Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

Quand le premier domino tombe ...

Quand la première pièce du jeu de dominos tombe, le jeu s’écroule, tout comme lorsque le destin se met à vous jouer un tour. Une négligence devient un drame et elle vous pousse vers le précipice, sans de porte de sortie. « Le piège de Vernon », c’est l’histoire d’un jeu de dominos qui, pièce après pièce, précipite Nick Exley vers un gouffre de malheurs sans fin.

Roger Smith signe un roman passionnant et angoissant car tout cela arrive à quelqu’un d’ordinaire. Un peu comme nous tous. En quelques secondes, des choix presque anodins tournent au drame et poussent une famille dans les griffes d’un homme aussi généreux que dangereux !

C’était l’anniversaire de la petite Sunny Exley. Elle vient juste d’avoir quatre ans. La fête vient tout juste de se terminer. Sur la plage de cette maison du bord de mer, le père fume de l’herbe avec un ami ; la mère, dans la maison, est avec son amant. Le bateau-jouet de la petite est dans l’eau. Personne ne s’en occupe, personne ne la voit se diriger vers l’eau et se faire avaler par les vagues meurtrières.

Personne ? Non ! Quelqu’un a tout vu. Caché derrière les rochers, Vernon Saul assiste à la scène et n’intervient que lorsqu’il est trop tard. Il feint un bouche-à-bouche inutile, fait semblant de vouloir la sauver. Il planifie déjà un plan machiavélique ! Commence alors cette longue descente aux enfers pour Nick Exley et sa femme, Caroline. Rongés par la culpabilité, anéantis par la peine et accablés par le regard de l’autre, le couple se déchire ; au lieu de se soutenir, ils creusent l’écart qui déjà les séparait. Et l’énigmatique ex-flic Vernon alimente patiemment cette descente dans les abimes du désespoir en les poussant vers des actes extrêmes.

La chute est vertigineuse ! Entre le bien et le mal, il n’y a plus de différences. La tristesse, la douleur et le désespoir transforment le quotidien de personnes bien ordinaires en une tragédie de plusieurs actes, où la couleur de la peau, l’origine et le passé, influencent les actes et les jugements.

Dès le début, on se demande jusqu’où ira ce piège de Vernon. On connaît la victime ! On se doute des mobiles. Mais le point d’arrivée, l’objectif ultime demeure obscur. Roger Smith est aussi sardonique que son personnage. Il nous baigne dans une mer de souffrances, de deuil et de culpabilité ; même la plage est semée d’incertitudes et de doutes. La finale nous réservera-t-elle les réponses que l’on cherche ?

« Le piège de Vernon » est un excellent roman. Un excellent roman noir, à la mesure du talent de Roger Smith ! Cet auteur sud-africain nous réserve, à chaque récit, des surprises qui nous procurent de très bons moments de lecture. L’intrigue est construite toute en nuances, soutenue par des personnages crédibles et complexes. L’écriture est tout aussi efficace, marquée par un style direct sans fioritures mais d’une grande fluidité. Comme à chacun de ses romans, Roger Smith met en scène son Afrique du Sud avec ses faiblesses, ses contradictions, ses relents de racisme mais aussi sa beauté.

Encore une fois, Calmann-Lévy et cette collection « Robert Pépin présente … » nous fournissent un roman de qualité supérieure. Aux côtés de Deon Meyer, Roger Smith s’impose comme un des grands écrivains de polars.

Quelques extraits … pour vous mettre l’eau (de mer) à la bouche !

« Vernon ne supportait pas d’être un vulgaire contractuel chargé d’aller embêter les Blancs à la peau brulée par le soleil pour qu’ils déplacent leurs voitures, et il avait bien l’intention de se tirer au plus vite. »

« Elle marmonne quelques mots, supplication pitoyable pour Sunny, elle-même et l’homme-enfant endormi sur le lit de leur fille morte. Mais, agenouillée là sur cette moquette qui démange, elle a la certitude, soudaine et terrible, que personne là-haut ne l’écoute.

Personne. »

« C’est pas plus compliqué. Il a grandi dans les Flats, une zone urbaine dessinée à l’équerre dans les bas quartiers battus par le vent. Un endroit où on ne connaît que la marche avant.

Si quelque chose se met en travers du chemin, on le démolit. Point final. Regardez en arrière et vous êtes foutu. »

Bonne lecture !

Le piège de Vernon

Roger Smith

Éditions Calmann-Lévy

2014

330 pages

Quelques images qui rendent bien l'atmosphère du roman !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 17/03/2014 13:57

Oui, tu m'as mis l'eau (de mer ou pas) à la bouche.

Richard 17/03/2014 16:02

Bonne lecture !

attila 13/03/2014 17:02

Oh oh oh mais ça m'a l'air diaboliquement addictif ton histoire !

Richard 13/03/2014 18:26

Tout à fait, Attila !