Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par France

Chronique rédigée par France Lapierre, collaboratrice à Polar, noir et blanc.

 

Rinzen et la beauté intérieure est le huitième roman de Johanne Seymour, le deuxième dans lequel on retrouve un duo d’enquêteurs atypiques, Rinzen Gyatso et Luc Paradis.

 

Rinzen et Luc enquêtent sur le meurtre de la « chica fea » - la fille laide – trouvée dans un coffre par un jeune immigré mexicain. Cette jeune femme que nul ne parvient à identifier porte sur la poitrine des brulures de cigarettes formant les mots « chica fea ».  

 

Puis, survient un deuxième assassinat. La deuxième victime vient de Ciudad Juárez.  Les indices pointent vers le cartel de la drogue.  Toutefois, il reste encore plusieurs éléments à agencer pour résoudre l’énigme.

 

En parallèle à l’enquête, Rinzen est en butte au harcèlement d’un tueur enfui hors du Canada, Luc est durement confronté à sa vision matérialiste du monde et Gerry, le patron de Rinzen et de Luc, doit se débarrasser de son « musée de l’horreur » personnel qui maintenant l’étouffe. Johanne Seymour entrelace l’enquête policière et la quête personnelle des trois personnages avec brio.  

Au cours de la lecture se pose la question : qu’est-ce que la beauté ?  Est-ce un haïku ?

 

"Ça, là, le printemps

La souris montre son museau

Le chat dort d’un œil."

 

Est-ce l’harmonie des traits, les proportions harmonieuses du corps ? Est-ce la lumière qui émane d’une personne ?

 

"Il voit la lumière en toi. (…) Il a besoin de cette lumière pour retrouver son chemin. Il ne peut pas te hanter. C’est toi qui le hantes."

 

La construction du roman est habile. Par un commentaire, une réflexion, les personnages de Johanne Seymour s’expriment sur la santé mentale, l’homophobie, l’intolérance haineuse, le contrôle de la population par la peur. Et surtout sur la « ville qui n’aime pas les femmes. »

 

La fin du roman est glaçante… Vivement une autre enquête de Rinzen Gyatso et de Luc Paradis !

La beauté intérieure : Un très bon roman qu’on aurait du plaisir à relire !

 

Rinzen et la beauté intérieure 

Johanne Seymour

Libre Expression 

2018

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article