écrit ce roman à la demande de sa nièce qui a vécu son coming out en 2015. Évidemment, comme auteur de romans noirs, il a enrobé son histoire de quelques scènes de fiction. Ou du moins qu’on espère loin de la réalité. Intimidation, violence physique et verbale, viol, meurtre, tout y passe. Âmes sensibles, j’oserais dire … ne vous abstenez pas car cette violence me semble loin d’être gratuite même si parfois, elle est difficilement insupportable.

 

De plus, comme je suis la carrière de Jacques Saussey depuis le début, je me sens le droit d’affirmer qu’au niveau du style et de l’écriture, l’auteur nous propose de superbes passages bien écrits, souvent très poétiques et même parfois plein de tendresse.

 

Le personnage de Virginie est attachant et elle est le seul personnage (sauf une  exception) à qui l’auteur donne une identité. Elle possède un prénom et un nom. Cependant tous les autres personnages, ceux qui volontairement font tout pour renier son identité à elle, l’auteur a pris le parti de leur enlever leur identité.

 

Donc, tout le long du roman, vous rencontrerez la cuisinière, le jardinier, le curé, le directeur, le père, la mère, Beau Gosse, la Fouine, le Bouledogue, de beaux personnages peu sympathiques.

 

Enfermé.e est un roman qui donne le frisson, pas toujours dans le sens du plaisir. On n’en ressort pas indemne, mais convaincu qu’une réflexion s’impose sur notre rapport à la différence.

 

Bonne lecture !

 

 

Enfermé.e

Jacques Saussey

French Pulp éditions

2018

383 pages

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un auteur que j'apprécie. Titre noté.
Répondre
R
Tu vas adorer !