Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

Par Christophe Rodriguez

Une vie à tout casser

Voici un livre bien étrange et précisons qu’il s’agit d’un roman et non d’une relecture historique. Sous la plume du romancier Gérard de Cortanze : Femme qui court, Albin Michel,  vous allez découvrir la vie de la sulfureuse Violette Morris, championne sportive de l’entre-deux-guerres, féministe avant l’heure, amante de la danseuse et chanteuse Joséphine Baker, qui se mettra en 1940, aux services des nazis. Fut-elle collaboratrice, certainement, en savait-elle trop sur les «  magouilles  » et atrocités de la rue Lauriston, oui encore et finalement, pourquoi fut-elle abattue en 1944 dans un boisé normand ?

Sans juger, mais avec un esprit certain de réhabilitation, Gérard de Cortanze plonge dans le mythe et les exploits sportifs de «  cette amazone » qui fut brocardée par la fédération française du sport, parce qu’elle portait des pantalons ! Sans être une femme sympathique, avouons qu’elle avait des idées bien trempées et un certain sens de la répartie, quand ce n’était pas avec ses poings, elle a vécu comme bon lui semblait.  

Follement passionnée des voitures, elle subira une mastectomie pour mieux conduire ses bolides au volant parfois surdimensionné. Trop masculine pour les uns et, pas assez féminine pour les autres, elle multipliera les coups d’éclat, servira de chauffeur à Jean Cocteau et finira comme délatrice pour certains exécuteurs de bases œuvres.

Contrairement au défunt historien Raymond Ruffin qui condamna lourdement la vie erratique de Violette Morris, Gérard de Cortanze dresse le portrait d’une personnalité ambigüe qui assumait son identité. Fut-elle le bouc émissaire idéal, peut -être, mais disons, qu’elle a couru après !

Bonne lecture !

 

 

Femme qui court

Gérard de Cortanze

Éditions Albin Michel

2019

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article